Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Necrologie
Article
Necrologie

Lucarne sur la pratique des alliances inter-ethniques en cas de deuil

Publié le jeudi 16 juillet 2020  |  AIP


Abidjan- Dans le cadre des obsèques du premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le professeur Amoa Urbain lève un coin de voile sur la pratique des alliances inter-ethniques lorsque survient un décès, soulignant que " ce qui peut être demandé, c’est de demander au protocole de laisser une place de choix à la mise en place à l’exécution de ces alliances, car cela donne un passeport au défunt".

En cas de décès, chaque peuple a sa manifestation d’intérêt. Dans tous les cas, et je le recommande fortement, car il peut en être autrement. Les funérailles du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly ne peuvent pas faire fi, dans la pratique, des alliances inter-culturelles. Et compte tenu du fait qu’il n’y a pas qu'un seul peuple qui soit leur allié, une application stricte mais sans excès ni bouffonnerie, des règles liées aux alliances avec les peuples alliés et le protocole doit en tenir compte et ce pour le parcours du défunt, la santé de sa famille et le succès de sa descendance. Ce sont des pratiques savantes et élégantes.

L'histoire des peuples doit savoir en tenir compte. Ce qui peut être demandé, c’est de demander au protocole de laisser une place de choix à la mise en place de ses alliances à l’exécution de ces alliances, car comme je l’ai dit plus haut cela donne un passeport au défunt. Et pour certains c’est une paille ou une brindille qu’on met sur un cercueil et on fixe une amende pour déclencher le processus de la consolation. Donc on essaie de théâtraliser un tout petit peu, de procéder par exorcisme. Et ce qui fait si mal, on théâtralise pour que les gens puissent avoir la possibilité de faire chuter la tension pendant une période où les gens pleurent. Et c’est une formule.

D’autres se mettront tout simplement devant le cercueil. On a vu par exemple à N’Douci le ministre Diane Sadia être bloqué par les Abbey. Il faut payer l’amende. Mais quand on dit que vous avez une amende de 50 millions francs CFA à payer ou payez-nous une amende de 50 millions francs CFA, c’est vrai que cela agace certains pseudo-intellectuels, mais les intellectuels traditionnels sont heureux parce que les 50 millions dont il est question, ce n’est pas 50 millions francs CFA à payer mais il faut entrer en négociation et là intervient la diplomatie coutumière qui se solde parfois par 5 francs CFA, et c’est celui qui dit voilà vos 50 millions francs CFA puis on accepte, on joue et on passe.

Mais ce n’est pas un moment de mendicité ou un moment pour rançonner les gens. Dans d’autres cas, vous trouverez un allié couché dans la tombe et il attend qu’il soit dédommagé avant de sortir de là. Comme tout est de faire en sorte que la situation connaît un léger blocage pour faciliter les négociations et montrer la présence des gens. C’est vrai que même en pareil circonstance si des alliés arrivent, ils peuvent même tuer toutes les bêtes qu’ils voient. Mais ça dépend du type d’alliance et pour cela il faut tenir compte de l’antériorité de chaque alliance.

Au nombre des alliés des Sénoufos, dans le cadre des alliances au sein du peuple Gur, figurent les Tagwana, les Lobi. Au niveau des alliances entre Gur et Mandé, les Sénoufos sont alliés au Dioula, au Gouro, au Toura, au Yacouba, au Maou, au Koyaka. Enfin au niveau des alliances entre Akan et Gur, les sénoufos ont pour alliés les Anô.

tg/ask
Commentaires
Playlist Titrologie
Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment