Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Art et Culture

Interview/ Redynamisation de l’ASCAD: Le nouveau président dévoile sa vision

Publié le jeudi 24 janvier 2019  |  Abidjan.net
Le
© Abidjan.net par DA
Le professeur Antoine Hauhouot-Assepo, président de l`ASCAD


Dans le cadre de la redynamisation des activités de l'académie des sciences des arts, des cultures d'Afrique et des Diasporas Africaines (ASCAD), le président de l'ASCAD, Professeur Antoine Hauhouot-Assepo a initié une rubrique intitulée " ASCAD REÇOIT". Quels sont les objectifs de cette lucarne ? Dans une interview accordé à Abidjan.net , le président Antoine Hauhouot-Assepo explique ce nouveau concept.

Abidjan.net : Bonjour Président Hauhouot, comment se porte l’ASCAD ?

Prof Hauhouot : L’ASCAD se porte bien, comme en témoignent les rapports reçus de son Administration, ses Domaines et Commissions d’activité. Au cours de l’année 2017 - 2018, nos programmes ont été réalisés à 80%. Ce qui est remarquable pour une institution de ce genre.

A.net : Pouvez-vous nous parler de l’actualité de votre Institution ?

H : Je suis à la tête d’une nouvelle équipe. Notre programme, bien qu’inscrit dans la vision globale annoncée par le Plan stratégique - les savoirs au service du développement du pays - met l’accent sur l’enracinement sociétal de l’institution. Comme pour dire : retournons à notre société, tous les biens reçus de nos concitoyens. C’est cette vision que nous nous attelons à décliner en programmes, projets et activités, pour les trois prochaines années. Cela exige beaucoup de travail, et vous le constatez chaque jour, en venant dans nos services.

A.net : L’ASCAD reçoit, qu’est-ce que c’est ?

Hauhouot: « L’ASCAD reçoit » est une activité d’information et d’échanges, dont l’objectif est de renforcer la documention des Académiciens sur des questions clés du monde actuel, et préparer à la pratique de la pluridisciplinarité. Cela consiste précisément à recevoir un invité de haut niveau dans une conférence suivie d’échanges. La première édition a porté sur l’Etude prospective « Côte d’Ivoire 2040 ». L’invité était Dr Pokou Koffi, économiste au CIRES, directeur du Bureau National de Prospective et de Veille stratégique (BNPVS).

A.net : Qui recevez-vous à la prochaine édition ?

Hauhouot: Nous recevons, le 28 janvier prochain, le RP François Kaboré PHD, directeur du CERAP/IDD, expert économiste, Ancien Expert à la Banque Mondiale. Son projet est le suivant : « Financement, Production et Transmission du Savoir en Afrique, à l’ère de l’Economie de la Connaissance ». Comme vous le devinez, il s’agit d’une question de la plus haute importance pour les pays de l’Hémisphère Sud.

A.net: L’Economie de la connaissance, qu’est-ce que c’est ?

Hauhouot: N’étant pas spécialiste, je ne saurais entrer dans le détail, mais je vous dirais simplement que l’économie de la connaissance est une nouvelle discipline des sciences économiques qui a pour objet, la connaissance comme bien économique.

A.net : Qui pourrait y participer ?

Hauhouot: La conférence est réservée aux Académiciens, mais avons la possibilité d’inviter quelques personnalités très proches des problématiques qui seront évoquées.

A.net : Pourrait-on avoir, Président, les noms et qualités des prochains conférenciers ?

Hauhouot: Je préfère vous renseigner sur nos centres d’intérêt. En voici quatre : la médiation socio-politique ; l’environnement et le développement durable ; l’innovation scientifique et technologique ; l’autonomie de la pensée.

A.net: Il s’agit manifestement d’une nouvelle approche, pourriez-vous nous indiquer d’autres éléments de votre agenda ?

Hauhouot : Nous nous efforçons de diversifier et enrichir les programmes. « L’ASCAD reçoit » est une innovation. Il y en a d’autres :

ü La Revue des Sciences des Arts et des Cultures : bilan des travaux des Domaines et Commissions ;

ü La Session générale : cérémonie de clôture de l’année au cours de laquelle le rapport général est discuté et adopté ;

ü L’ASCAD honore : hommage rendu à une personnalité ;

ü L’ASCAD en visite : mission d’étude dans une ville ou une région du pays ou d’ailleurs.

A.net : Pr Kotchy, un mot sur son entrée dans l’immortalité ?

Hauhouot: Décidément, un mauvais vent souffle sur notre institution. Après Séry Bailly, c’est au tour de Kotchy N’Guessan Barthelemy de nous quitter. Mais ils sont déjà entrés dans l’immortalité, c’est là notre consolation. Kotchy N’Guessan Barthélémy est de la lignée des précurseurs, tout comme un autre éminent confrère, l’aîné Memel-Fotê Harris, de vénéré mémoire.

A.net : Voulez-vous saluer nos compatriotes, en ce début d’année ?

Hauhouot: Bien sûr, et avec empressement. J’adresse, de la part de membres de l’ASCAD, des vœux fervents de santé et succès à nos compatriotes. J’en profite pour les assurer de la poursuite de notre modeste participation à l’édification des fondations scientifiques, artistiques et culturelles du développement de la nation.





DA
Commentaires


Comment