Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Une marche "interdite" de l’opposition ‘’étouffée’’ par la police à Abidjan

Publié le jeudi 22 mars 2018  |  APA
Une
© APA par Saliou AMAH
Une marche "interdite" de l`opposition ‘’étouffée’’ par la police à Abidjan
Une marche de la Plateforme EDS (Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté, proche de l`ancien président Laurent Gbagbo), "interdite" par le gouvernement, a été étouffée, jeudi matin, à Adjamé, au Nord de la capitale économique ivoirienne.


Une marche de la Plateforme EDS (Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté, proche de l’ancien président Laurent Gbagbo), "interdite" par le gouvernement, a été étouffée, jeudi matin, à Adjamé, dans le Nord de la capitale économique ivoirienne, a constaté, sur place, APA.

"Pas de rassemblement ici. Veuillez passer ou reculer", lancent inlassablement les forces de l’ordre aux quelques militants de EDS venus répondre à l’appel de leurs dirigeants, à la Place des Martyrs à Adjamé 220 logements.

De fait, à l’initiative de EDS du Pr Georges Armand Alexis Ouégnin, plateforme politique regroupant le FPI (tendance Sangaré), le MFA d’Anaky Kobena, l’URD de Danièle Boni Claverie...une marche devrait partir de ce lieu pour la Place de la République, au Plateau, quartier administratif et centre des affaires.

Mercredi soir un communiqué du gouvernement annonçait la manifestation "interdite". Joint au téléphone plus tard, Franck Anderson Kouassi du secrétariat à la communication de EDS, répliquait que " notre marche n’a rien à avoir avec ce que dit le gouvernement. La marche est maintenue".

Respectant ce "mot d’ordre" quelques dizaines de militants se sont rendus à la place des Martyrs où les attendaient différents éléments des unités d’intervention de la police qui ont fait usage de gaz lacrymogène pour les repousser.

L’opposition réclame une réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), chargée de l’organisation des scrutins et juge inopportune la mise en place d’un sénat dont 66 membres seront élus samedi lors des premières élections sénatoriales ivoiriennes.

HS/ls/APA
Commentaires


Comment