PUBLICITÉ

Politique Publié le vendredi 8 janvier 2021 | Abidjan.net

Formation Politique: les autorités ivoiriennes lancent un institut en hommage à Amadou Gon

© Abidjan.net Par Marc Innocent
Lancement officiel de l`Institut de Formation Politique Amadou Gon Coulibaly
Abidjan le 08 Janvier 2021. Le Président Alassane Ouattara a pris part, ce vendredi, à la cérémonie de lancement officiel de l`Institut de Formation Politique Amadou Gon Coulibaly (IFP-AGC) au palais des congrès du Sofitel Hôtel Ivoire.
Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara a pris part à la cérémonie de lancement de l’Institut de Formation Politique Amadou Gon Coulibaly (IFP-AGC) ce vendredi 8 janvier 2020, au Sofitel Hôtel Ivoire en présence de plusieurs personnalités.

Pour le ministre en charge de la promotion de la jeunesse et de l’Emploi des Jeunes Touré Mamadou, la mise en place de l’IFP-AGC traduit le fort intérêt que porte Alassane ouattara à la question de l’émancipation de la jeunesse et surtout la manifestation de son attachement à toute initiative visant à pérenniser les actions de Feu Amadou GON COULIBALY, ancien Premier Ministre. Justifiant la création de cet institut, le ministre Touré Mamadou a indiqué que feu Amadou Gon incarnait des valeurs de rigueur, d’intégrité, d’humilité et de loyauté qui font de lui un véritable modèle, une référence d’engagement politique et de service à la nation pour les hommes en général et les jeunes en particulier. À en croire Touré Mamadou, l’apport de la jeunesse est la condition indispensable de tout progrès politique ou social. Et, la transmission de certaines valeurs et connaissances sont essentielles d’une génération à l’autre. "C’est dans cette optique que l’Institut de Formation Politique Amadou Gon Coulibaly (IFP-AGC), a été créé pour perpétrer les valeurs incarnées par feu le Premier Ministre auprès des jeunes et contribuer à leur formation dans le domaine de la politique ou associatif.", a-t-il expliqué.

Selon Touré Mamadou, l’IFP-AGC, cet institut qui a une vocation sous régionale, développera deux grands types de formation au profit de plusieurs centaines de jeunes par an. Une première, sous la forme de séminaires, de 192 heures sur six mois, qui s’adresseront à de jeunes militants des partis politiques et de la société civile de 16 à 35 ans. Le second type de formation est à l’endroit du grand public, regroupant des conférences, des colloques et des activités de récompense de l’action positive des jeunes militants politiques ou associatifs. "L’Institut de Formation Politique Amadou Gon Coulibaly sera, à n’en pas douter, un des acteurs majeurs du nouveau modèle social dont notre pays est en train de se doter, fidèle à sa tradition, d’hospitalité, de vivre ensemble et de paix.", a laissé entendre Touré Mamadou.


Bien avant, le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence Patrick Achi a précisé qu’à travers la création de cet institut, les autorités ivoiriennes veulent aussi relever le défi de la formation d’élites politiques, exposées aux meilleurs standards internationaux, pour poursuivre une œuvre de redressement national. " Nous voulons que la renaissance de notre patrie puisse, demain, être conduite et même amplifiée, par une nouvelle génération de femmes et d’hommes, républicains engagés et intègres, experts accomplis, acteurs pour l’Etat comme pour le secteur privé, du développement d’une Côte d’Ivoire meilleure, toujours plus solidaire, toujours plus rayonnante" a-t-il indiqué.

Pour lui, le choix d’honorer l’Institut de Formation Politique crée aujourd’hui du patronyme de l’ancien Premier ministre de Côte d’Ivoire, feu Amadou Gon Coulibaly est de ces évidences qui s’imposent à tous. "Non parce qu’elles visent simplement à honorer avec piété et ferveur la mémoire d’un immense serviteur de l’État et d’un patriote dévoué au progrès de la Côte d’Ivoire, mais parce qu’elles indiquent avec clarté, pour les décennies qui viennent, la force d’un chemin et d’un destin à imiter".

Quant à Me Gilbert Noel Ouedraogo, Président du Réseau Libéral Africain, il a engagé les jeunes de Côte d’Ivoire à refuser d’être des observateurs mais plutôt des acteurs. "Les jeunes doivent s’engager et avoir des valeurs", a-t-il soutenu précisant que l’État a pour responsabilité d’accompagner ces jeunes à travers des outils de formation.

Cyprien K.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ