Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire: échauffourées entre étudiants et forces de l’ordre à Abidjan
Publié le mercredi 13 septembre 2017  |  AFP
Cocody:
© Abidjan.net par Atapointe
Cocody: Ambiance après les affrontements entre des policiers et des étudiants se réclamant de la FESCI
Abidjan le 13 septembre 2017. Les rues de la commune de Cocody (Saint Jean et Cité Rouge) qui ont vu des affrontements entre des policiers et des étudiants se réclamant de la FESCI
Comment


Abidjan - Des échauffourées ont eu lieu mercredi entre forces de l’ordre et étudiants, mécontents de la hausse des droits d’inscription, dans le quartier de Cocody à Abidjan, a constaté un journaliste de l’AFP.

Des étudiants ont installé des pneus et des obstacles sur des voies de
circulation et lancé des projectiles sur les forces de l’ordre, déployées en
nombre, qui ont riposté en faisant usage de gaz lacrymogène.

"Nous voulions faire une marche pour protester sur les problèmes autour des droits d’inscription pour la rentrée, mais les policiers nous ont dispersés", a affirmé à l’AFP Fulgence Assi, secrétaire général de la puissante Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci), qui a fait état de "plusieurs blessés".

Selon lui, les droits d’inscription ont augmenté artificiellement, chaque établissement faisant payer des "frais" supplémentaires, au-delà du coût d’inscription qui revient à l’Etat.

"Il y a des étudiants qui sont affectés dans le privé et là les droits d’inscription peuvent atteindre parfois 100.000 francs CFA (152 euros, un mois de salaire moyen environ en Côte d’Ivoire)", a-t-il assuré.

Les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre ne sont pas rares en Côte d’Ivoire.La Fesci, puissant et sulfureux syndicat proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, est souvent à l’origine des manifestations parfois violentes.

Créée en 1990 à l’avènement du multipartisme, la Fesci, vue comme une milice par ses plus farouches détracteurs, a été accusée par des ONG nationales et internationales de violences à l’égard des opposants de M. Gbagbo, ainsi que de racket en milieu étudiant.

pgf/ck/thm
Commentaires


Comment