x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Afrique Publié le jeudi 11 novembre 2021 | AIP

La COVID-19 est plus mortelle chez les Africains atteints de diabète (OMS)

© AIP
Dr. Matshidiso Moeti, Directeur régional de l`OMS pour l`Afrique

Abidjan, Le taux de mortalité lié aux infections par la COVID-19 en Afrique est nettement plus élevé chez les personnes diabétiques, d’après une analyse préliminaire présentée jeudi 11 novembre 2021 par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), en prélude à la Journée mondiale du diabète, le 14.


« La COVID-19 envoie un message clair : la lutte contre l’épidémie de diabète en Afrique est à bien des égards tout aussi cruciale que la lutte contre la pandémie actuelle », a déclaré la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti.


« La pandémie de COVID-19 finira par s’estomper, mais l’on prévoit que l’Afrique enregistre dans les prochaines années la plus forte hausse de l’incidence du diabète dans le monde. Nous devons agir dès à présent pour prévenir de nouveaux cas, vacciner contre la COVID-19 les personnes souffrant de diabète et, chose non moins importante, recenser et soutenir les millions d’Africains qui ignorent qu’ils sont atteints par ce tueur silencieux », a-t-elle déclaré.


Le diabète altère la capacité de l’organisme à produire ou à utiliser l’insuline, une substance essentielle pour empêcher une augmentation dangereuse du taux de sucre dans le sang. La maladie provoque une inflammation et une mauvaise circulation sanguine, qui accentuent toutes les deux le risque de complications liées à la COVID-19, dont le risque de décès.


Une récente analyse de l’OMS a évalué les données issues de 13 pays et portant sur les affections sous-jacentes ou les comorbidités chez les Africains testés positifs à la COVID-19. Il ressort de cette analyse que le taux de létalité de la COVID-19 est de 10,2 % chez les patients diabétiques, contre 2,5 % pour l’ensemble des patients atteints de COVID-19. Le taux de létalité de la COVID-19 chez les personnes atteintes de diabète était également deux fois plus élevé que chez les patients souffrant de n’importe quelle autre comorbidité. Sans compter le diabète, les trois affections sous-jacentes associées aux taux de létalité due à la COVID-19 les plus élevés incluent le VIH et l’hypertension.


Les pays ayant fourni des données pour cette analyse étaient le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, Eswatini, la Guinée, la Namibie, le Niger, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Rwanda, le Sénégal, les Seychelles, Sao Tomé-et-Principe et le Tchad.


Environ 24 millions de personnes vivent avec le diabète en Afrique en 2021, selon la Fédération internationale du diabète, et le continent devrait connaître la plus forte augmentation du nombre de cas de diabète dans le monde. En effet, le nombre d’Africains souffrant de cette maladie devrait atteindre 55 millions d’ici à 2045, soit une augmentation de 134 % par rapport aux données disponibles en 2021. L’Afrique est le continent comptant le plus grand nombre de personnes qui ne connaissent pas leur statut pour le diabète. On estime ainsi que 70 % des personnes diabétiques ne savent pas qu’elles sont touchées par cette maladie.


Il existe deux principaux types de diabète. Le diabète de type 1 est causé en début de vie par une affection qui endommage le pancréas et altère la production d’insuline, et le diabète de type 2 est lié à une mauvaise alimentation, à l’obésité et au manque d’exercice physique, et résulte d’une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme. Près de 90 % des personnes diabétiques dans le monde, et la grande majorité en Afrique, sont atteintes du diabète de type 2, et l’on attribue la hausse des taux d’incidence du diabète en Afrique à la même mauvaise alimentation et aux mêmes modes de vie sédentaires qui sont à l’origine d’une hausse du nombre de cas de diabète de type 2 dans le monde.


Outre les risques liés à la COVID-19, le diabète peut accroître les risques de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, d’insuffisance rénale, d’amputation des membres inférieurs, de déficience visuelle, de cécité et de lésions nerveuses, dont les troubles de la fonction érectile.


(AIP)

cmas

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ