x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le jeudi 28 octobre 2021 | AIP

Le ministre Epiphane Zoro appelle à une déclaration d’engagement des douanes dans la lutte contre la corruption

© AIP Par Marc Innocent
Bonne gouvernance et lutte contre la corruption: lancement de la campagne de sensibilisation des agents de la douane
Abidjan le 27 Octobre 2021. Les ministres Moussa Sanogo chargé du budget et Zoro Bi Épiphane chargé de la bonne gouvernance ont lancé ce mercredi la campagne de sensibilisation des agents des douanes ivoiriennes sur la lutte contre la corruption.

Le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance, du Renforcement des capacités et de la Lutte contre la corruption, Epiphane Zoro Ballo a appelé, mercredi 27 octobre 2021, à Abidjan, à une déclaration d’engagement des douanes ivoiriennes dans la lutte contre la corruption.


Dans le cadre d’une campagne de sensibilisation des services douaniers sur les dangers de la corruption, M. Zoro a appelé à une déclaration d’engagement, qui permettra assurément à l’administration douanière de se conformer aux dispositifs anticorruption établies sur la base de l’ordonnance du 13 septembre 2013 relative à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées.


Pour le ministre, cet engagement s’impose car en 2014, l'Organisation mondiale des douanes (OMD), considérée comme le porte-parole de la communauté douanière internationale a présenté un rapport sur les risques de corruption de l'administration douanière tout particulièrement du fait de leur contact permanent avec l'argent, les marchandises et les opérateurs.


Il a mentionné que les effets de la corruption dans les services douaniers sont entre autres la baisse des recettes perçues, de la concurrence déloyale pour les entreprises locales, de la sous-évaluation et/ou de la classification erronée des importations et de certaines exportations, etc.


La Banque mondiale, de son côté, estime que les dessous-de-table dans les administrations douanières pourraient s’élever annuellement à quelque deux milliards de dollars.


En outre, très peu d’Etats sont épargnés par les risques associés à l’introduction sur leurs territoires de substances et produits illicites ou dangereux, sans compter que la corruption aux frontières fait fructifier d’autres activités criminelles telles que le terrorisme, la traite des êtres humains, le braconnage, etc.


Mettant en lumière la déclaration d’Arusha révisée en 2003 en matière de politique d’éthique douanière, le ministre Zoro a demandé aux administrations publiques de réaliser et mettre à jour régulièrement leur cartographie des risques afin d'identifier les "maillons faibles" et d'engager un plan d'actions correctives adapté.


Le ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Moussa Sanogo a exhorté les agents à redoubler d‘efforts pour corriger la perception que les Ivoiriens ont de l’administration douanière.


«Nous mettrons un point d’honneur à nous approprier les termes d’engagement mais également à les appliquer avec la plus grande rigueur », a promis le Directeur général des Douanes, Da Pierre Alphonse.


(AIP)


bsp/fmo

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ