Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Résultats des examens : CEPE, BEPC, BAC session 2017 / Excellence : Treichville au-dessus des taux nationaux
Publié le mardi 1 aout 2017  |  Treichville Notre Cité
Résultat
© Abidjan.net par Serges T
Résultat du baccalauréat 2015
Lundi 20 Juillet 2015 Abidjan. Les résultats de l`examen de Baccalauréat 2015 ont été proclamés sur l`ensemble du territoire avec un taux de réussite 39,66 %
Comment


Les grandes vacances, qui sonnent la fin de l’année scolaire, ont eu pour prélude les examens et surtout les résultats des différentes compositions au CEPE, BEPC et BAC. Dans la Commune de Treichville, le taux élevé de réussite mérite un arrêt, en ce sens, qu’il n’est pas ex nihilo. Les efforts du Conseil municipal, des parentqs d’élèves et du corps enseignant n’ont-ils pas été les facteurs déterminants ?Avant de répondre à cette interrogation, qui nous permettra de nous attarder sur les efforts conjugués des autorités municipales et des acteurs scolaires, passons en revue les différents taux de réussite par examen.
Passage en revue des excellents taux de réussite

Au Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE), si le pourcentage d’ensemble dans la Commune est de 77%, les détails par établissement montrent clairement, que Treichville n’a pas usurpé la dénomination « Commis-kro », voire « le village des Commis ». Cette appellation légendaire pour signifier à l’époque, que la Cité n’zassa était le quartier de lettrés demeure. A preuve nous avons constaté, le mercredi 26 juillet 2917, un taux de réussite record de 100% à l’Ecole l’Eveil et au Collège Catholique Saint Bosco. Scores énormes. Le même jour, nous avons noté, que le Groupe Scolaire Régional n’a pas failli à sa réputation. En effet, dans le Groupe centenaire, qui a eu les Yacé Philippe (ex vice-président de l’Assemblée nationale et ancien Président du Conseil Economique et Social) et son épouse, Etienne Djaument (ex sénateur)… et des anciennes gloires du sport ivoirien comme enseignants ou élèves, les résultats sont aussi excellents. L’Epp Nanou Aka a eu 97%, l’Epp Konan Kanga Berthe 93,22% et l’Epp Koua Kouassi Jacques est à créditer de 97%. Bien après, précisémentdans l’après-midi du jeudi 27 juillet 2017, notre passage au Groupe Scolaire Epp du pont nous a permis de savoir, que les résultats sont aussi meilleurs. En témoigne celui de l’Epp Attoh Louis, qui, d’aprèsla Directrice Amakan Alloivi Koko, est de 93%. Le score du Groupe scolaire Front lagunaire est monté à 77,55% pour le seul établissement de l’EPP Léon Robert. Par la suite, notre conviction d’une Commune aux résultats excellents a été renforcée par le Groupe scolaire de l’Ecole Primaire Publique (Epp) Habitat Autoroute avec un taux de 90,35% en général. Par établissement, l’Epp Kotcha Cecile a, selon la Directrice Aka, obtenu plus de 98%. En fait, 50 candidats ont été couronnés sur 51. Si l’Epp Bernard Dadié a eu 87,80%, l’Epp Auguste Denise de la Directrice Tra Lou Elise épouse Zamblé a plafonné à 84,26%. Quant au Directeur Kangah de l’EPP Habitat joint au téléphone le samedi 29 juillet 2017 à l’instar de ses collègues, son établissement a affiché 91,37%.
BEPC et BAC : Résultats encore au-dessus du taux national
Les résultats aux examens du Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) et du Baccalauréat (BAC) dans la Commune sont aussi excellents. Les taux dans les trois établissements, que nous avons visités dans la mi-journée du mercredi 26 juillet 2017, l’attestent. Le ton est donné par le Collège catholique Saint Bosco. 3ème 1 : 96, 5%, 3ème 2 : 87,98% ; 3ème 3 : 95%,3ème 4 : 100% au BEPC. Pour le Bac ledit établissement a placardé en général 83, 95%. En détail, nous avons en série A1 : 71,11%, série A2 : 89,47%, série C : 90% (9 admis sur 10 candidats), série D1 : 83,33% et série D2 : 93,48%. LeCollège moderne autoroute n’est pas en reste. Le taux de réussite de l’établissement du Principal Delphine Effoly est en hausse par rapport à l’année dernière. Il est passé de 70,04 en 2015-2016 à 70,56% en 2016-2017. Le troisième établissement du secondaire visité à la date ci-dessus mentionnée a été le Lycée moderne. Le seul secondaire public de la Commune a atteint 54% au BEPC et 80,13% au BAC. Pour Madame le Proviseur, Fofana Sara,rencontrée dans son bureau, « par rapport à l’année dernière, le taux de réussite a baissé parce que nous étions à 66 % au BEPC. Au baccalauréat, nous pouvons affirmer, qu’il y a eu, tout de même, un bond, parce que nous avions atteint un taux de 75% ». Un bon taux de réussite est, aussi, à signaler au Collège Morija. Il est de 70,68%, soit 41 admis sur 58 prétendants.Ces résultats attestent, clairement, que Treichville est au-dessus du taux national, qui est de 60,08% au BEPC et 44,97% au BAC.
Des acteurs de l’éducation s’expliquent
Dans les différents établissements côtoyés le mercredi 26 juillet 2017, les résultats sont fêtés en attendant l’année prochaine. Le succès du Collège moderne autoroute est fortement salué. Deux Adjoints au Chef d’Etablissement (ACE) ont mis en exergue tout le travail effectué en amont par Madame le Principal, Delphine N’Guessan Effoly, depuis sa présence à la tête du Collège. « Tout le mérite revient àMadame le Principal. Et c’est en son nom que nous intervenons, parce qu’elle fait mains et pieds pour que le Collège parvienne à de bons résultats » ont dit, d’emblée, en chœur, Madame Dago et Konan Loukou Vincent. Avant de s’attarder sur certains aspects déterminants. « Ce bond qualitatif, que connaissent nos résultats, est dû au fait que les enseignants arrivent à achever les cours. Ensuite, il y a un suivides programmes à travers des visites effectuées dans les classes par l’administration. Par ailleurs, des devoirs de niveau sont organisés dans toutes les disciplines. A la fin de l’année, après les révisions générales, un groupe de professeurs font des cours de préparation», a expliquéKonan Loukou Vincent coordonnateur des ACE. « La bonne organisation a permis le déroulement normal des cours pendant l’année. De nombreuses évaluations et le BEPC blanc ont été effectués selon le calendrier de la hiérarchie. L’environnement sain au sein de l’établissement a, aussi, créé les conditions favorables à ces résultats probants. L’objectif est le succès des élèves partagé par tout le monde : parents, éducateurs, enseignants… », a terminé Madame Dago. Du côté du Groupe Scolaire Régional, Koffi Georges est, aussi, sans détour. « Ce sont les cours de répétition, qui ont rendu possible ces succès. Malheureusement, les parents ne s’y intéressent pas. Ces cours de renforcement sont nécessaires, surtout, pour les enfants en classe d’examens, parce qu’ils renforcent leurs acquis. L’enseignant, qui sait, qu’il a un défi se met au travail pour aider les enfants afin d’améliorer le pourcentage de l’établissement. Il est, en cela, motivé par son Directeur » a exprimé le Directeur de l’EPP Konan Kanga Berte. Pour Henri Marcel Dutauziet dit Bueno, Professeur d’Espagnol, leCollège Catholique Saint Bosco est particulier. « Nous venons de fêter notre cinquantenaire, qui fait de nous une référence. Il y a deux secrets ici. Le premier, c’est la prière parce que l’aspect spirituel a sa raison d’être. Le deuxième et dernier secret, c’est à la fois la rigueur et l’assiduité. La particularité au Collège Catholique Saint Bosco est, en outre, la mise en avant de test d’entrée dans l’établissement, qui permet un recrutement sélectif. Puis, il y a, à la fin de chaque année une réunion bilan, qui réunit tout le monde pour tirer les leçons du passé et faire des projections pour l’année suivante. Cette année, la rencontre a lieu aujourd’hui même, mercredi 26 juillet 2017 ». Que dire, alors, de ce qui semble être le slogan de cet établissement :« Tout ce qui Mérite d’être fait, Mérite d’être bien fait… jusqu’au bout ». Le mérite, rien que le mérite pourrait-on résumer. Qu’en est-il du côté du Lycée moderne ? « Nous sommes là depuis janvier 2012. Après l’état des lieux, nous avons constaté, que les résultats, à cette époque, étaient assez faibles. Le pourcentage tournait autour de onze (11). Nous avons, alors, décidé d’améliorer le rendement des élèves. Pour ce faire, nous avons organisé un séminaire au cours duquel tous les acteurs du système ont fait des propositions pour une gestion efficiente de notre établissement. Des décisions ont, ensuite, été prises. D’abord, l’assainissement de l’environnement afin d’amener les enfants à aimer véritablement leur établissement, parce que le taux d’abandon était très élevé à l’époque. C’était autour de 12 à 13%. Au début sur cinq mille six-cents (5600) inscrits on pouvait se retrouver à la fin de l’année avec,à peu près, quatre mille (4000) élèves. Aujourd’hui, il n’y a plus véritablement d’abandon. Ensuite, nous avons sensibilisé les parents d’élèves pour qu’il y ait un peu plus de discipline. Pour finir, nous avons mis les enseignants face à leurs responsabilités en les mettant au travail par l’initiation de nombreuses évaluations. En décembre, nous faisons des compositions de la 6ème en Terminale. En dehors des compositions, nous incitons les enseignants à faire des examens blancs de réels challenges pour les élèves. Notre démarche est aussi pareille quand il s’agit des examens blancs nationaux organisés par la Direction Régionale. Tout ce qui précède est appuyé par un encadrement rapproché à travers des cours de soutien afin de rendre continuel l’encadrement des élèves et renforcer les rapports entre élèves et enseignants et surtout l’assiduité des apprenants. Si le taux de réussite a, malheureusement, baissé au niveau du BEPC, c’est parce que notre établissement est constamment occupé par les passages de concours. Si bien que nous n’avons plus d’espace pour organiser les cours de renforcement. C’est pourquoi, nous n’avons pas pu, au cours des deux dernières années, organiser des cours de soutien pour les classes de 3ème. Face à cette situation, il nous a fallu revoir notre programme de suivi. Ainsi, avons- nous décidé d’accorder plus de temps aux plus grands. En effet, après réflexion, nous sommes parvenus au fait que pour un élève qui échoue au baccalauréat, ce sera un peu compliqué pour la suite, contrairement à celui qui présente le BEPC et qui peut, sans l’avoir obtenu, continuer en classe de seconde. Ce choix n’a pas été du tout facile », a dit Fofana Sara, Proviseur du Lycée moderne.
Résultats issus d’efforts conjugués
S’il est un acteur, maillon essentiel par excellence, de ces résultats, c’est le Conseil municipal. Les actions menées par le Ministre François Albert Amichia, Maire de la Commune de Treichville, constituent des facteurs déterminants. Véritables gages de succès tant au niveau matériel que de l’environnement, les aides scolaires de la Mairie sont et restent indispensables. Il ne s’agit aucunement d’aumône dans la mesure où toutes ces actions du Maire en faveur de l’éducation sont inscrites dans sa politique. Constructions d’infrastructures scolaires, dont l’actuel siège de l’Inspection de l’Education Primaire de Treichville, des cantines et toilettes scolaires, l’équipement des établissements en tables bancs par exemple. Sont aussi à noter, le prix d’Excellence récompensant les meilleurs élèves de la Commune, des prises en charge scolaires, l’assistance scolaires des démunis…La liste est loin d’être exhaustive. D’autres actions sont prévues, notamment l’assainissement, la sécurisation…. Tous ces apports ne sont pas passés inaperçus. « La Mairie fait beaucoup pour le Collège et nous l’en remercions au nom de Madame le Principal. Toutefois, nous voudrions, qu’elle renforce en ordinateurs notre salle informatique, et fasse de même pour les bureaux de l’administration et les salles des professeurs afin d’installer un réseau et alléger le travail du personnel » ont plaidé Madame Dago et Konan Loukou Vincent, tous deux ACE du Collège moderne autoroute. A leur suite, une autre doléance précédée de remerciement a été avancée. « Je dis énormement merci à la Mairie pour son soutien et sa collaboration étroite avec Madame l’Inspecteur. J’en profite pour lui demander d’être plus regardante au niveau de nos infrastructures. Il serait bien que pendant ces vacances elle élague les arbres de la cours. Certaines branches tombent sur des toitures et des véhicules. Nous ne disposons pas de moyens, alors qu’elle veuille nous aider. Je m’apprête à faire un courrier à cet effet », a précisé Koffi Georges, Directeur de l’EPP Konan Kanga Berte. Les efforts consentis par les parents sont aussi à saluer. Leur étroite collaboration avec la Mairie et les responsables d’établissement ne souffre d’aucune ambiguïté. En somme, c’est la complémentarité entre le Conseil municipal, le corps enseignant et les parents d’élèves, qui porte ses fruits.
Commentaires


Comment