Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

EDS, un mouvement pro-Gbagbo dit « non » à une caution de 200 millions Fcfa pour la présidentielle

Publié le samedi 1 fevrier 2020  |  APA
Politique:
© Partis Politiques par DR
Politique: Meeting conjoint FPI-EDS à Yopougon
Abidjan le 01 février 2020. L’espace Figayo dans la commune de Yopougon, a abrité ce samedi le meeting FPI- EDS pour la réconciliation et la Paix.


Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), un mouvement dont le référent politique est Laurent Gbagbo dit « non » à une caution de 200 millions Fcfa pour la présidentielle en Côte d’Ivoire, a déclaré samedi son président Armand Ouégnin, à un meeting du Front populaire ivoirien (FPI, opposition) à Yopougon Ficgayo, dans l’Ouest d’Abidjan.
« Nous disons non, on n’est pas d’accord » sur le cautionnement de 200 millions Fcfa que les tenants du pouvoir veulent «nous imposer », a affirmé Georges Armand Ouégnin, président de EDS, lors d’un meeting du FPI, en présence de Mme Simone Gbagbo, 2è vice-présidente du FPI.

Pour le président de EDS, Georges Armand Ouégnin, la Côte d’Ivoire est « un pays où la majorité est pauvre », et un tel cautionnement signifierait que pour prétendre être le président de la République, il faut être nanti.

En visite d’Etat fin novembre dernier dans la région de Hambol (Katiola), le président ivoirien Alassane Ouattara a dit être favorable à une « caution minimum de 100 millions de FCFA » pour l’élection présidentielle d’octobre 2020, ce qui pourrait permettre d’éviter un nombre pléthorique de candidatures à ce scrutin. « On va rester aux 20 millions Fcfa » tel qu’inscrit dans le Code électoral actuel, a lancé M. Armand Ouégnin, soulignant que les discussions avec le pouvoir impliquant les partis politiques et la société civile ne sont pas terminées et se poursuivent.

Outre la caution pour la présidentielle, EDS réfute également le point du parrainage pour les joutes électorales, a-t-il clamé, faisant savoir que le pouvoir « veut que les candidats soient parrainés par un parrainage politique ».

« Nous disons non et l’opposition est ferme » sur cette question, a lancé M. Armand Ouégnin, lors de ce rassemblement baptisé « Giga meeting pour la paix » qui a réuni plus d’un millier de militants et de grandes figures de cette frange du FPI, regroupant Mme Gbagbo et Assoa Adou, le secrétaire général.A ce meeting, ont également pris part des représentants de partis alliés de l’opposition, avec une délégation du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Anaky Kobenan de Mouvement des forces d’avenir (MFA) et Bonie Claverie de URD.

Le Premier ministre ivoirien, chargé du Budget et du portefeuille de l’Etat, Amadou Gon Coulibaly, a souhaité le 10 janvier que le dialogue autour de la réforme du Code électoral se tienne «dans un délai qui ne devra pas excéder un mois », lors d’une rencontre avec la société civile.

Cette réforme du Code électoral intervient après celle de la Commission électorale indépendante CEI, rejetée par la plateforme de l’opposition qui la trouve non consensuelle. En dépit de cela, l’opposition s’active pour la présidentielle d’octobre 2020.

AP/ls/APA
Commentaires
Playlist Politique
Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment