x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le samedi 7 novembre 2015 |

Présidentielle 2015/ les observateurs de All Africa-Groupe Agir pour l’Afrique & CASOCICDE-CI dressent leur bilan

© Par DR
Présidentielle: les observateurs de All Africa-Groupe Agir pour l`Afrique & CASOCICDE-CI dressent leur bilan
Les observateurs de All Africa-Groupe Agir pour l`Afrique & CASOCICDE-CI ont produit une declaration dans laquelle ils dressent le Pres
Présidentielle du 25 Octobre 2015: Rapport Préliminaire

Sur invitation du Gouvernement de la République de côte d’ivoire et de la commission électorale indépendante (CEI), Les organisations ALL AFRICA-GROUPE AGIR POUR L’AFRIQUE &CASOCICDE-CI ont mis en place une Mission d’Observation Electorale pour le scrutin présidentiel du 25 octobre 2015. Elle était dirigée pour la France par Mr Alphonse AGNERO Nomel président d’ALL AFRICA et par Mr TOURE DAGBARA INNOCENT président du CASOCICDE-CI.
La Mission en terre ivoirienne était conduite par Madame EDWIGE SOSSAH anciennement Directrice de la communication à l’Ambassade de Côte D’ivoire en Belgique, Vice- Présidente d’ALL AFRICA et chef de Mission Adjoint
« L’objectif d’une mission d’observation électorale, n’est pas celui de constater si telle ou telle personne sera élue, mais plutôt de comprendre comment elle sera élue »
La mission d’observation électorale de la plateforme : ALL AFRICA-GROUPE AGIR POUR L’AFRIQUE & CASOCICDE-CI (consortium d’appui de la société civile ivoirienne à la consolidation de la démocratie en Côte D’ivoire) pour l’élection présidentielle du 25 octobre 2015 forte de ses 50 Observateurs déployés dans le pays dans le but d’évaluer le processus électoral au regard des normes internationales estime que le scrutin est apaisée, libre, transparent, crédible et en totale adéquation avec les normes internationales admises en la matière malgré des petites lacunes et manquements.
Le scrutin du 25 octobre 2015 était l’aboutissement d’un long, complexe et couteux processus de sortie de crise. L’enjeu essentiel consistait à mettre un point final à une longue période de crise politique intense et de normaliser les relations que la cote d’ivoire entretient avec la communauté internationale.
Le cadre juridique ivoirien contient des mesures de protection des droits civils et politiques essentiels pour la conduite des élections démocratiques, dont la liberté d’expression et d’association, ainsi que le droit du suffrage universel. Le code électoral a été aligné sur les normes internationales et sa consolidation semble indispensable afin de garantir aux électeurs un recours effectif.
Le financement public des campagnes électorales est prévu par la loi mais n’a pas été mis en œuvre pratique. Le mode de répartition des fonds ainsi que le pouvoir de sanction reviennent à l’exécutif, qui, candidat aux élections, devient juge et partie. L’absence d’obligation de publication des comptes de campagnes rend impossible l’identification de certaines donations interdites et permet aux candidats d’utiliser certains fonds publics qui échappent au contrôle parlementaire ou judiciaire.
Pour le premier tour de l’élection présidentielle, 10 candidatures ont été retenues par le conseil constitutionnel, dont celle de deux femmes. Cinq de ces candidats représentent des partis et cinq autres sont des indépendants. En dépit du caractère apparemment varié de ces candidatures, les trois partis « poids lourds » historiques (le FPI, le RDR, le PDCI) continuent de dominer l’espace politique ivoirien, étant les seuls à disposer de moyens conséquents et d’une réelle capacité de mobilisation.
La campagne du premier tour s’est généralement déroulée dans le calme. Des moyens très importants ont été mobilisés par certains grands candidats, ce qui a affecté la visibilité des autres candidats. Les stratégies de campagne ont été variées, quoique rarement axées sur des programmes politiques structurés .Le premier tour a vu la victoire du candidat Alassane OUATTARA
La plateforme ALL AFRICA-GROUPE AGIR POUR l’AFRIQUE et CASOCICDE-DE félicite le peuple ivoirien pour ses convictions démocratiques et son comportement civilisé pendant tout le scrutin. Le fort taux de participation (52% environ) doit être salué comme exemplaire.
Nos recommandations détaillées s’adressent aux autorités légitimes de Cote D’ivoire, particulièrement dans les perspectives de futures élections. La plateforme attire l’attention sur les plus essentiels, à savoir :
i. L’administration électorale devrait assurer que les résultats désagrégés par bureau de vote soient traçables, et mis à disposition des citoyens notamment sur internet, de sorte qu’ils puissent vérifier la bonne prise en compte des résultats de leurs BV dans les résultats finaux.
ii. L’administration électorale devrait fonctionner de manière plus transparente, décentralisée et collégiale.
iii. L’éligibilité des électeurs exclus de ce scrutin devrait faire l’objet d’une considération immédiate, en leur assurant une voie de recours effective.
iv. Tous les instruments légaux pertinents en matière électorale,, devraient être systématiquement publiés au journal officiel et sur internet dès leur adoption.
v. Le double système institutionnel CEI et Conseil Constitutionnel devrait être reformé pour assurer une plus grande indépendance.
vi. La plateforme, arrivée en Côte D’ivoire le 22 octobre 2015, prendra congé du peuple ivoirien une fois son rapport final remis aux plus hautes autorités du pays. La plateforme était composée d’une équipe cadre de deux experts, 24 équipes d’observateurs à long terme et de 24 équipes d’Observateurs à court terme. Le travail d’observation a pu être mené à terme et a permis à la mission d’élaborer des conclusions et recommandations sur la base du travail de ses observateurs. Les observateurs de la plateforme ont visité 250 bureaux de vote. La Mission a pu observer l’ensemble des opérations d’ouverture, vote, clôture, dépouillement et agrégations. La Mission clôturera ses opérations en côte D’ivoire le vendredi 13 Novembre 2015 et les poursuivra à Paris jusqu’au 15 décembre 2015.
La plateforme souhaite exprimer ses remerciements les plus sincères pour la coopération et l’assistance qu’elle a reçues au cours de sa mission de la part des autorités ivoiriennes, de la CEI, les partis politiques et candidats, les organisations de la société civile. La plateforme remercie tout particulièrement les citoyens ivoiriens pour l’accueil qu’ils lui ont réservé.
Fait à Abidjan le mardi 3 Novembre 2015.
Pour la plateforme :
Alphonse Agnero et Touré Dagbara Innocent

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ