Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Journée Portes Ouvertes de l’Enseignement technique/ Touré Mamadou, Secrétaire d’Etat : « On peut très bien réussir dans la formation professionnelle ; des exemples existent en Côte d’Ivoire »
Publié le samedi 20 janvier 2018  |  Ministères
Journées
© Abidjan.net par Cyprien K
Journées portes ouvertes de l`enseignement technique et de la formation professionnelle en Côte d’Ivoire
Le secrétaire d`État chargé de l`enseignement technique et de la formation professionnelle, Touré Mamadou a procédé à l`ouverture des Journées Portes Ouvertes et d`Informations ce jeudi 18 janvier au lycée technique d`Abidjan.
Comment


(…) Je laisserai de côté le discours pour parler avec le cœur. Bien avant je voudrais souligner que la cérémonie était prévue pour le mois de Décembre. Je voudrais féliciter le comité d’organisation. Nous sommes là aujourd’hui pour les journées Portes Ouvertes sur l’enseignement technique et la formation professionnelle. Dans un contexte où vous avez vu à l’occasion du sommet UA-UE tous ceux qui étaient là ont estimé que l’une des solutions à la problématique du chômage des jeunes c’est le développement de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Dans un contexte où ce secteur est beaucoup sinistré, c’est l’évaluation que nous avons eu à faire. Mes prédécesseurs ont fait beaucoup de choses pour faire évoluer notre dispositif d’enseignement technique. Malgré tous les efforts, notre secteur reste encore sinistré. Dans un contexte, où au-delà des améliorations, beaucoup d’Ivoiriens rechignent aujourd’hui à envoyer leurs enfants faire des formations dans ce dispositif car on pense que des métiers sont meilleurs à d’autres métiers. Tous ces éléments énumérés représentent pour nous un défi. Ces défis nous ont été instruits par le chef de l’Etat, Alassane Ouattara et son Premier Ministre, après l’adoption du plan de réforme en décembre 2016 qui donne des grandes orientations de ce que peuvent-être les grands changements au niveau réforme dans l’ordre d’enseignement pour lui donner son lustre d’antan. Car historiquement l’enseignement technique et la formation professionnelle n’ont pas toujours été sinistrés dans notre pays. (…) Nous avons aujourd’hui des élèves qui rechignent à s’orienter dans notre dispositif de formation. Pour deux raisons. Il y a déjà l’influence des parents qui eux-mêmes ne comprennent pas que leurs enfants fassent la mécanique, des formations en couture. Mais quand ces élèves voient l’état de matériel de notre dispositif, ces enfants rechignent à aller dans cette formation. Le chef de l’Etat nous a instruit de tout mettre en œuvre pour inverser rapidement cette tendance avant 2020. Le Président de la République et le Premier ministre se sont mobilisés et ont donné d’importance à notre ordre d’enseignement qui devient une priorité du gouvernement. Il a annoncé à l’occasion de son discours de nouvel an que d’importants investissements sont en cours, des investissements vont se faire pour inverser totalement la tendance. C’est en cela que je veux parler aux jeunes qui sont ici. Dites à vos parents qu’on peut réussir dans la formation professionnelle. Nous avons des exemples ici en Côte d’Ivoire dont les ministres Koné Bruno, Bandama Maurice qui sont des produits de l’enseignement technique. Il y a le DG de Sicta, Asséké Oro, l’un des meilleurs bijoutiers de la place qui sont de la formation professionnelle. Nous avons Diallo Lassina qui est le directeur de la restauration de Radisson Blu. Concrètement, cela veut dire que les filières que vous choisissez peuvent vous permettre d’être des ministres demain, des DG. Bientôt nous allons entamer une campagne de sensibilisation non seulement à votre endroit mais à l’endroit de vos parents. Je souhaite que dans le cadre de l’Ivoirien nouveau, nous puissions établir des programmes pour que mois après mois, nous allions dans nos établissements avec ces personnalités pour que par la preuve par l’exemple vous dire qu’ on peut commencer avec des BT et être au plus haut niveau de notre administration. Pour cela, notre responsabilité est de vous mettre dans les meilleures conditions possibles. Le gouvernement s’y attèle. De 2017-2020, nous allons remettre à niveau notre dispositif de formation professionnelle d’enseignement technique. Cela passera non seulement par des réformes en profondeur qui vont nous permettre dès la classe de CM2 pour ceux qui sont des élèves à aller en année préparatoire à faire le CAP. Après les deux ans, continuer directement pour faire le CAP avec le niveau 5ème. Pour ceux qui ne voudront pas poursuivre, avec les passerelles ils retourneront dans le circuit de l’enseignement général. Ce que nous voulons donner comme possibilité c’est que des jeunes qui commencent dans le dispositif de formation professionnelle qui pussent aller se former dans un autre domaine grâce aux passerelles. De même des jeunes qui sont dans d’autres filières notamment d’enseignement général qui ont un besoin de travail et qui veulent travailler doivent pouvoir avoir la passerelle pour venir faire des diplômes dans notre dispositif de formation et être opérationnel sur le marché. Voici la grande réforme que le Président de la République et le Premier ministre nous ont demandé de mettre en œuvre avant 2020. Autre chose importante, c’est impliquer le secteur privé, les entreprises dans tout ce que nous faisons. C’est d’ailleurs pour cela que dès cette année, nous avons choisi 8 établissements où nous allions mettre en place un nouveau modèle de gouvernance. Ces huit établissements seront coiffés par un comité de gestion de façon paritaire va réunir des représentants de l’Etat avec les collectivités territoriales. De sorte à ce que les filières de formations choisies par l’apprenant, il puisse avoir des comités de gestion dans les établissements. Le secteur privé, les entreprises qui travaillent dans ces filières vont aider la direction de l’Ecole à mieux articuler les formations, à mieux définir les curricula de formation. (…) Nous avons fait une enquête avec l’aide de l’Union européenne qui a fait ressortir que seuls 14% des enfants qui sortent de notre dispositif de formation professionnelle, au bout de neuf mois, arrivent à avoir du travail. 14%, c’est insignifiant. 14%, c’est peu ! Nous sommes en train de développer des initiatives pour que nous puissions porter ce chiffre à 20% cette année, et l’année qui suit à 35%, et qu’à partir de 2020, au minimum, 50% de nos enfants qui sortent de notre dispositif après de neuf mois, puissent avoir du travail. La vocation de la formation professionnelle est d’aider à améliorer votre employabilité et à renforcer votre capacité à avoir du travail rapidement. Cela ne peut se faire sans le secteur privé. C’est pourquoi je dis dans la stratégie définie par le gouvernement, le secteur privé aura une place importante. Il y aura aussi les investissements qui ont cours. Il s’agit de remettre à niveau le plateau technique de nos centres de formation professionnelle. Vous avez vu le centre multisectoriel donné par le Maroc, nous avons un plateau technique performant. On a cet exemple avec le lycée professionnel d’Odienné, Man. La rénovation du plateau technique amène à poser le problème de recyclage de vos formateurs. Car si vos enseignants ne sont pas mis à niveau, nous n’aurons rien fait. L’une de nos priorités sera de remettre à niveau les enseignants de notre département. Nous aurons des centres construits. La plus grande innovation à venir, est de faire en sorte que l’implantation des établissements de l’enseignement technique et de la formation professionnelle dans nos régions soit en cohérence avec l’environnement économique de nos régions. Chers amis jeunes, voici le travail que nous sommes entrain de réaliser. Vous devez saisir les opportunités que votre pays vous offre. Il n’y a pas de facilité dans la vie. Vos parents vous ont mis à l’école pour aller apprendre, pour que demain vous puissiez travailler. Arrêter de vous adonner à la facilité. Nous avons été choqués de savoir que l’année dernière certains enfants ont réclamé des congés de st Valentin. Nous sommes tous passés par là. Tous ceux qui sont dans cette salle ont eu votre âge. Lorsque nous étions comme vous, nous n’avions pas de congé de st valentin. On n’arrêtait pas les cours pour faire la St valentin. Je vous exhorte à vous détourner de tout ce qui peut vous éloigner de votre objectif de réussite. La Côte d’Ivoire, et le Chef de l’Etat l’a dit maintes fois, comptent sur vous. Ayez de bons exemples, de bons modèles. C’est parce que nous voulons que vous ayez de bons modèles que nous allons ramener vers vous ces modèles. Ceux qui font de la Couture doivent avoir pour modèle Gilles Touré, Michèle Yakice, Pathéo, qui excellent dans leur domaine. Ayez comme modèles toutes les personnalités que j’ai citées. Détournez-vous de la facilité. Si vous le faites, tous les investissements qui sont en cours ne seront pas vains. Je voudrais qu’au-delà de ces journées portes ouvertes, que nous puissions prendre cet engagement ensemble. Notre rôle est de créer les conditions. Votre rôle est de saisir toutes les opportunités qui seront créées. Notre rôle ensemble est de tirer notre pays vers le haut. Vous devrez tous comprendre que comme l’a été pour les ministres Koné Bruno, Bandama Maurice, Diallo Lassina, que chacun porte en lui l’émergence de ce pays. Chacun doit se dire que l’avancée de ce pays passe par lui et cela passe d’abord par les formations que vous allez faire.

Serco SE-ETFP
Commentaires


Comment