Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Bonne gouvernance en Côte d’Ivoire : Comment Ouattara a mis fin au règne de la corruption

Publié le mardi 20 aout 2019  |  L’Essor Ivoirien


Le président Alassane Ouattara est vraiment ‘’magique’’. En huit (08) ans d’exercice du pouvoir d’Etat, il s’est résolument engagé à mettre un terme, à la corruption, cette gangrène qui avait pignon sur rue hier. Voici ses mesures-clés qui permettent de nos jours, une meilleure gestion des ressources publiques et une meilleure redistribution des fruits de la croissance.

Le président Alassane Ouattara, on l’a dit et ressassé, est la ‘’deuxième chance’’ de la Côte d’Ivoire. En 2010, quand il sollicitait le suffrage de ses concitoyens, il leur a fait ce message. « Donnez-moi 5 ans seulement et je changerai le visage de ce pays. » 8 ans après, le président Alassane Ouattara a tenu toutes ses promesses. Il a fallu de prime abord inculquer à ‘’l’Ivoirien nouveau’’ qu’il veut former les notions de bonne gouvernance bien méconnues hier dans ce pays qui a connu ‘’des grilleurs d’arachides et des chantres des dépenses non ordonnancées en abrégé DNOS’’. Après sa prestation de serment le 21 mai 2011, et après avoir dressé un bilan catastrophique de la gestion du pays pendant des temps immémoriaux, il a sensibilisé et motivé ses concitoyens en ces termes. « La bonne gouvernance est un enjeu important pour notre pays. Elle contribue à une meilleure gestion des ressources publiques et une meilleur redistribution des fruits de la croissance ». Parole d’un connaisseur, d’un expert. Et le président Alassane Ouattara de passer à une moralisation publique en quelques mots. « La bonne gouvernance rassure le secteur privé, les partenaires et les investisseurs internationaux désireux d’investir dans notre pays. Nous y portons un intérêt particulier ». Joignant l’acte à la parole, il va mettre en place la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance dès son premier mandat. Puis a continué à renforcer les années suivantes les champs de compétences. Les attributions et les moyens de cette institution afin qu’elle puisse pleinement jouer son rôle. Ouattara a ensuite réduit drastiquement le train de vie de l’Etat dans le but d’allouer plus de ressources aux investissements structurants de l’économie. Autres chantiers annoncés et réalisés, l’attribution des titres fonciers dans les zones urbaines et rurales. Pour tenir le pari de la bonne gouvernance, l’expert venu du FMI a mis en route des mesures vigoureuses qui portent aujourd’hui leurs fruits et qui rassurent et attirent de nos jours les investisseurs tant nationaux qu’internationaux.

Ces mesures qui ont séduit et convaincu les investisseurs de tous bords

Ces reformes hardies, l’élu du peuple ivoirien les a entamées en commençant par le renforcement des capacités de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance en vue de lutter plus efficacement contre la corruption lampante dans l’administration publique avant son élection. Oisifs, tournant hier les pouces dans leurs bureaux, Ouattara a renforcé le rôle et les moyens de l’inspection générale d’Etat avec amélioration du suivi des recommandations de cette inspection générale. Il a aujourd’hui mis en place la cour des Comptes qui était hier une vue de l’esprit. Ouattara a simplifié les procédures administratives afin de réduire les risques de mauvaise gestion et de corruption et accéléré la délivrance des documents administratifs. Avec lui, la Côte d’Ivoire a un Fichier Unique de la Population. Il a engagé aussi des réformes pour l’amélioration du climat des affaires en collaboration avec des partenaires au développement comme Doing business, Millenium challenge Corporation, Open Gouvernement Partnership. Le président Alassane Ouattara n’a rien négligé. Pour des résultats probants, le chef de l’Exécutif ivoirien a accéléré la réforme des codes fonciers urbain et rural ; modernisé en profondeur le cadastre afin d’en améliorer la transparence et la gouvernance. Des bureaux de crédit et de microfinance ont poussé de terre comme des champignons. Afin d’améliorer la qualité du crédit bancaire. La moralisation du système judiciaire, la lutte contre le racket et le contrôle interne de la gestion des affaires de l’Etat, l’amélioration des infrastructures des tribunaux civils, et de commerce portent l’empreinte du numéro 1 ivoirien. Ouattara est celui qui a mis en place une Cour d’Appel du Tribunal du Commerce. Enfin, le chef de l’Etat ivoirien a amélioré la bonne gouvernance des Etablissements publics nationaux (EPN), des sociétés d’Etat et des sociétés à participation financière de l’Etat par une meilleure sélection des dirigeants, a réussi l’accroissement du contrôle de leur gestion et des sanctions des gestionnaires ayant failli à leurs obligations. Une première en Afrique subsaharienne, la signature d’une charte d’éthique et de la bonne gouvernance aux ministres, membres du gouvernement ivoirien. Voilà comment le président Ouattara a pris la corruption par les cornes et l’a maîtrisée, séduisant, convaincant et attirant bailleurs de fonds et investisseurs qui se bousculent aux portes de la Côte d’Ivoire. Quelle chance inouïe pour ce pays aujourd’hui envié, admiré et jalousé grâce au magistère, à l’imprimatur de l’ancien DGA du FMI. Un tel dirigeant doit demeurer à vie à la tête de son pays.

Igor Wawayou
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment