x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le samedi 13 novembre 2010 | Nord-Sud

Traoré Mamadou (imam du Golf) à propos de la tabaski : “On peut s’endetter pour acheter son mouton si…”

© Nord-Sud Par Prisca
Islam/Ramadan : Tariq Ramadan échange avec les fidèles de la mosquée d`Aghien
Vendredi 3 septembre 2010. Abidjan. Grande mosquée de Cocody 2 plateaux Aghien. Le célèbre universitaire suisse d`origine égyptienne, Tariq Ramadan est l`hôte de l`imam Boikary Fofana
En commémoration du sacrifice d’Abraham, les musulmans célèbrent la tabaski le mardi 16 novembre. A cette occasion, Traoré Mamadou, imam de la mosquée de la Riviera-Golf, et 1er vice-président du Conseil supérieur des imams(Cosim), prodigue des conseils aux fidèles.


Des musulmans s’endettent pour s’offrir le mouton de la tabaski. Est-ce permis ?
L’immolation d’une bête à l’occasion de la tabaski a été recommandée par le prophète Mohamed, mais ce n’est pas une obligation. On n’est pas obligé de s’endetter, comme vous le dites, pour accomplir ce sacrifice. Qui n’est recommandé qu’au musulman qui en a les moyens. C’est-à-dire celui qui a de quoi s’acheter un des animaux autorisés : un mouton, un bœuf ou un chameau, après s’être assuré qu’il pourra payer la nourriture de sa famille le jour de la fête et les trois jours qui suivent.

Certains chefs de famille, habitués à immoler des moutons, ont recours à des prêts quand ils n’en ont pas les moyens. Ils craignent une humiliation le jour de la fête vis-à-vis de leurs femmes et enfants, et même des voisins du quartier. L’islam ne tolère-t-il pas un tel endettement ?
Cela demande un travail d’éducation de la part des imams. On ne fait pas le sacrifice pour faire plaisir aux hommes. On le fait à Dieu.

Un chef de famille qui a la possibilité d’obtenir facilement un prêt ne peut-il en demander ?
Celui qui a la possibilité de s’endetter pour s’acheter un mouton peut le faire s’il est sûr de rembourser l’argent juste après la fête. S’il ne peut pas le faire, là, il y a problème.

Le sacrifice fait à crédit a-t-il une valeur ?
Si vous avez les moyens de payer la dette dès la fin de la fête, votre sacrifice a toute sa valeur. Un chef de famille qui attend une entrée imminente d’argent et qui n’a pas d’espèce le jour de la fête peut demander un prêt et faire valablement son sacrifice.

Des personnes peuvent-elles s’associer pour acheter une bête ?
C’est une alternative proposée par l’islam à ceux qui n’ont pas la possibilité de s’acheter tout seul un animal. Ils peuvent s’associer pour acheter un bœuf ou un chameau pour l’immoler. Le nombre de personnes qui s’associent ainsi ne doit pas dépasser sept. Et les participants doivent se partager la viande à parts égales. Chacun a la même récompense divine que celui qui achète seul sa bête.

Peut-on aussi s’associer pour acheter un mouton ?
Bien sûr ! On peut le faire même si on n’est pas de la même famille. On peut le faire entre voisins, entre connaissances ou tout simplement entre musulmans.

De combien de jours dispose-t-on pour immoler sa bête ?
Quatre : le jour de la fête et les trois jours que les pèlerins passent à Mina (Ndlr : dans la banlieue de La Mecque). Mais l’idéal est de faire l’immolation le jour même de la fête, si on en a la possibilité.

Quelle est la meilleure heure pour faire l’immolation ?
Le matin du jour de la fête après la grande prière, et après que l’imam derrière lequel on a participé à cette prière a fini d’immoler sa bête. Pas avant, sinon le sacrifice n’est pas valable.

Des fidèles trouvent parfois que leur imam met trop de temps à finir son sermon. Ils rentrent chez eux et tuent leur mouton avant l’imam. Qu’en dites-vous ?
Ce comportement annule les mérites du sacrifice. Immoler son mouton avant l’imam avec lequel on a prié annule la valeur spirituelle de l’acte. C’est aussi l’occasion d’interpeller les imams qui ont tendance à prolonger leur sermon ce jour-là. Il faut aller à l’essentiel parce qu’il y a beaucoup de choses à faire.

Comment doit se faire le partage de la viande ?
Elle est divisée en trois parties : une pour la famille, une autre pour les pauvres et les indigents et la troisième partie pour les amis et connaissances. Les enseignements du prophète Mohamed précisent qu’une bonne partie doit prioritairement aller aux pauvres.

Entretien réalisé par Cissé Sindou

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ