Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article
Santé

Lutte contre le paludisme en Côte d’Ivoire: Le taux de consultation a chuté de 50% en 2012 à 33% en 2017

Publié le vendredi 13 avril 2018  |  Fraternité Matin
Le
© Autre presse par DR
Le directeur-coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme ( PNLP), Dr Tanoh Méa Antoine


La lutte contre le paludisme connaît des progrès d’année en année en Côte d’Ivoire, à en croire le directeur-coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp), Dr Tanoh Méa Antoine.

Il a annoncé le 11 avril, à Abidjan-Cocody que cette pandémie qui représentait 50% des motifs de consultation dans les structures sanitaires du pays en 2012, a chuté à 33% en 2017. Il a également relevé que la Côte d’Ivoire qui occupait le 5e rang des 15 pays fortement endémiques en 2010, est à la 12e place en 2017.

Dr Tanoh Méa Antoine qui s’exprimait au cours d’une rencontre d’échanges avec la presse, a précisé que «le nombre de cas et le taux de mortalité lié au paludisme ont respectivement chuté de 4 152 065 cas de paludisme en 2016 à 3 557 891 en 2017. Et de 4 431 décès en 2016 à 3 222 en 2017».

Il a souligné que «ces résultats encourageants» sont dus au renforcement des stratégies de préventions et de prise en charge du paludisme. Notamment, grâce aux efforts du gouvernement avec l’appui de certains partenaires, dont le Fonds mondial pour la lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme.

«Ce sont plus de 15 millions de Moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action (Milda) qui ont été distribuées aux ménages en 2015», a-t-il signifié. Avant d’ajouter: «Ce qui a permis d’atteindre la couverture universelle de la population en Milda».

Le directeur-coordonnateur du Pnlp a aussi indiqué que le gouvernement a doté tous les centres de santé publics de 2093 hémoglobinomètres (appareils servant à mesurer le taux de sang), en vue d’une prise en charge précoce des anémies chez l’enfant et la femme enceinte. Et réduire par conséquent le taux de mortalité liée au paludisme grave.

Le conférencier a rappelé que la prise en charge du paludisme est gratuite dans les structures sanitaires publiques pour les enfants, jeunes, vieux et femmes enceintes.

En outre, le Dr Tanoh Méa Antoine a annoncé la célébration au plan local de la 11e édition 2018 de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, le 25 avril, à Abengourou, autour du thème: «Prêt à vaincre le paludisme».
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment