Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Faits Divers
Article
Faits Divers

Le mariage à durée déterminée, une pratique en vogue sur des sites d’orpaillage clandestin

Publié le dimanche 28 avril 2019  |  AIP


Ferkessédougou, Des enfants et jeunes en mobilité (EJM) entre la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et le Mali, à la recherche de leur bien-être sur les sites d'orpaillage clandestin, sont victimes de la drogue et d'une nouvelle forme de relation conjugale, le mariage à durée déterminée, notamment dans le département de Tengrela (Nord), rapportent des travailleurs sociaux.

L'information a été livrée, jeudi, au cours d'un atelier d'échange d'informations et de partages des données collectées sur des sites pilotes.

Le mariage à durée déterminée, c'est le fait qu'un orpailleur qui a pu avoir assez d'argent après la vente de son or se donne le luxe de s'offrir une femme pour un temps déterminé avec son argent.

"Par exemple avec huit millions de gain, un homme décide de s'offrir la plus belle femme qu'il peut avoir sur le marché, lui propose 800.000 francs cfa pour deux semaines de mariage, ou une femme qui s'est enrichie par la vente de l'or propose le même contrat à un jeune homme", selon un rapport des travailleurs sociaux.

Ce phénomène existe sur les sites d'orpaillage et plusieurs enfants et jeunes migrants attirés par l'argent dans les mines artisanales en sont victimes", soutient le document qui ne situe toutefois pas sur l'ampleur de ce phénomène à travers des données statistiques.

Situé à 864 km d'Abidjan, le département de Tengrela qui fait frontière avec le Mali est est à cheval sur le Burkina Faso. Cette position frontalière expliquerait la multiplicité des sites aurifères dans la région et permettrait d'enregistrer un flux migratoires impressionnant de jeunes personnes à la recherche d'un mieux-être.

Le projet processus de Rabat est mis en œuvre par l'ONG Save The Children représenté à cet atelier par la chef du Bureau de Bouaké, Mme Cissé Sononsa. Il s'étend sur la période du 1er février 2017 au 31 juillet 2019. Avec pour cible 12000 enfants et jeunes migrants, le projet vise à promouvoir une gouvernance efficace des migrations et protection des enfants et jeunes en mobilité entre la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso et le Mali.

(AIP)

ti/ask
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment