x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Editorial Publié le lundi 16 décembre 2013 | Nord-Sud

Crimes postélectoraux / Procès des pro-Gbagbo : le “Forum’’ juge la justice ivoirienne crédible

Pour prolonger le débat sur la capacité de la justice ivoirienne à juger les partisans de l’ancien chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, Nord-Sud Quotidien a déposé ses valises, cette fin de semaine dans le Sud-Comoé, précisément à Aboisso. C’est le Grin ‘’Le Forum de la réconciliation’’ qui a été visité.


Le temps paraissait insuffisant pour les membres du Grin ‘’Le Forum de la réconciliation’’ pour se prononcer sur le thème: «  La justice ivoirienne peut-elle juger les pro-Gbagbo ? », tellement le débat était passionnant pour tout le monde, ce jeudi 12 décembre dans cet espace de libres échanges, situé à quelques encablures de la gare routière d’Aboisso. Dès l’introduction du thème par le président, Bamba Youssouf, des réactions fusent de partout. Ici, l’on est unanime sur la crédibilité de la justice ivoirienne. « La justice ivoirienne est maintenant bien outillée pour juger tous les pro-Gbagbo qui sont présentement en détention. Si Laurent Gbagbo s’est retrouvé à la Cpi (Cour pénale internationale, Ndlr) c’est parce qu’en son temps, rien n’était en place. Les tribunaux étaient encore dans un état piteux puisqu’ils avaient été saccagés durant la crise postélectorale. En plus, il y avait une tension politique. Alors qu’aujourd’hui, tout marche normalement. Et je crois qu’ils pourront bénéficier d’un procès équitable ici en Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué d’entrée de jeu. Dao Mamadou, chauffeur, abonde dans le même sens. A l’entendre, le jugement des pro-Gbagbo dans le pays pourra décrisper la tension politique. « Il y a beaucoup de victimes qui attendent ce procès. Le faire ailleurs donnera un goût d’inachevé à la réconciliation. Je vais plus loin pour dire que si la justice estime qu’il y a des pro-Ouattara qui ont commis des exactions, qu’on les arrête. Cela va rendre davantage crédible notre justice, qui depuis un moment est très objective et pas aux ordres du politique », a-t-il renchéri. Kouyaté Massamba, agent commercial, pense, quant à lui, que dans la situation actuelle, rien ne fait obstacle à un quelconque procès de qui que ce soit. « Moi j’assiste très souvent aux audiences à la justice. Et depuis un moment, je me rends compte que nos juges sont très sûrs d’eux dans leur travail. Ils prononcent des sentences très correctes, même à l’encontre des Frci (Forces républicaines de Côte d’Ivoire, Ndlr) qui se retrouvent très souvent dans le box des accusés. Je pense aussi, à mon humble avis, que si des pro-Ouattara ne sont pas pour le moment inquiétés, c’est parce qu’on ne leur reproche rien. Le président de la République ne peut pas cautionner l’arbitraire », a-t-il soutenu. Jean Faustin Péhé, agent technique de la santé, n’est pas du même avis. Pour lui, les procès à venir des pro-Gbagbo sont déjà biaisés. Car la justice est aux ordres du politique. « Comment peut-on mettre aux arrêts des gens d’un seul camp ? Ce n’est pas normal. On ne peut pas me dire que c’est seulement des pro-Gbagbo qui se sont mal comportés. L’origine de la crise ivoirienne est très profonde. Chacun à une part de responsa- bilité là-dedans », a-t-il martelé avant de demander l’indulgence du président pour une réconciliation vraie. « Des gens ne peuvent pas avoir leurs fils ou leurs frères en prison ou en exil, et accepter que vous leur parliez de réconciliation. Qu’on libère tous les détenus politiques afin qu’ils participent à la vie de la nation. C’est seulement à ce prix qu’on pourra avoir une nation unie et réconciliée à jamais », a soutenu M. Péhé. Ali Diakité, vendeur de thé, est d’un autre avis. Selon lui, les pro-Gbagbo qui sont en détention ne sont pas sans reproches. « Tous les pro-Gbagbo ne sont pas aux arrêts, ni même inquiétés. Ce sont ceux à qui on reproche des choses qui sont pour l’heu­re en détention. Si à l’issue du procès, que d’ailleurs j’attends de pied ferme, ils sont acquittés, ils recouvreront la liberté sans être inquiétés. C’est ça la vraie justice », a-t-il estimé. Le débat continuait lorsque votre serviteur a pris congé de ses hôtes.

Camara Madjer à Aboisso

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ