PUBLICITÉ

Économie Publié le mardi 29 décembre 2020 | Le Nouveau Réveil

Région du Tonkpi/Man: Menace sur le prix bord champ du cacao par la faute d’industriels

© Le Nouveau Réveil Par DR
JNCC 2015: le Président de la République SEM Alassane Ouattara, visite le stand du CNS
Jeudi 1er octobre 2015. Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro. Le Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM. Alassane Ouattara a présidé, la cérémonie d’ouverture de la 2ème  édition des Journées Nationales du Cacao et du Chocolat (JNCC 2015), Dans ce cadre, le Chef de l’Etat a visité, le stand du Comité National de Surveillance des Actions de lutte contre le Travail, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS) présidé par la Première Dame Dominique Ouattara.
Des industriels du chocolat ne jouent pas franc jeu en ce qui concerne le DRD, Différentiel de Revenu Décent. C’est une prime que la Cote d’Ivoire et le Ghana, conformément à un accord, ont obtenue auprès des chocolatiers pour un mieux-être des cacaoculteurs. Malheureusement, l’application de cet accord pose problème et les Producteurs de cacao de ces deux pays dont l’économie repose sur cette culture, continuent de broyer du noir.

La mauvaise foi de certains industriels, à ne pas verser cette prime, a amené le Premier responsable de l’APROPACI (Association des Producteurs et Organisations Professionnelles Agricoles de Côte d’Ivoire dont la création officielle remonte à Décembre dernier à Yamoussoukro), M. Obed Blondé Doua, à taper du poing sur la table en demandant aux dirigeants des deux Etats (Côte d’Ivoire et Ghana) au travers des deux Organisations à savoir le Conseil Café Cacao pour la partie Ivoirienne et le Ghana cocoa Board pour le Ghana, à peser de tout leur poids pour faire respecter à 100°/° l’accord sur le versement des primes liées au DRD. ‘’Le non-respect du DRD va à n’en point douter, impacter négativement le prix d’achat bord champ de la fève de cacao et il va sans dire que c’est l’économie des pays producteurs qui prendra un coup de massue’’ a relevé Obed Blondé Doua d’un ton ferme, qui prévoit une tournée dans les zones productrices pour une série de consultations avec ses pairs en vue de trouver des stratégies à la base pour faire plier ces industriels véreux. ‘’Si les structures qui sont chargées de nous défendre ne le font pas, nous les Producteurs, allons prendre nos responsabilités’’ a-t-il fait savoir. « Aussi, est-il important de noter que notre lutte n’est pas une affaire politique mais une affaire de Producteurs agricoles. Par conséquent, nous demandons aux acteurs du milieu politique à s’éloigner de cette lutte et qu’ils n’en font pas une récupération pour se lancer des invectives », a martelé le leader de l’APROPACI.

Il est envisagé une plateforme de Producteurs Ivoiriens et Ghanéens pour la défense de leurs droits et intérêts. « De ce fait, la lutte pour l’application du DRD est engagée au pays de Kwamé N’Krumah» a révélé Obed Blondé Doua.

Le Président de l’APROPACI a clos ses propos par cet appel : ‘’ A sa prise de fonction lors de son premier mandat, le Président avait promis, dans un maximum de trois ans, la mise en place d’une interprofession dans le domaine du café cacao dans lequel, le collège des Producteurs, Acheteurs et Exportateurs allait être fortement représenté avec 60°/° de prise de décisions mais jusqu’à présent, rien n’y fit. Nous demandons, donc incessamment, la formation de l’interprofession car il appartient aux Producteurs de décider de leur sort et non des Cadres aux gros salaires employés dans des structures de café cacao, qui ne savent comment on plante un pied de café et de cacao.’’

TIANTIGUI SADIA

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ