x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Afrique Publié le mardi 11 décembre 2012 | L’intelligent d’Abidjan

Conseil de sécurité de l’Onu/ Pression sur les rebelles du Nord-Mali : L’émissaire de Ouattara (Charles Diby Koffi) demande l’adoption rapide d’une résolution

© L’intelligent d’Abidjan Par FN
Activités de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique : Bassam abrite un séminaire sur les banques et le financement de la commande publique
Jeudi 12 juillet 2012. Grand-Bassam. Nsa hôtel. Les acteurs du système bancaire et financier, à savoir le Trésor public et l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers de Côte d’Ivoire, réfléchissent sur le financement de la commande publique. Photo: le ministre de l`Economie, Charles Diby Koffi
L’appel du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, lors de sa visite en France, demandant l’intervention de la Communauté internationale dans le Nord-Mali, afin de chasser les rebelles, a été réédité hier, par son ministre des Affaires étrangères, Charles Koffi Diby. Face à l’ampleur du traumatisme des populations du Nord Mali de la part de ces personnes armées, en contact permanent avec des réseaux du terrorisme, l’émissaire du Président Ouattara a jugé urgent qu’une force internationale soit déployée dans cette partie du Mali, avec l’accord du Conseil de sécurité des Nations unies. Charles Koffi Diby a souligné "l`urgence et la diligence avec laquelle le Conseil de sécurité de l`ONU devrait pouvoir autoriser le déploiement de la Mission internationale de soutien sous conduite africaine au Mali (MISMA) et les soutiens logistiques et financiers nécessaires". Charles Koffi Diby craint fort que le nord du Mali ne se transforme en un sanctuaire pour les groupes terroristes. C’est la raison pour laquelle, il a plaidé en faveur de l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité autorisant le déploiement de la MISMA dans les prochains jours. "Notre vif souhait est que ce Conseil pourra dans les plus brefs délais apporter une réponse positive à la demande formulée d`une seule voix par le continent africain", a-t-il ajouté. Cette position est soutenue par le ministre togolais des Affaires étrangères, Elliott Ohin. Celui-ci a jugé "impérieux que le Conseil se décide à redonner espoir aux Maliens" en autorisant le déploiement de la MISMA. Bamako et la Cédéao ont soumis à l’ONU des plans pour une force internationale de 3.300 hommes et demandent au Conseil d`autoriser son déploiement. Le Conseil doit se prononcer sur la base d`une résolution préparée par la France, qui espère son adoption avant Noël. De son côté, l’envoyé spécial de l`ONU au Sahel, Romano Prodi, a rappelé qu’une action militaire au nord-Mali ne pourra pas être lancée avant "de nombreux mois", afin de "rassembler les forces nécessaires". Dans une déclaration fin novembre, M. Prodi avait fixé la date probable à septembre 2013. Soulignant la nécessité d`une stratégie globale au Sahel que M. Prodi est chargé de mettre au point. L’ambassadeur français Gérard Araud a estimé que "la rédaction de cette stratégie a subi un retard trop important, il faut passer à l`acte".
HK, avec AFP

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ