Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Santé
Article
Santé

Autisme : des professionnels de santé Africains formés à la prise en charge des malades
Publié le dimanche 25 fevrier 2018  |  Abidjan.net
Des
© Autre presse par DR
Des professionnels de santé formés à la prise en charge des malade autistes
Un atelier de formation des professionnels de la santé sur la prise en charge de l’autisme s’est tenu du 19 au 21 février à l’Institut National de Santé Public (INSP).
Comment


L’amélioration de la santé des enfants présentant des troubles du spectre autistique est une urgence de santé publique.

En 2017, le Centre Spécialisé d’Autisme de Côte d’Ivoire qui seconde le Centre de Guidance Infantile dans la prise en charge du handicap cognitif de l’enfant à accueillir 43 enfants dont 86% pour les cas d’autisme au cours des six mois après sa création.

Face à ces cas de plus en plus récurrents, les professionnels de santé, en Afrique, n’ayant pas très souvent les bonnes pratiques de prise en charge, laissent traîner ces enfants dans cette situation pendant plusieurs années, marginalisés par la société. Cependant en Europe, ces derniers, pris en charges, se rétablissent et sont insérés dans la vie active.

C’est dans le but du renforcement des capacités des acteurs de soins psychiatriques, qu’un atelier de formation sur la prise en charge de l’autisme s’est tenu du 19 au 21 février à l’Institut National de Santé Public (INSP).

Des participants venus du Congo, Congo Brazzaville, du Bénin, du Rwanda, de la France ont pris part à cet atelier riche en partage d’expérience. Ils ont été formés sur le développement du bébé et le repérage des signes de souffrance précoce, ainsi que la maîtriser de l’approche pédagogique « Atelier-classe » développé par le Programme de Recherche et d’Etude sur l’Autisme (PREAUT) qui est une association française.

En Afrique en général les enfants autistes sont traités ‘’d’enfants serpents’’ dans ce cas et sont abandonnés dans des forêts.

C’est quoi l’autisme ? Selon Dr Anna-Corinne Bissouma, pédopsychiatre, chargée de recherche en psychiatrie, il rentre dans ce qu’on appelle trouble du spectre autistique, c’est-à-dire des troubles du développement neurologique et psychologique de l’enfant qui sont des troubles neuro-développementaux avec une espèce de continuum de trouble qui vont des troubles autistiques qui se combinent avec des troubles du développement intellectuel. On ne parle plus d’autisme mais plutôt de trouble du spectre autistique. L’autisme n’est pas une maladie mais un handicap, un trouble.

En Côte d’Ivoire, la prise en charge se faisait par des privés (Institut ou ONG) et les coups très élevés des prestations ne permettaient pas aux parents de supporter les charges. Avec l’ouverture de ce Centre d’Autisme ainsi que des formations de qualité dont vient de bénéficier le personnel, la prise en charge sera plus intensive, organisée, cohérente et complète avec des objectifs clés.

Pour professeur Delafosse Roger Charles joseph, Directeur du programme national de la santé mentale (PNSM) de Cote d’Ivoire, représentant la Ministre de la santé et de l’Hygiène Publique, c’est une maladie bien spécifique qui se diagnostique difficilement, il a invité les participants à plus de professionnalisme : « ne jouons pas avec les diagnostics, rendons service aux enfants qui souffrent, un enfant bien soigné est un adulte en bonne santé autrement c’est un malade à vie ».

Après cette formation qui fait suite au stage pratique dont ils ont bénéficié à Grenoble (France) en novembre dernier, la responsable de ce centre spécialisé veut maximiser la sensibilisation sur la connaissance de ce handicap pour éviter les écarts de comportement à leur égard et continuer la formation des professionnels.

La Côte d’Ivoire doit s’approprier des bonnes pratiques en termes de prise en charge comme celle du Congo qui s’organise autour des compétences de l’enfant cas par cas et de celle du Rwanda qui a mis sur pied une association qui organise les soins et qui a intégré dans son staff un ancien handicapé de trouble du spectre autistique.


Elisée B.
Commentaires


Comment