x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mardi 29 mai 2012 | AFP

La Cédéao met en garde contre les atteintes au processus de transition malien

© AFP Par Aristide
Sommet extraordinaire de Dakar de la CEDEAO sur les crises malienne et bissau-guinéenne: fin du conclave qui a réuni le Président Alassane Ouattara et ses pairs au Sénégal
Jeudi 3 mai 2012. Dakar (Sénégal). Les chefs d`Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont planché sur les derniers développements des crises malienne et bissau-guinéenne
LAGOS - Les pays de la Communauté économique des Etats d`Afrique de l`Ouest (Cédéao) ont mis en garde mardi, dans un communiqué publié à Lagos, contre les "tentatives antipatriotiques" visant à faire échouer le processus de transition au Mali en imposant le leader du putsch du 22 mars.

"Il a été signalé à la Cédéao que, à la suite de l`agression dont a été victime le 21 mai 2012 Dioncounda Traoré, le président malien de transition, les forces politiques qui étaient derrière cette attaque persistent dans leur regrettable et antipatriotique tentative de perturber le processus de la transition", indiquent les représentants des 15 pays de la cédéao.

Selon le communiqué, la campagne pour imposer la capitaine Amadou Sanogo comme président de l`intérim pourrait interrompre la feuille de route conduisant au retour de l`ordre constitutionnel au Mali.

"La Cédéao met donc en garde ceux qui soutiennent cette campagne de se mettre dorénavant à l`écart de tels actes sinon ils pourraient encourir des sanctions de la médiation et du conseil de sécurité", poursuit le communiqué.

Le Mali fait encore face aux conséquences du coup d`Etat du 22 mars dirigé par le capitaine Amadou Sanogo qui a créé une vacance du pouvoir et précipité la chute du Nord du Mali tombé aux mains de rebelles touareg et d`islamistes armés.

La Cédéao a rejeté la prétendue déclaration d`indépendance des groupes contrôlant cette région, et répété qu`elle serait prête à envoyer une force armée au Mali si elle recevait une demande officielle en ce sens de Bamako.

joa/aub/jlb

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ