Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

Ma lettre au ‘’patriarche’’ de Daoukro/Par Igor Wawayou L’erratum de Guikahué ou de Bédié ?

Publié le jeudi 7 novembre 2019  |  L’Essor Ivoirien


Monsieur le Président du PDCI-RDA, pardon du morceau qui n’a pas encore filé entre vos mains, après les départs massifs de vos ‘’anciens compagnons d’hier’’ que vous toisez aujourd’hui comme ‘’ceux qui sont allés manger à côté au restaurant RHDP’’. Voyez-vous M. le Président, vous vous êtes ainsi créé inutilement des ‘’ennemis et des adversaires’’ pour demain. Ce que je vous révèle dans ce courrier, je l’ai écouté comme d’habitude aux portes. Non pas comme ‘’un infiltré ou un espion’’ que vous avez envoyé au RHDP. Je dois ces informations grâce à ma carte de journaliste professionnel et non comme un homme qui a décidé de ‘’sécher son linge là où brille le soleil’’. Un bout de phrase qui dit la même chose que vous avez prononcée, en parfaite complicité avec mon ‘’witon wili’’, pardon mon ‘’beau-frère’’, professeur Maurice Kakou Guikahué le 19 octobre 2019 à Yamoussoukro. M. le Président, votre ‘’neveu’’ m’a encore appelé il y a 48 heures pour me prévenir de ce que vous étiez en train de ‘’réactualiser’’ la liste des membres du Bureau politique par rapport à ceux qui sont allés manger à côté, au restaurant RHDP, et qui ne s’y reconnaissaient pas. Savez- vous ce que je lui ai dit au téléphone ? Ce n’est pas ici une ‘’réactualisation’’, mais plutôt ‘’un recul, une revue de votre copie’’ après ce tollé général suscité par cette ‘’grave erreur’’ de ‘’mon beau-frère’’, professeur Maurice Kakou Guikahué, qui aurait dû être traduit devant le conseil de discipline du parti pour ce ‘’pipeau’’. Que nenni ! Voyez-vous, M. le Président, abstenez-vous de le ‘’sanctionner’’. Que cela reste confidentiel entre nous, sinon il va dire à sa ‘’nièce’’, mon épouse, de demander ici et maintenant le divorce parce que je l’empêcherai aussi de ‘’manger’’ à votre restaurant à Daoukro. Monsieur le Président, il a déjà tenté dans le canton Paccolo à Gagnoa d’influencer mes ‘’beaux parents’’ de ‘’parler’’ à leur fille. Vous savez Monsieur le Président ce que cela veut dire en Afrique, sous l’arbre à palabres. Mais là n’est pas le sujet de ma missive. C’était pour rire un peu. Mon ‘’bienfaiteur d’hier’’, voila ce qui se dit dans le pays profond de la ‘’réactualisation’’ de la liste du Bureau politique de votre parti. Vos concitoyens n’ont pas cherché loin pour parler d’une ‘’honteuse reculade, d’un rectificatif, un erratum’’ qui ne dit pas son nom. Ou encore, vous serez contraint aujourd’hui après cette grosse honte de ‘’revoir votre copie’’. En écoutant ces Ivoiriens se prononcer sur ce qu’ils appellent ‘’un rectificatif’’, j’ai eu très mal au cœur. Et je me suis demandé, mais qui a pu ainsi vous induire en erreur en vous présentant une liste qui n’a pas subi une enquête préalable ? Je n’ai pas cité de nom à mes interlocuteurs. J’ai tout simplement ajouté que ce que je sais, c’est que c’est mon ‘’witon-wili’’, votre très proche collaborateur qui est allé vous retrouver à Paris en France pour soumettre cette fameuse liste à votre ‘’précieuse signature’’, faisant foi de sceau, de cachet spécial. Avec la réactualisation, y a-t-il eu cette fois-ci vérification, enquête ‘’commodo et incommodo’’ ? Comme pour les titres fonciers ? J’ose espérer que ce travail préalable a été fait et qu’il n’y aura pas encore des élévations de voix, des démentis, des récriminations et autres condamnations. Autre sujet invoqué avec votre ‘’neveu’’, l’imminente Convention de votre parti qui va désigner le candidat qui va défendre les couleurs de la plus ancienne formation politique de Côte d’Ivoire à la présidentielle d’Octobre 2020. Je vous fais ici part des confidences qu’il m’a faites au téléphone ce jour-là.
Selon lui, tout est déjà ‘’géré, calé, bouclé’’. Il n’y aura pas de passe à un jeune de votre parti. Les discours seront ‘’orientés, dictés’’ pour un consensus ou l’unanimité’’ autour de votre candidature. La Convention sera ‘’le lieu d’une pièce de théâtre, d’une ‘’comédie politique’’ qui va se jouer à ‘’guichets fermés’’. ‘’Après vous, c’est vous’’ et gare à celui qui va oser proposer un nom autre que le vôtre. Il sera ‘’excommunié’’, pardon, ‘’banni’’ à vie du PDCI-RDA, m’a-t-il soufflé avant de me dire au revoir, m’empêchant à la limite de placer un commentaire qui pourrait le ‘’refroidir’’, tant il était enthousiaste. M. le Président, je voulais avec vous, m’apitoyer’’ sur l’avenir des jeunes et hauts cadres de votre famille politique. A quand le passage de témoins ? Sont-ils condamnés tant que vous êtes là, à suivre perpétuellement ‘’les chemins de votre vie’’, sans plus ? Ne craignez-vous pas les frustrations que pourraient susciter vos ambitions politiques en Octobre 2020 ? Ne préparez-vous pas ainsi votre jeunesse à aller voir ailleurs, au RHDP, où votre cadet, le président Alassane Ouattara est en plein dans la promotion de la jeunesse du Parti unifié ? Des risques de ‘’déboulonnage’’ demain, à la ‘’Bourguiba’’, par une jeunesse déboussolée sont forts et réels. Avec à la clé, l’implosion, in fine, du PDCI-Daoukro. Conséquence de votre refus de faire la passe à la génération montante. Monsieur le Président, je vous invite à préparer les jeunes cadres de votre parti à une relève assurée. Votre candidature qu’on dit déjà ‘’calée’’ va créer ‘’un tsunami’’ au sein de ce qui vous reste comme militants. La vérité sort quelques fois de la bouche des enfants. Evitez, je vous en supplie, Monsieur le Président, à 86 ans bientôt bien sonnés, que les jeunes du PDCI ne vous fassent passer au soir de votre vie ‘’pour un éléphant dans un magasin de porcelaine’’. Refusez de ‘’tuer’’ des ambitions politiques au sein de votre famille politique. C’est un sujet de méditation profonde que ‘’filialement’’ je vous propose.
Shalom et à demain !
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment