x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le jeudi 2 septembre 2021 | Abidjan.net

COP26 : les organisations de la société civile ivoirienne valident les recommandations à proposer

© Abidjan.net Par FN
Atelier d’examen de l’impact de la politique énergétique de la Côte d’Ivoire
Abidjan le 31 août 2021. L’atelier d’examen de l’impact de la politique énergétique de la Côte d’Ivoire dans les secteurs de l'agriculture foresterie et autres usages des terres (AFAT) et de l'énergie, initié par l’institut mondial pour la croissance verte (CGGI), s'est tenu ce mardi dans la commune du Plateau.

Un atelier d’examen de l’impact de la politique énergétique de la Côte d’Ivoire dans les secteurs de l’Agriculture Foresterie et Autres usages des Terres (AFAT) et de l'énergie, initié par l’institut mondial pour la croissance verte (CGGI), s'est tenu le 31 aout 2021 dans la commune du Plateau.


Un atelier de validation dans le cadre de l’évaluation des besoins de formations des OSC sur l’examen de l’impact de la politique énergétique de la Côte d’Ivoire dans les secteurs de l'agriculture foresterie et autres usages des terres (AFAT) et de l'énergie, initié par l’institut mondial pour la croissance verte (CGGI), s'est tenu ce mardi 31 août 2021 dans la commune du Plateau.


Dans son mot d’introduction, le Dr Mallé Fofana, Représentant Résident du GGGI a indiqué que l’objectif recherché est « de procéder à la validation des documents et de convenir avec les OSC du contenu et de ressortir les principaux éléments clés qui pourraient servir


d’éléments de langages dans le plaidoyer » au cours de la COP26.


Cette validation-discussion s’inscrit donc dans le cadre du renforcement des capacités des OSC pour plus d’implication dans le processus de négociations climatiques et notamment de la préparation à la COP26.



Face à ces enjeux forestiers et agricoles dans le secteur AFAT, la Côte d’Ivoire et ses diverses acteurs publics, privés et organisations de la société civile (OSC), se sont accordés sur un certain nombre de stratégies et initiatives pour inverser les dynamiques de déforestation et ainsi contribuer à réduire les émissions de GES provenant du secteur AFAT.


Renaud Lapaire, expert indépendant GGGI a fait savoir pour ce faire, dans le sous-secteur agriculture, il faut favoriser et encourager l’utilisation des engrais et fertilisants organiques et du fumier, en faisant ainsi la promotion de l’agroécologie paysanne et de l’agriculture biologique, et en contrôlant strictement l’utilisation des engrais et fertilisants chimiques. 


« Ceci passe par une vulgarisation des techniques auprès des agriculteurs, par un


renforcement des capacités de ces derniers, mais aussi par un soutien technique et financier pour assurer une appropriation de ce nouveau modèle moins émetteur en GES (en particulier en protoxyde d’azote) » a-t-il expliqué.



Après cette validation, dira Charles Baimey, coordinateur des projets GGGI, il s’agira de porter ces messages auprès des décideurs c’est-à-dire le groupe des négociateurs ivoiriens, des partenaires techniques et financiers et de tous ceux qui sont dans la chaîne de prise de solutions.



Au niveau de la méthode de construction de la CDN, la société civile ivoirienne souhaite être activement impliquée dans la définition des priorités nationales en matière de lutte contre les changements climatiques dans le secteur AFAT, secteur stratégique pour la Côte d’Ivoire.



Au niveau des priorités, les organisations de la société civile plaident pour une ambition renforcée dans le secteur AFAT.


PR

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ