Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Les fonctionnaires ivoiriens dénoncent une ’’violation flagrante’’ des libertés syndicales
Publié le vendredi 10 mars 2017  |  APA
Théodore
© Autre presse par DR
Théodore Gnagna Zadi, porte-parole de la plate-forme nationale des organisations professionnelles du secteur public et l`intersyndicale des fonctionnaires de Côte d`Ivoire
Comment


La Plateforme nationale des syndicats du public a dénoncé, jeudi, ‘’une violation des libertés syndicales’’ suite au refus de l’administration d’accorder une salle pour la tenue, vendredi, d’une assemblée générale extraordinaire.



Selon un communiqué de la Plateforme transmis, jeudi à APA et signé par son président Théodore Gnagna Zadi, ‘’ la Plateforme Nationale a été informée à la dernière minute du refus de l’amphi B de l’Université de Cocody, lieu habituel de la ténue des AG de la Plateforme’’, rapporte le communiqué.

‘’ La Plateforme nationale condamne avec la dernière énergie cette énième violation flagrante des libertés syndicales, prend l’opinion nationale et internationale à témoin face au double jeu du Gouvernement qui demande une trêve et jette de l’huile sur le feu’’, dénonce M. Gnagna.

En conséquence, poursuit le texte, ‘’la Plateforme décide du report de l’Assemblée Générale nationale prévue le vendredi 10 mars 2017, et organise des AG éclatées sur toute l’étendue du territoire nationale à la même date du vendredi 10 mars’’, précise le communiqué qui tient le gouvernement pour ‘’unique responsable d’un éventuel échec des négociations en cours’’.

Après une grève suivie de trois semaines début janvier, les syndicats de fonctionnaires avaient suspendu leur mouvement pour ‘’donner une chance aux négociations’’ selon eux, en accordant ‘’un mois’’ au gouvernement.

En lieu et place de ‘’ solution aux revendications’’ des fonctionnaires, le gouvernement leur demande une ‘’trêve sociale’’. Pour les syndicats des fonctionnaires, il n’a jamais été question de mettre en ‘’parenthèses’’ leurs revendications qui se résument au ‘‘paiement intégral du stock des arriérés de salaires’’.

L’Assemblée générale, initialement prévue pour vendredi, devrait se prononcer sur la ‘’reprise ou non de la grève’’ après que le ministre de la Fonction publique, Pascal Abinan a remis, mercredi, un mémorandum de ‘’trêve sociale’’.

HS/ls/APA
Commentaires


Comment