x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Afrique Publié le mardi 18 septembre 2012 | L’intelligent d’Abidjan

Intervention de la FAC au Mali / Kadré Désiré Ouédraogo (président de la commission de la CEDEAO) : ‘‘C’est maintenant qu’il faut agir et vite’’

© L’intelligent d’Abidjan Par DR
Activités du premier ministre : Me Jeannot Kouadio-Ahoussou a reçu en audience le président de la Commission de la CEDEAO, M. Kadré Désiré Ouédraogo
Jeudi 15 mars 2012. Abidjan. Primature. Le premier ministre Jeannot Kouadio-Ahoussou a accordé une audience au président de la Commission de la CEDEAO, M. Kadré Désiré Ouédraogo
Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, membres du Conseil de médiation de la CEDEAO, se sont retrouvés pour une réunion extraordinaire le lundi 17 septembre 2012 à l’hôtel Ivoire. Cette réunion qui fait suite à celle des chefs d’états-majors de l’organisation sous-régionale, avait pour objectif de définir une démarche commune après la requête du président par intérim du Mali, adressée au président en exercice de la CEDEAO dans laquelle Dioncounda Traoré demande un appui pour la reconquête du Nord-Mali. Dans un élan de solidarité, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de la CEDEAO ont examiné les propositions du Comité des chefs d’états-majors (CCEM), au terme de leur réunion extraordinaire des 14 et 15 septembre 2012 à Abidjan. Les membres du Conseil de médiation ont donc mis leurs travaux à profit pour déterminer, selon le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, «la marche à suivre pour une meilleure coordination de nos efforts sur le terrain, en accord avec l’Union africaine et les Nations-Unies». Pour Kadré Désiré Ouédraogo, l’heure n’est plus aux conjectures ni aux tergiversations, après la demande formelle d’appui militaire adressée par le président Dioncounda Traoré au président Alassane Ouattara, le 5 septembre 2012. «C’est maintenant qu’il faut agir et vite face à l’inacceptable et aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord du Mali», a exhorté Kadré Désiré Ouédraogo. «Pour réussir notre mission, il est important que les autorités maliennes (politiques et militaires) parlent d’une seule et même voix pour exprimer aux partenaires la position commune de la région qui devra être endossée par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine avant d’être transmise au Conseil de sécurité de l’ONU», a ajouté le président de la Commission de la CEDEAO. Selon lui, l’option de la négociation est la préférence de la CEDEAO, mais en cas d’échec, il faudra envisager le déploiement des 3300 soldats de la Force en attente de la CEDEAO (FAC), conformément aux propositions des chefs d’états-majors. Concernant la situation en Guinée-Bissau, le Conseil de médiation de la CEDEAO s’est réjoui des progrès accomplis depuis le déploiement des soldats composant la Mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau. Une vigilance accrue a tout de même été sollicitée par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, face aux foyers de tensions dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire. La prise de la ville de Douentza, le 1er septembre dernier par le Mouvement pour l’unité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) a été vivement condamnée. Un communiqué final a sanctionné cette réunion extraordinaire du Conseil de médiation de la CEDEAO.
Olivier Dion

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ