x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mardi 10 mai 2022 | Présidence

La Première Dame Dominique Ouattara, lors du Caucus sur le Genre de la COP15 : « Améliorer la vie des femmes, c’est améliorer la vie de toutes les nations »

© Présidence Par David Zamblé
La Première Dame Dominique Ouattara (Photo) a présidé le 2ème Caucus sur le Genre de la COP15
Lundi 9 mai 2022. Sofitel Hôtel Ivoire

La Première Dame Dominique Ouattara a présidé le 2ème  caucus sur le Genre de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification, le lundi 9 mai 2022, au Palais des Congrès du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire. A cette occasion, l’épouse du Chef de l’Etat a fait un plaidoyer pour l’égalité d’accès des femmes aux terres.  


Mesdames et Messieurs


Je suis très heureuse de prendre part à ce 2e Caucus du genre de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification qui se tient à Abidjan du 09 au 20 Mai 2022.

Avant tout propos, je voudrais vous transmettre les salutations de mon cher époux, le Président Alassane OUATTARA qui se réjouit de votre présence en Côte d’Ivoire.

Je voudrais à présent saluer bien chaleureusement ma sœur :

Madame Denise TCHISEKEDI, Première Dame de la République Démocratique du Congo ;

Merci chère sœur pour votre distinguée présence à cet important évènement.

Je voudrais également saluer et remercier

Son Excellence Madame Tarja Halonen, Ambassadeur des Nations Unies pour les terres et anciennement Présidente de la Finlande.

Son Excellence Monsieur Abdulla Shahid, Président de la 76eme Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies ;

Son excellence Madame Amina Mohammed, Vice-Secrétaire Générale des Nations Unies ;

Je voudrais vous souhaiter le traditionnel Akwaba en terre ivoirienne.

 

A LIRE AUSSI - 15ème Convention de la COP 15 : Caucus du genre / Mme Dominique Ouattara : « La désertification rend les femmes plus vulnérables… »


Je salue également Madame Maimouna KONE épouse de Monsieur le Vice-Président, Madame Florence ACHI, épouse de Monsieur le Premier Ministre ainsi que nos sœurs épouses de Présidents d’Institutions de la République de Côte d’Ivoire.

 

Mes salutations vont à présent à l’endroit de Mesdames et Messieurs les Ministres et les Ambassadeurs ainsi que les chefs de délégations et toutes les personnalités qui prennent part à ce caucus du genre.

J’associe à ces salutations les épouses des Ministres, Ambassadeurs et personnalités ici présentes.

Je voudrais à présent saluer notre compatriote Monsieur Abou Bamba, Président du comité d’organisation de la COP15 et le féliciter ainsi que toute son équipe, pour le travail réalisé pour la bonne tenue de cet évènement qui est accueilli pour la première fois par notre Pays.

 

J’adresse également mes salutations à Mesdames et Messieurs les experts, les représentants du secteur privé et de la société civile ainsi qu’à toutes nos sœurs du monde agricole venues des 31 régions de notre pays.

Je n’oublie pas de saluer nos chefs traditionnels et religieux que je remercie pour leurs bénédictions, ainsi que nos amis de la presse ici présents.

Enfin, je remercie chacun de vous pour vos distinguées présences à nos côtés cet après-midi.


A LIRE AUSSI - COP 15/ Caucus sur le genre : Dominique Ouattara fait un plaidoyer pour la création d'une banque pour les femmes rurales et leur accès au foncier


 

Mesdames et Messieurs,


Distingués participants,


Ce caucus a pour thème « Terres. Vies. Patrimoine : d’un monde précaire vers un avenir prospère ». Cette réunion de haut niveau se veut une plateforme de soutien aux initiatives et un catalyseur de la mise en œuvre du plan d’action pour l’égalité des sexes au niveau des pays. Il se propose également de contribuer à l’autonomisation des femmes agricultrices. 

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, les femmes constituent l’un des maillons les plus importants de la société et des actrices de premier plan dans le domaine de l’agriculture.

En effet, elles sont omniprésentes dans toutes les étapes de la production, de la commercialisation et de la consommation des cultures vivrières et des cultures de rente. A cet effet, une étude de la Banque Mondiale en 2017 révèle que les femmes sont l’épine dorsale de l’économie rurale, surtout dans les pays en développement. Elles représentent pratiquement la moitié des agriculteurs dans le monde.

Malgré le rôle et l’influence des femmes dans les économies de nos Pays, l’appui dont elles bénéficient est encore bien inférieur à celui des hommes.

Dans le domaine agricole, beaucoup de femmes sont souvent marginalisées ou même exclues des marchés à forte valeur ajoutée que ce soit pour l’intérieur ou l’exportation, parce qu’elles manquent par exemple de moyens de transport, de stockage adéquat, d’installations de transformation et manquent souvent d’informations.

Bien que les organisations de producteurs telles que les coopératives et les partenariats publics-privés fournissent de plus en plus de services aux producteurs, relativement peu de femmes en bénéficient en raison des coûts éventuels ou des contraintes sociales.

Dans le domaine du foncier, les femmes se heurtent aux règles coutumières qui restreignent leurs droits à la propriété foncière malgré les avancées politiques dans nos pays africains. Cet état de fait, les placent ainsi dans une position permanente de faiblesse et d’insécurité foncière qui les empêchent de s’investir pleinement et en toute quiétude dans les productions agricoles.

 

Excellences, Mesdames et Messieurs,


En ma qualité de femme, de mère, et en raison de mon engagement à œuvrer pour le bien-être des femmes, je place beaucoup d’espoirs dans ce caucus du genre car nous savons tous comment la désertification appauvrit les nations en détruisant les économies, ou comment elle relègue nos enfants dans un avenir sombre, comment pour des millions de femmes, cela se traduit par un cycle sans fin de la pauvreté. Nos sœurs passent des heures à chercher de l'eau, à labourer un sol aride en plus d’effectuer leurs tâches ménagères habituelles.

La désertification contribue donc à détériorer la santé des femmes et les rend plus vulnérables.

En effet, parce qu’elles entretiennent un rapport direct avec la terre, les femmes doivent bénéficier d’une attention particulière de la part des gouvernements, des Nations Unies, des bailleurs de fonds et de tous. En somme, ce caucus doit apporter des réponses concrètes aux problèmes inhérents aux femmes face au changements climatiques.

 

Excellences, Mesdames et Messieurs,

 

En la matière, notre pays la Côte d’Ivoire est très actif dans la recherche des solutions contre la déforestation, la dégradation des terres et le changement climatique en relation avec la problématique du genre.

Plusieurs programmes sont en cours d’exécution dans notre pays et le Président de la République, Son Excellence Alassane OUATTARA présentera, l’initiative d’Abidjan appelée « Abidjan Legacy Program », qui est une réponse de la Côte d’Ivoire à la mise en œuvre des résolutions de la COP15 où les stratégies d’autonomisation des femmes occupent une place importante.

En ce qui me concerne, je me bats pour permettre aux femmes d’acquérir plus d’autonomie, pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs familles.

 

C’est dans ce cadre qu’en 2012, j’ai créé le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI) avec l’aide du Président de la République. C’est un fonds à taux d’intérêt réduit qui est octroyé sans exigence de garantie, aux femmes non éligibles aux prêts classiques et qui leur permet de financer leurs activités génératrices de revenus.

Il est doté d’un capital de 25 milliards F CFA et a permis à ce jour, à plus de 300.000 femmes ivoiriennes d’être financièrement autonomes, et de prendre en charge leurs familles, soit plus de 2 millions de personnes épargnées de la pauvreté.

Le FAFCI, permet aux femmes de jouer une part active dans la bonne marche de la société.

Car, améliorer la vie des femmes, c'est améliorer la vie de toutes les nations. C’est en raison de cette corrélation positive entre le statut global des femmes et le bien-être de toute une nation, que ce caucus du genre doit permettre de faire des progrès significatifs dans ce sens et poser des gestes concrets.

J’en appelle donc à une meilleure participation des femmes à la vie économique et à l’accroissement de leur pouvoir d’action pour renforcer leurs droits. Ceci leur permettra d’avoir la maîtrise de leur vie et d’exercer une influence au sein de la collectivité.

 

Excellences Mesdames et Messieurs,

Chers participants,

 

Je conclurai en disant que nos attentes sont importantes parce que nous devons coûte que coûte gagner ensemble le pari de l’autonomisation des femmes agricultrices à travers diverses mesures dont la sécurisation foncière et la création d’une banque pour les femmes rurales.

 

Enfin, je voudrais adresser mes vifs remerciements aux Nations Unies et à toutes les organisations internationales qui ont permis la tenue de cet évènement dans notre cher Pays.

Je vous souhaite d’excellents travaux à toutes et à tous.

A présent, je déclare ouvert le Caucus du genre de la 15ème session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification et la Sécheresse.

 

Je vous remercie.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ