Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire : sanction disciplinaire infligée à un journal pour manquement grave au code de déontologie

Publié le vendredi 20 mars 2020  |  APA
Samba
© APA par Saliou AMAH
Samba Koné a pris officiellement fonction en qualité de président de l`Autorité nationale de la presse (ANP)
Mercredi 19 février 2020. Abidjan. Samba Koné, un journaliste chevronné qui totalise plus de 40 ans d`expérience dans l`écosystème des médias et de la communication en Côte d`Ivoire, a pris officiellement fonction mercredi en qualité de président de l`Autorité nationale de la presse (ANP), l`organe de régulation de la presse dans le pays


Abidjan (Côte d'Ivoire) - L'Autorité nationale de la presse (ANP), l'organe de régulation de la presse imprimée et numérique en Côte d'Ivoire a infligé vendredi une sanction disciplinaire à L'Essor Ivoirien, quotidien proche du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, au pouvoir) pour «manquement grave au code de déontologie», indique un communiqué transmis à APA.

«L'ANP note avec regret que l'Essor Ivoirien coutumier du fait, persiste avec ardeur dans la violation systématique des textes législatifs, réglementaires et professionnels qui encadrent la profession », explique le président de cette Autorité, Samba Koné dans son communiqué.

« Le directeur de publication ( Tehra Sidi ) et le journaliste (Jeanne Auréole) auteur de l'article incriminé ont écopé chacun d'une sanction disciplinaire pour manquement grave au code de déontologie », ajoute -t-il. Cette sanction administrative est relative au blâme et à l’avertissement.

Dans son édition N°317 du 19 mars 2020, le quotidien ivoirien L'Essor Ivoirien a publié sous la plume de Jeanne Auréole :«Déstabilisation de la Côte d'Ivoire/ M. Albert Toikeusse Mabri prépare une insurrection meurtrière depuis Danané/ Toutes ses connexions avec le prince Johnson du Libéria/ Le rôle joué par son chef de cabinet ».

A la lecture de cet article, l'ANP dit avoir conclu que le traitement fait de cette information a méconnu les règles et principes élémentaires d'équilibre de l'information, de séparation des faits du commentaire, d'esprit alerte et critique du journaliste face à une information quelqu'en soit la source et l'origine. Selon le régulateur, cette information, d'une « extrême gravité », mettant en cause M. Mabri et son chef de cabinet tient de la « rumeur et des sources non identifiables ».

LB/ls
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment