PUBLICITÉ

Économie Publié le mercredi 13 octobre 2021 | Abidjan.net

Côte d'Ivoire/ Etienne Liu, président de Huawei Afrique de l'ouest : "Comment nous œuvrons à l'émergence des talents africains du digital " (Interview)

© Abidjan.net Par PR
Cérémonie de lancement de la deuxième édition de la Huawei ICT Competition Côte d'Ivoire
Abidjan le 09 septembre 2021. L'entreprise Huawei a procédé ce jeudi au lancement de la deuxième édition (2021-2022) de la ``Huawei ICT Competition Côte d'Ivoire``, en présence de plusieurs membres du gouvernement. Photo : Etienne Liu, Président de Huawei Afrique de l'Ouest

Huawei semble porter un intérêt tout particulier à la jeunesse dans ses actions RSE, pourquoi avoir choisi ce segment particulier de la population ?


Huawei souhaite contribuer à l’émergence des talents africains du digital : 450 millions de jeunes de 15 à 35 ans vivent sur le continent ; ce chiffre devant passé à 830 millions en 2050 selon les estimations de la Banque Africaine de développement. L’emploi des jeunes est donc une problématique majeure à laquelle se heurte tous les gouvernements du continent. 


Chaque année, 10 à 20 millions de jeunes Africains arrivent sur le marché du travail. Or si le chômage des jeunes est autour de 7,5% selon le Bureau international du travail, il est pondéré avec un taux croissant d'emplois précaires (70 % des emplois existants), une partie importante de ce segment de la population en quête de travail décent (plus de 25 %) et un taux de sous-emploi à 67 % de la population active. 


Nous croyons fermement que le digital peut apporter des réponses concrètes à cette problématique ; nous nous engageons au côté de toutes les parties prenantes afin de tirer parti de la digitalisation pour accélérer la transformation productive et apporter des solutions au chômage des jeunes. 


Concrètement, comment se matérialise cet engagement ?


Nous mettons en place différents programmes à destination de la jeunesse tels que Huawei ICT Competition, Huawei ICT Academy, Seeds For the Future (Graines de l’Avenir). Par exemple, nous organisons depuis 2015 la Huawei ICT Competition – la plateforme qui met en lumière les talents dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. L’édition 2020 a attiré plus de 150,000 étudiants venant de 2000 écoles de plus de 80 pays à travers le monde. 


Tous les étudiants des universités et des grandes écoles de Côte d’Ivoire sont invités à participer. Cette année, la finale nationale, sera suivi d’une compétition sous-régionale qui opposera les lauréats de la Côte d’Ivoire a ceux de la Guinée, du Burkina Faso et du Benin. Les vainqueurs remporteront ainsi un accès à la finale régionale. Nous espérons rencontrer le même succès pour cette nouvelle édition. 


Pendant votre discours de présentation lors de la cérémonie de lancement de la Huawei ICT Competition vous avez insisté sur votre volonté de voir plus de filles s’inscrivent. Pour quelles raisons avez-vous lancé cet appel ?


Selon les données de l’Union Internationale des Télécommunications, à moyen termes, 90% des emploies nécessiteront des compétences liées aux technologies de l’information et de la communication. Or, dans ce domaine, les femmes sont plus discriminées que les hommes partout dans le monde et plus particulièrement en Afrique. Notre entreprise tient à valoriser le leadership féminin dans le digital le numérique étant un catalyseur de l’autonomisation des femmes notamment à travers l’entreprenariat. En effet il suffit d’une connexion internet pour qu’une jeune couturière de Séguéla ou d’Abengourou puisse présenter au monde entier son talent et développer sa clientèle. Favoriser l’accès et la maitrise des outils digitaux est donc primordial pour les femmes en Afrique dans un écosystème où elles sont seulement 18,6% à avoir accès à internet contre 24,9% pour les hommes. 


Nous avons souhaité insister sur la participation des jeunes femmes à la Huawei ICT Competition pour favoriser les talents féminins secteur afin que cet écart endémique entre femmes et hommes dans le secteur se résorbe. Il est important que les jeunes filles du continent puissent se projeter dans l’ensemble de la chaîne des métiers des technologies de l’information et de la communication.


Quels sont les rapports du groupe Huawei avec les autorités ivoiriennes ? Êtes-vous soutenus dans cette initiative ?


Nous sommes depuis l’orée de ce projet soutenu par le Gouvernement ivoirien que nous tenons à remercier fortement. En effet, les autorités mettent tout en œuvre pour renforcer le capital humain dans les secteurs du numérique en plein essor en Côte d’Ivoire. Nous sommes fiers de participer à cet essor ; cette coopération s’est concrétisée par la signature d’un protocole d’accord relatif au développement de Talents numériques – ICT TALENT BANK CÔTE D'IVOIRE – avec le Ministère de l'Economie Numérique des Télécommunications et de l'Innovation.


Quelles perspectives voyez-vous pour l’écosystème numérique en Côte d’Ivoire dans les prochaines années ?


La Côte d’Ivoire a fait du numérique un pilier de développement du pays depuis plusieurs années mais ce mouvement a été accéléré par la crise de Covid-19. Ainsi, entre 2011 et 2020, le nombre d’abonnés aux réseaux mobiles 3G et 4G, est passé de 17 à 37 millions ce qui permet au pays d’enregistrer une pénétration d’Internet supérieur à 65%. L’élargissement de la base utilisateur et les efforts de toutes les parties prenantes ont permis de faire baisser les prix moyens de la voix, du sms et de la data de 80% sur la période. Les perspectives sont donc au beau fixe pour la Côte d’Ivoire dans le numérique. 


A. N

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ