Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Gouvernement Gon 2, le surnombre, le maintien des frondeurs du PDCI et l’ajout de l’UDPCI et d’un ex-rebelle font réagir les activistes du net

Publié le mercredi 11 juillet 2018  |  Pôle Afrique
Premier
© Abidjan.net par Marc Innocent
Premier Conseil des Ministres du gouvernement Gon III
Abidjan le 11 Juillet 2018. Le Président de la République, SEM. Alassane Ouattara a présidé le 1er conseil des ministres après la formation du gouvernement Amadou Gon III


Les réactions se poursuivent en Côte d’Ivoire au deuxième jour de l’annonce de la nouvelle équipe gouvernementale. Pôleafrique.info vous propose trois intéressantes analyses d’internautes.

Donatien Robé, responsable de la plateforme citoyenne La Côte d’Ivoire sociale constate que « Ce gouvernement est incontestablement politique, avec l’élection présidentielle de 2020 en ligne de mire. Il n’est donc pas un gouvernement de réformes de structure. D’ailleurs, ce n’est pas à deux ans de la fin qu’on engage des réformes structurelles. Avec ce gouvernement, on voit bien que la menace du PRADO contre le PDCI a pris une autre forme. Incapable stratégiquement de « chasser » les cadres du vieux parti comme promis, il a choisi de les garder et même les renforcer avec de nouvelles recrues. Mission relevant du secret de polichinelle: diviser le PDCI.

Le PRADO a aussi choisi de perturber le camp Soro avec l’entrée de Konaté Sidiki au gouvernement ».

Il note également dans sa publication sur la page La Côte d’Ivoire sociale que Alassane Ouattara a réussi à « apprivoiser » Mabri Toikeuse, le président de l’UDPCI qui « devra désormais faire l’impasse sur son ambition de se présenter à la présidentielle de 2020 et ne pas gêner la « machine » ».

Donatien Robé, responsable de la plateforme citoyenne La Côte d’Ivoire sociale attire également l’attention sur les risques de se marcher dessus au sein du gouvernement taxé « pléthorique ».

« comme généralement, un gouvernement politique rime avec un gouvernement pléthorique, le PRADO a naturellement scindé certains ministères en deux. Ainsi par exemple, nous avons un ministère des eaux et forêts et un ministère de l’environnement; un ministère de la fonction publique et un autre de la modernisation de l’administration; un ministère de la construction, un de l’assainissement et un autre de la ville; un ministère de l’emploi et un autre de l’emploi-jeunes. Les différents ministres se marcheront sans doute dessus. », fait-il remarquer.

Donatien Robé qui revendique son idéologie de gauche, critique le « libéral bon teint » Alassane Ouattara à travers la composition de certains ministères.

Il n’est pas d’accord que la protection sociale est dissociée de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté. « dans ce gouvernement peut-on avoir un ministère de l’emploi et de la protection sociale et un autre ministère de la cohésion sociale, de la solidarité et de la lutte contre la pauvreté. Pour le PRADO, libéral bon teint, la protection sociale doit être contributive, voire assurantielle avec le travail, donc l’emploi comme unique financier. »

Pour l’homme de gauche, un seul ministère aurait suffit. « En effet pour l’Homme de gauche, la protection sociale est universelle et doit être financée à la fois par le travail et la solidarité nationale avec un seul objectif: la réduction de la pauvreté, donc la cohésion sociale. Eh oui, on voit bien que les idéologies fondamentales ne sont pas mortes », analyse Donatien Robé de La Côte d’Ivoire sociale.

Le cyber actif Serif Tall a également produit une réflexion sur le nouveau gouvernement. Il attire l’attention sur la nomination de Sidiki Konaté, ex rebelle, donc supposé proche de Soro Guillaume. Une nomination qui suscite également des réactions diverses. Certain partisans de Soro Guillaume y voient « une trahison », d’autres « une stratégie » et d’autres encore un signe « d’apaisement » entre Soro et le RDR.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment