Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Air Côte d’Ivoire obtient 98 millions de la BAD pour desservir Nouakchott, Bangui et Luanda
Publié le vendredi 10 novembre 2017  |  Jeune Afrique
Cérémonie
© Autre presse par H Gousse
Cérémonie de livraison du 1er Airbus A320 d`Air Côte d`Ivoire à Toulouse
Lundi 17 juillet 2017. La compagnie aérienne Air Côte d`Ivoire reçoit son 1er Airbus A320 lors d`une cérémonie officielle à Toulouse en France.
Comment


La Banque africaine de développement (BAD) a décidé d'épauler la stratégie de développement de la jeune compagnie ivoirienne. Au total, la compagnie va bénéficier de 253 millions d'euros de capitaux qui doivent notamment permettre de générer 684 emplois directs et 5 000 emplois indirects.

Créée en 2012, Air Côte d’Ivoire se sent pousser des ailes : son trafic de passagers est passé de 250 000 personnes, en 2013, à 850 000 en 2017. Et ses dirigeants ne comptent pas s’arrêter là : alors qu’en juillet dernier, son directeur général, René Décurey, assurait dans les colonnes de Jeune Afrique que le développement de sa compagnie passerait d’abord par une augmentation des fréquences, sans ouverture de nouvelles destinations, l’obtention d’un financement de la Banque africaine de développement (BAD) paraît à même d’accélérer les choses.

Le conseil d’administration de la BAD a approuvé, mercredi 8 novembre, un prêt de 98,06 millions d’euros – composé d’un prêt souverain de 51,16 millions d’euros, d’un prêt du secteur privé de 42,64 millions d’euros et d’un prêt du Fonds africain de développement de 4,26 millions d’euros – et une garantie partielle de risques (PRG) du Fonds africain de développement (FAD) de 17,06 millions d’euros au profit la compagnie, afin de lui permettre de moderniser et d’étendre son réseau vers Nouakchott, en Mauritanie, Bangui en Centrafrique, et Luanda, en Angola.

La date d’ouverture de ces destinations n’a pas été précisée.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment