PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 5 février 2021 | AIP

Quatre hommes d’affaires condamnés à 20 ans de prison pour trafic et usage illicites des stupéfiants et blanchiment de capitaux

© AIP Par Prisca
Cinq trafiquants de drogue venant du Brésil ont été appréhendés par la police des stupéfiants
Lundi 29 juillet 2013. Aéroport International FHB. Des trafiquants de drogue venants du Brésil ont été appréhendés par la police des stupéfiants et présentés à la presse nationale.
Abidjan - Quatre opérateurs économiques ont été condamnés à 20 ans de prison assortis d'une amende de 100 millions par le Tribunal de première instance d'Abidjan pour des faits de trafic international de stupéfiants, notamment de cocaïne, de blanchiment de capitaux, de détention illégale d’armes à feu et de munitions de la première catégorie et d’association de malfaiteurs.

Selon un communiqué du Parquet dont une copie a été transmise à l'AIP jeudi 4 février 2021, le 17 septembre 2018, les services douaniers du Port de Santos au Brésil ont saisi 1,19 tonne de cocaïne soigneusement dissimulée à l’intérieur de rouleaux en acier de plusieurs engins lourds de type Caterpillar, éventrés à cet effet.

Ces engins devaient être embarqués sur un navire pour être déchargés au Port autonome d’Abidjan en Côte d’Ivoire. L’analyse des documents afférents à ces engins révélait que ceux-ci avaient été commandés par la société AGL basée à Abidjan, Cocody-Les Deux Plateaux.

Une enquête, au nom de code « Opération Spaghetti », a été menée sur plusieurs mois. Elle a nécessité, conformément à la convention des Nations Unies du 15 novembre 2000 sur la criminalité transnationale, une étroite coopération des services de police ivoiriens avec les services de police étrangers, notamment français, italiens et brésiliens.

Elle a permis de découvrir que les associés de la société AGL, de nationalité italienne, étaient en relation avec un fonctionnaire de police de nationalité ivoirienne et que leur activité consistait à introduire de la cocaïne en Côte d’Ivoire lors de l’importation d’Amérique latine, d’engins de chantier de type Caterpillar. Cette drogue était par la suite reconditionnée et réexportée en Italie, incrustée dans des morceaux de bois.

Cinq personnes dont une ivoirienne fonctionnaire de police ont été appréhendé.

Le Juge d’Instruction saisi par le Parquet, après la clôture de son information judiciaire, a renvoyé les mis en cause devant le Tribunal correctionnel pour y être jugés conformément à la loi.

Le Tribunal correctionnel vidant sa saisine le 2 février 2021, après avoir relaxé Dame Dion V. pour délit non établi, a déclaré les quatre autres prévenus coupables.

Le tribunal a, en outre, prononcé à leur encontre, la confiscation au profit de l’État de Côte d’Ivoire, de tous les biens meubles et immeubles leur appartenant, évalués à plusieurs milliards de francs CFA.

(AIP)

tad/fmo

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ