Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La Banque mondiale prévoit plus de 500 milliards Fcfa au profit de la Côte d’Ivoire en 2019

Publié le jeudi 26 juillet 2018  |  APA
La
© APA par Saliou AMAH
La Banque mondiale prévoit plus de 500 milliards Fcfa au profit de la Côte d`Ivoire en 2019
Jeudi 26 juillet 2018. La Banque mondiale (BM) envisage d’appuyer dix nouveaux projets en Côte d`Ivoire pour un montant de 900 millions de dollars US, soit 505,48 milliards Fcfa au cours de l’année fiscale 2019, a dit jeudi à Abidjan son directeur des opérations pour le pays, Pierre Laporte.


La Banque mondiale (BM) envisage d’appuyer dix nouveaux projets en Côte d’Ivoire pour un montant de 900 millions de dollars US, soit 505,48 milliards Fcfa au cours de l’année fiscale 2019, a dit jeudi à Abidjan son directeur des opérations pour le pays, Pierre Laporte.

« Dix nouveaux projets sont prévus pour être approuvés en 2019, représentant un total de 900 millions de dollars américains (505,481 milliards de Fcfa ) », a indiqué Pierre Laporte, lors d’une conférence de presse dans les locaux de la Banque mondiale à Abidjan.

Il a fait savoir qu’au cours de l’année fiscale 2018, qui a débuté le 1er juillet 2017 pour s’achever le 30 juin 2018 « 11 nouveaux projets ont été approuvés pour un montant de 1,218 milliard de dollars Us soit 683 milliards Fcfa », ajoutant que le pays a franchi pour la première fois la barre de 1 milliard Us.

Le taux de décaissement réalisé par la Côte d’Ivoire s’est quant à lui établi à 15,4% en 2018 contre 37% l’année précédente. Selon M. Laporte les opérations de l’Etat ivoirien sont « satisfaisantes » cependant, « les objectifs de 20% fixés par la région pour chaque pays n’ont pas pu être atteints ».

Le montant net délaissé par les projets, y compris l’appui budgétaire, s’élève à 243,59 millions de dollars américains soit 136 milliards Fcfa, a-t-il poursuivi. L’Etat devrait davantage fournir d’efforts pour assurer son équilibre budgétaire. La dette du pays a atteint 47% du Produit intérieur brut (PIB), un « risque modéré » selon la BM.

AP/ls/APA
Commentaires


Comment