Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Malgré l’appel à un ‘’compromis régional’’, les syndicalistes toujours pour la poursuite de la grève à Séguéla

Publié le vendredi 15 fevrier 2019  |  AIP
Rencontre
© AIP par DR
Rencontre entre deuxième vice-président du Conseil régional, Koné Aboubacar Sidik et les responsables syndicaux locaux du Worodougou


Séguéla – Malgré l’appel à un compromis régional lancé par le deuxième vice-président du Conseil régional, Koné Aboubacar Sidik, pour permettre à l’école de rouvrir dans le Worodougou, les responsables syndicaux locaux ont décidé de la poursuite du mouvement de débrayage, a appris l’AIP auprès de deux d’entre eux, à l’issue d’une rencontre, jeudi, dans la salle multimédia du lycée moderne Dominique Ouattara.

« On a décidé de poursuivre la grève parce que ce n’est pas une initiative locale, régionale. On ne peut donc pas prendre une décision au plan local », a déclaré le coordonnateur du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (MIDD), Doumbia Ibrahim.

Le deuxième vice-président du Conseil régional du Worodougou et député de la circonscription de Morondo-Fadiadougou, Koné Aboubacar Sidik, avait plaidé pour parvenir à ‘’un compromis régional’’ afin que les cours reprennent à Séguéla et à Kani, eu égard aux difficultés spécifiques de l’école dans la région, rappelle-t-on.

« La grève continue. C’est une grève nationale et nous ne sommes que les représentants de bureaux nationaux qui n’ont pas décidé de lever le mot d’ordre. On ne peut donc pas le lever ici », a, pour sa part, affirmé le coordonnateur de la CESCI, Yéo Beh Philémon, qui précise que cette rencontre avec le Conseil régional a eu lieu avec l’aval des différents Bureaux exécutifs nationaux (BEN).

Après Séguéla, ce sera au tour des responsables syndicaux de Kani, l’autre département de la région, d’avoir une rencontre, vendredi, avec le Conseil régional, note-t-on.

Des syndicats réunis au sein de la Coalition du secteur Education/Formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI) ont, depuis bientôt quatre semaines, arrêté les cours pour réclamer, entre autres, la revalorisation de l’indemnité de logement, la suppression des cours du mercredi et de l’emploi d’instituteur adjoint ainsi que l’instauration d’intendances dans les centres d’examen.

(AIP)

kkp/fmo
Commentaires


Comment