PUBLICITÉ

Économie Publié le lundi 24 février 2014 | Ivoire-Presse

Foire internationale de la confiserie en Allemagne: la Côte d’Ivoire à l’honneur

© Ivoire-Presse Par DR
Foire internationale de la confiserie en Allemagne: le Délégué consulaire de la Chambre de commerce, Azize Diabaté représente la Côte d`Ivoire
Du 26 au 29 janvier 2014 s`est tenue en Allemagne une foire internationale dédiée au produits du cacao.
Du 26 au 29 janvier 2014 s’est tenue en Allemagne une foire internationale dédiée au produits du cacao. En marge des expositions, une conférence à porté sur l´organisation et le développement durable de la filière cacaoyère mondiale. Le thème: "Coopération dans le cadre de l´initiative de l´harmonisation du développement de la capacité dans la filière cacaoyère". La Cote d´Ivoire, leader mondial de la production du cacao était donc sur la sellette. Il s’agissait de la première activité d’envergure de la nouvelle plate-forme du développement durable du secteur du cacao en Allemagne regroupant l´Etat allemand, la société civile, les organisations de consommateurs, les industriels chocolatiers et les pays producteurs du cacao. Le Délégué consulaire de Côte d´Ivoire en Allemagne, M. Azize Diabaté, était l’invité d´honneur pour le compte de la Côte d´Ivoire.

Dans son allocution de bienvenue, le représentant du Ministère allemand de la Coopération (BMZ), Dr. Jürgen Zattler a fait l´état des lieux de la filière depuis les années 1990, non sans citer à plusieurs reprise le père de la nation, SE Félix Houphouët-Boigny qu´il a eu le privilège de rencontrer en 1992.

A sa suite, Beate Weiskopf, Secrétaire du Forum Nachhaltiger Kakao (Plate-forme allemande pour le développement durable du cacao) a présenté sa structure créée en juin 2012. Retenons que le but du Forum Nachhaltiger Kakao est d´appuyer les paysans dans l´amélioration qualitative et quantitative de leur production afin de rentabiliser leur récolte. En effet, un chocolat de qualité nécessite un cacao de qualité qui se vent mieux et plus cher. Une meilleure productivité combinée avec une meilleure qualité devrait logiquement permettre aux paysans d’accroitre leurs revenus et de rendre le secteur du cacao durablement intéressant à leurs yeux. La fonction et le rôle des coopératives agricoles n’ont pas été oubliés, elles qui permettent aux paysans d’avoir leur mot à dire sur les marchés. Toutefois, les conférenciers ont déploré le fait qu’ils tendent à disparaître.

La question de l´éradication des pires formes de travail des enfants dans les plantations de cacao a également été abordée, et les efforts faits par la Côte d’Ivoire, reconnus. Enfin, les conférenciers ont souligné la nécessité pour les producteurs de posséder le savoir-faire, la maitrise des nouvelles technologies et du matériel de travail adéquat. La plate-forme compte y contribuer en appuyant la formation des formateurs et des paysans.

Rainforest, Fraitrade International, UTZ Certified, CCE Koordinator et toutes les organisations membres de la plate-forme ont conclu que c’est le paysan et non les normes qui doit être au centre des préoccupations, et que la formation et la certification doivent être adaptées aux réalités des paysans.

Edgar Kouassi,
envoyé spécial à Cologne

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ