Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Diplomatie
Article
Diplomatie

Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix : Michel Camdessus prêche la paix et le développement à Yamoussoukro

Publié le lundi 4 juin 2018  |  Abidjan.net
Fondation
© Abidjan.net par Job
Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix : Michel Camdessus prêche la paix et le développement à Yamoussoukro, en se souvenant de Félix Houphouët-Boigny
Yamoussoukro, le vendredi 1er juin 2018. L’ex DG du FMI (Fonds monétaire international), M. Michel Camdessus a salué à titre posthume, l’œuvre de paix de Félix Houphouët-Boigny (FHB), au cours d’une conférence publique ayant pour thème : «paix et développement, enjeux du partenariat entre l’Afrique et l’Europe ».


Année 2018 : la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix célèbre les 25 ans d’hommage à Félix Houphouët-Boigny(FHB). Le monde entier et ses grands hommes se souviendront à jamais de cet homme de paix et père de la nation ivoirienne. A l’instar de l’ex DG du FMI (Fonds monétaire international), M. Michel Camdessus qui a salué à titre posthume, l’œuvre de paix de Félix Houphouët-Boigny (FHB), au cours d’une conférence publique ayant pour thème : «paix et développement, enjeux du partenariat entre l’Afrique et l’Europe ». Cette conférence s’est déroulée le vendredi 1er juin 2018, à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la Recherche de la Paix, sous la houlette du Vice-président de la République, S.E.M. Daniel Kablan Duncan, en présence du Président du sénat, S.E.M. Jeannot Kouadio Ahoussou et des gouverneurs des districts d’Abidjan et Yamoussoukro.

Après avoir rencontré le patronat, les étudiants de l’Institut Polytechnique de Yamoussoukro, Michel Camdessus, DG du FMI et Gouverneur Honoraire de la banque de France, a consacré sa troisième conférence en reconnaissance à Félix Houphouët-Boigny qu’il a qualifié de ‘’champion de la paix en Afrique et dans le monde’’. Pour lui, venir à Yamoussoukro, est une forme de pèlerinage, une source d’inspiration de l’œuvre de FHB. Selon Michel Camdessus, la paix et ses multiples paradoxes, à savoir, la paix, nom de Dieu pour l’Islam, « la paix soit avec vous », disent les Chrétiens, est différente de la victoire ou du silence des armes. Elle n’est pas seulement cessation des conflits. Cependant, la paix s’enracine dans la réconciliation et le pardon qui sont faciles à prononcer mais leur réalité se construit dans des gestes difficiles de retournement de cœur.

Si le Pape VI à la tribune des Nations Unies avait insisté pour dire que le développement est l’autre nom de la paix, cela implique qu’il n’y a pas de développement sans paix et vice versa. En outre, selon le DG du FMI, faut-il travailler inlassablement à renforcer la paix, car elle est un bien menacé, la recherche de ce bien est toujours à poursuivre. S’imprégnant de l’actualité internationale, il a posé le constat du fait que le monde vive des heures dangereuses, en se référant aux réseaux de terrorisme Daesh, Boko Haram et les foyers de guerres en RDC et RCA. « Nous vivons un moment de lourdes menaces en Afrique et dans le monde », a-t-il dit.

Selon lui, l’année 2016 détient le record des conflits violents dans le monde depuis près de 30 ans. Le nombre de morts au combat a été multiplié par dix par rapport à 2005. ‘’ Il faut arrêter cette dérive dangereuse. Les peuples qui ont adhéré à la Charte des Nations Unies ont pris l’engagement de résister aux appels de la violence et renforcer la paix’’. A ce niveau, il a conseillé à la classe politique de Côte d’Ivoire d’oublier les querelles du passé et de se tourner vers l’avenir à construire, car les conflits ont beaucoup retardé ce pays. Michel Camdessus a estimé que c’est à la diplomatie ivoirienne de jouer ce rôle de prévenir et de renforcer la paix, ainsi donc la Côte d’Ivoire pourra jouer sa partition dans le partenariat Europe-Afrique.

En ce qui concerne ce partenariat Europe-Afrique, selon le DG du FMI, il faut lui donner de la vitalité face aux liens historiques qui unissent les deux parties. L’enjeu de ce partenariat implique de part et d’autre : une mutation majeure, un dialogue d’égaux, le choix et la priorité des partenaires, une totale franchise de part et d’autre, un profond respect des étiques. Il faut désormais qu’entre l’Europe et l’Afrique, il existe un cadre dans lequel, chacun se sente invité à faire appel au savoir ignoré des autres. Le DG du FMI a souligné qu’il faut renouveler ce partenariat et accepter ses exigences pour consolider le resserrement des relations entre les deux continents. Par ailleurs, il a indiqué que l’Europe doit revoir sa copie dans son soutien macroéconomique et structurel à l’Afrique. S’inspirant du phénomène de l’immigration clandestine qui frappe, il a souhaité une nouvelle orientation du partenariat Europe-Afrique en encourageant des politiques de co-développement qui passe par un dialogue beaucoup plus responsable entre les pays et leur diaspora.

Au terme de son exposé suivi des échanges avec le public, le conférencier a conclu qu’il faut construire une Afrique capable d’exploiter toutes ses ressources. C’est là, le véritable chantier d’avenir. Une Afrique coopérante en son sein qui puisse dialoguer avec l’Europe. Il n’a pas manqué d’encourager la consolidation du processus de démocratisation de l’Afrique qui selon lui est bien enclenché. Comme la paix, la démocratie est un bien fragile. Selon lui, le mot qui compte c’est la prévention, la prévention des conflits pour parvenir à la paix. Ce rôle de paix incombe à la Côte d’Ivoire qui doit regarder dans la droite ligne de feu le Président FHB qui n’a jamais ménagé sa peine pour promouvoir la paix. Notons que c’est en octobre 1973 que Félix Houphouët-Boigny fut reconnu « Homme de la paix » par le Centre Mondial de la Paix par la Justice à Abidjan.

JOB ATTEMENE
Commentaires


Comment