Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Château d’eau de N’dotré : regard sur un ouvrage qui vaut 5000 mètres cube d’eau (Fiche technique)
Publié le mercredi 24 juin 2015  |  AIP
Comment




Abidjan - Le château d’eau de N’Dotré dans la commune d’Abobo, au nord-est du district d’Abidjan, dont les travaux de construction et le levage de la cuve ont été lancés mardi, aura un volume de 5 000 mètres cube.

Caractéristiques

Projet du programme présidentiel d’urgence, cette infrastructure qui vise à améliorer de "façon durable" la distribution d’eau potable dans les localités voisines de Anyama, Abobo et Yopougon, n’en finit pas d’attirer la curiosité des passants, en raison de ses caractéristiques impressionnantes.

Selon Robert Debad, un responsable du groupe SADE, en charge de la construction de l’ouvrage, le hissage du réservoir de ce château a poussé son entreprise à mobiliser les compétences et les moyens de sa filiale Franzetti-CI.

L’ouvrage est composé d’un massif de fondation, d’un fut et d’un réservoir, avec des dimensions impressionnantes.

D’une hauteur de 35 m, le fût, dont la construction a nécessité 25 tonnes de ferraillage et 410 mètre cube de béton, possède un diamètre de 10 m, quand le réservoir qui lui fait 40 m de diamètre en tête et 10 m en fond a nécessité l’utilisation de 210 tonnes d’acier et de 1 100 m3 de béton. A vide, il pèse 3 000 tonnes et plus de 8 000 tonnes quand il est plein.

Des fondations massives et un mode de construction original

Le réservoir du château prend appui sur un massif en béton de 42 m de diamètre qui est placé dans une excavation de 5 000 mètres cube profonde de 3,5 m. Pour le créer il a fallu couler 260 tonnes d’acier et 2000 mètre cube de béton. Afin de réduire les délais de construction et les travaux en hauteur, le fût du réservoir et sa cuve ont été construits quasi simultanément.

Ainsi pendant que le tronc central de 10 m de diamètre et de 35 m de hauteur s’élève dans les airs grâce à un coffrage grimpant (versus glissant), la cuve tronconique de 5 000 mètres cube et une partie de sa toiture coupole s’élaborent au sol et autour de lui.

Une opération spectaculaire, le levage de la cuve

Le levage de la cuve constitue une opération spectaculaire qui donne à l’ouvrage son architecture quasi définitive. Pendant 20 heures, 8 vérins ou crics tirant chacun un faisceau de 25 câbles en acier, ont élevé de 35 m les 3 000 tonnes du cuve à vide.

Une fois à destination, la cuve sera solidarisée avec sa plateforme d’accueil par clavetage, mais aussi et surtout par sertissage des 8 faisceaux de traction auxquels s’ajoutent 16 faisceaux complémentaires répartis sur toute la circonférence de la cuve. Un arrimage définitif capable de reprendre les efforts des plus de 8 000 tonnes de la cuve pleine.

Emplois, délai et moyens

Le chantier en pointe emploie une centaine de personnes. Une grue de 50 m de haut et de 50 m de flèche sert à réaliser les travaux qui vont durer de 18 mois, y compris l’installation sur place d’une centrale à béton.

Des finitions et des travaux hydrauliques à suivre

La toiture coupole de la cuve sera achevée sur place. Pour assurer l’étanchéité intérieure du réservoir, il sera appliqué, selon le procédé Max Perlès, 1600 m2 d’une résine époxy. Les escaliers et échelles d’accès à la cuve seront installés à l’intérieur de l’édifice, tout comme ses équipements hydrauliques.

ik/akn/tm
Commentaires


Comment