PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 4 novembre 2020 | AIP

Par crainte des violences post-électorales, plus de 3.200 ressortissants ivoiriens réfugiés dans les pays voisins (HCR)

© AIP
Les populations fuient la capitale economique-Abidjan
Abidjan, 04 nov 2020 (AIP)- L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué, mardi 3 novembre 2020, que « quelque 3.200 ressortissants de la Côte d’Ivoire ont afflué vers les pays voisins, pour fuir les violences post-électorales qui ont éclaté dans le pays », dans un communiqué publié sur le site de l'ONU.

« Le HCR est préoccupé par le fait que les tensions électorales et les troubles en Côte d’Ivoire ont provoqué la fuite de plusieurs milliers de personnes en tant que réfugiés vers les pays voisins », a déclaré le porte-parole du HCR, Boris Cheshirkov, lors d’un point de presse à Genève.

Ces réfugiés, « pour la plupart des femmes et des enfants », sont arrivés au Liberia, au Ghana et au Togo, depuis l’ouest et le sud-ouest de la Côte d’Ivoire, a expliqué Boris Cheshirkov.

A la date du mardi 2 novembre, indique le communiqué de l’Organisme, « plus de 3.200 Ivoiriens se sont réfugiés dans les pays voisins. Ces nouveaux arrivants sont parfois des réfugiés qui avaient été rapatriés récemment et qui ont été forcés de fuir à nouveau. Le plus grand nombre, 2.600, a cherché refuge au Liberia. Pour la seule journée du 2 novembre, ce sont mille Ivoiriens qui ont fui au Liberia. Nombreux sont ceux qui disent craindre d’être pris au piège par la montée de la violence.

Quelques 600 autres réfugiés ivoiriens sont également arrivés au Ghana à l'est. Plus de la moitié sont originaires de Niablé, une ville ivoirienne située à moins de cinq kilomètres de la frontière ghanéenne. La majorité de ceux qui ont choisi de rester au Ghana vivent actuellement dans le camp de réfugiés d’Ampain, situé à près de 60 kilomètres de la frontière, rapporte le communiqué.

Les Ivoiriens, qui se sont exilés au Ghana, ont exprimé leur intention de rester près de la frontière pour pouvoir rentrer rapidement une fois la violence retombée. « Le lundi 2 novembre, 289 Ivoiriens ont choisi de retourner à Niablé après avoir appris par leurs familles que le calme était revenu », a précisé M. Cheshirkov.

La Commission électorale indépendante (CEI) a annoncé la réélection d’Alassane Ouattara, 78 ans, pour un troisième mandat avec un score de 94,27% des voix au premier tour. La CEI dispose trois jours pour transmettre ces résultats au Conseil constitutionnel, qui a sept jours pour les valider.

La crise socio-politique de 2010 avait causé 3000 morts, 300 mille réfugiés et plus d’un million de déplacés, selon le HCR. Pour éviter de revivre un tel scénario humanitaire, le HCR appelle les dirigeants politiques et les leaders d’opinion ivoiriens à « s’abstenir d’inciter à la violence » et à ne pas recourir à des discours haineux. Pour l’agence onusienne, tout différend doit se résoudre « de manière pacifique et par le dialogue ».

(AIP)

eaa/fmo


Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ