x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le samedi 27 juillet 2013 | Le Nouveau Réveil

Fin des élections en Côte d’Ivoire, Youssouf Bakayoko : l’artisan de la démocratie

© Le Nouveau Réveil Par DR
Sortie de crise: la CEI fait son bilan en présence du Président Youssouf Bakayoko, pour mieux affronter les élections locales
Mercredi 18 avril 2012. Grand-Bassam. Ceremonie d’ouverture d’un atelier d’évaluation des dernières élections par la Commission Electorale Indépendante (CEI)
Avec la tenue, le dimanche 21 juillet dernier, des élections partielles, le long cycle électoral commencé le 31 octobre 2010 vient de prendre fin. Les résultats sont connus de tout le monde. Tout comme tout le monde a eu à vivre les péripéties et fortunes diverses qui ont entouré les différents scrutins. De l’élection présidentielle à l’élection régionale en passant par les élections législatives et municipales, une structure était au centre de tout le processus: La Commission Electorale Indépendante (CEI). Au-délà de tous les membres de cette institution, son président, le ministre Youssouf Bakayoko, était l’homme le plus regardé et suivi durant les trois dernières années déterminantes pour la Côte d’Ivoire. Il était, de ce fait, celui par qui devait advenir le renouveau démocratique de la Côte d’Ivoire à travers des élections ouvertes, transparentes et paisibles qui doivent sortir le pays du cycle de la violence. Après plus de 40 mois de travail acharné, force est de reconnaitre que Youssouf Bakayoko a tenu à relever tous les défis. A lui seul, il a gagné la moitié des paris de la sortie de crise par les élections. Fin tacticien, adepte de la démocratie apaisée enseignée par le président Bédié et stratège doublé de diplomate averti, le président Youssouf Bakayoko a usé de tout son art pour mener à bon port le processus électoral pour qui beaucoup avaient des craintes. Quand il fallait du courage, il a sû faire preuve d’un extraordinaire courage en donnant les résultats, en dépit des menaces et autres tentatives d’intimidation comme ce fut le cas à la présidentielle. Quand il fallait une dose de diplomatie, il a su vaincre par la diplomatie toutes les velléités de violence et de refus de la compétition, comme ce fut le cas aux législatives. Quand il fallait la stratégie, il s’est fait grand stratège pour éviter les pièges et autres crocs en jambes, comme ce fut le cas lors des municipales et régionales couplées. Quand il fallait de l’autorité, il a su user de son autorité pour réussir la reprise du scrutin là où il le fallait, comme ce fut le cas pour les partielles des législatives, les municipales et les régionales. Dans l’ensemble, au-delà de quelques échauffourées constatées çà et là, le président Youssouf Bakayoko a réussi à ramener la Côte d’Ivoire sur la voie des élections sans heurt. C’est d’ailleurs à juste titre qu’il a eu les félicitations des présidents Ouattara et Bédié, du président de l’Assemblée nationale Soro, des Chancelleries et de la communauté internationale pour ce travail accompli. Reconnaissant ainsi en lui le grand artisan du renouveau démocratique de la Côte d’Ivoire.

Eddy PEHE

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ