x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le lundi 10 novembre 2014 |

Entreprenariat féminin/La CGECI ET IFC signent un protocole d’Accord pour faciliter l’accès au financement des femmes entrepreneures

© Par DR
Entreprenariat féminin/La CGECI ET IFC signent un protocole d’Accord pour faciliter l’accès au financement des femmes entrepreneures
Dans le cadre du partenariat entre la Commission Développement de l’Entreprenariat Féminin (CDEF) de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), présidée par Mme Massogbè TOURE DIABATE, et la Société Financière Internationale (IFC), un protocole d’accord a été signé le vendredi 07 Novembre 2014, au siège de la Banque Mondiale à Cocody.
Dans le cadre du partenariat entre la Commission Développement de l’Entreprenariat Féminin (CDEF) de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), présidée par Mme Massogbè TOURE DIABATE, et la Société Financière Internationale (IFC), un protocole d’accord a été signé le vendredi 07 Novembre 2014, au siège de la Banque Mondiale à Cocody. Madame Touré Massogbè pour le compte de la CDEF et Madame Saran Kebet KOULIBALY, Directrice régionale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de IFC, sont les signataires de cet important document.
Pour Madame Touré Massogbè, cet engagement de la SFI en faveur de l’entreprenariat féminin en Côte d’Ivoire est à saluer à sa juste valeur. « c’est un pas important et les partenaires au développement doivent faire plus pour l’entreprenariat féminin en générale, parce que toutes les statistiques montrent que non seulement les femmes remboursent mieux, mais mieux, quant on prête à une femme, c’est au moins une centaine de personne qui voient leur condition de vie s’améliorer. » a souligné la présidente de la Commission Développement de l’Entreprenariat Féminin de la CGECI.
Ce partenariat est la conséquence des premiers jalons posés lors de la Table Ronde sur la problématique du financement de l’entrepreneuriat féminin organisée le 30 juillet dernier, dans les locaux de la Banque Mondiale et qui se matérialise aujourd’hui par la signature de ce protocole d’accord. A l’issue de cette table ronde et d’une série de consultations auxquelles ont participé essentiellement les institutions financières ; les institutions de microfinances et certains fonds d’investissement privés, et dont l’objectif principal était de créer un cadre d’échanges et de discussions, une feuille de route a été établie et définie pour répondre à l’épineux problème de l’accès au financement pour les PME en général et les femmes entrepreneurs en particulier. Cet accord qui constitue une feuille de route porte sur trois (3) piliers essentiels : Créer un environnement des affaires favorables ; Faciliter l’accès au financement et participer au renforcement des capacités techniques, Financières et de gestion des femmes entrepreneures.
Madame Saran KOULIBALY a tenu à rappeler que le rapport 2014 ‘’Women Business and the Low’’ du groupe de la Banque Mondiale qui est publié chaque année et qui analyse l’environnement légal lié aux femmes, indique qu’il existe dans près de 90% des 143 pays couverts par le rapport, au moins une différence juridique entre hommes et femmes qui limite les perspectives économiques des femmes et influe, entre autres sur leur accès aux financements. Selon, la Directrice régionale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de IFC, en Afrique Sub-saharienne, 76% des entreprises sont détenues par des hommes contre seulement 24% par des femmes. En termes d’accès au crédit, la part des financements octroyés aux femmes représente un quart du total des crédits. En Côte d’Ivoire, les femmes jouent un rôle prépondérant dans l’économie, notamment dans le monde agricole ou elles représentent 67% de la main d’œuvre en milieu rural, 26% dans le secteur formel contre 44% dans l’informel.
En Côte d’Ivoire, appuyer le secteur des PME est l’une des priorités stratégiques d’IFC. C’est pourquoi, force est de constater que sans une vision et stratégie claires et un plan d’action tel que défini dans cet accord, tous les efforts consentis pour améliorer les conditions des femmes entrepreneurs risquent d’être vains et sans portée réelle. Le protocole d’accord dont il est question vise à définir les bases d’une initiative conjointe en faveur de l’entreprenariat féminin ivoirien. Les deux entités se donnent ainsi les moyens et la responsabilité d’aider à établir un cadre d’affaires favorable aux femmes, développer leurs capacités techniques et financières et de les aider à trouver des mécanismes d’accès au financement. Il est à souligner que ce protocole d’accord est le début d’une collaboration que les deux parties espèrent longue et fructueuse pour aboutir à l’élaboration d’un accord de coopération dans l’exécution et l’implémentation de programme au cours de cette année fiscale.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ