x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 6 octobre 2010 | Nord-Sud

Mamadou Koulibaly, président de l’Assemblée nationale : “Nous sommes au courant des actions de la Fesci”

Le Syndicat national de l’enseignement primaire public de Côte d’Ivoire(SNEPPCI) a organisé, hier, à Yopougon, la journée mondiale des enseignants. A cette occasion, Mamadou Koulibaly, président de l’Assemblée nationale, a parlé de sa conception du système éducatif ivoirien.

«Nous savons les actions de la Fesci (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire)», a déclaré hier le président de l’Assemblée nationale à Yopougon, lors d’une conférence publique qu’il a animée à l’ex-cinéma Saguidiba dans le cadre de la journée mondiale des enseignants. Répondant à une préoccupation de Gnélou Paul, secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement primaire public de Côte d’Ivoire (SNEPPCI), relative aux actes de violence de membres de la Fesci dans les établissements primaires, Mamadou Koulibaly qui a développé le thème : «La reconstruction passe par les enseignants», a été très explicite. «Pour l’instant, nous avons besoin d’ordre, le reste sera réglé après les élections», a-t-il conseillé. Selon lui, la reconstruction commence avec les enseignants et l’accent doit être mis sur la formation des jeunes. Toutefois, ajoute-t-il, les difficultés que rencontrent les enseignants avec la Fesci ne lui sont pas étrangères. Mais, il faut un engagement pour une éducation de qualité car «nos enfants sont épuisés», s’est-il justifié. Pour Mamadou Koulibaly, la crise qui a exacerbé la souffrance des Ivoiriens impose une réflexion sur le type de société que l’on veut bâtir. Le système éducatif doit faire en sorte que « la morale sociétale soit à l’endroit», a-t-il indiqué. Selon leur porte-parole, les enseignants sont les « ingénieurs de l’esprit». A ce titre, ils doivent être des acteurs prépondérants dans le processus de reconstruction que connaît, actuellement, le pays. «L’instituteur doit être un acteur principal de la reconstruction de notre pays», a-t-il affirmé. Il a également souhaité l’ouverture de tous les concours de la fonction publique aux enseignants. Surtout celui de l’Ecole normale de l’administration(ENA).

K K F

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ