x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 24 juin 2022 | Abidjan.net

Forum Afrique 2022 Cian/L’opinion: Adama Coulibaly, Dg du Conseil du coton et de l' anacarde, présente les opportunités d'investissements dans la filière

© Abidjan.net Par DR
Adama Coulibaly, Dg du Conseil du coton et de l' anacarde

Lors du Forum Afrique 2022 organisé le jeudi 23 juin 2022 par le Conseil français des investisseurs en Afrique et le journal français L’Opinion, au Novotel Paris quai de Grenelle, le Directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde (Cca), Adama Coulibaly, a présenté les opportunités d'investissement dans la filière.


Les atouts et opportunités de l'anacarde 


Lors de sa présentation, Adama Coulibaly a présenté l'organisation de la filière coton et anacarde en Côte d'Ivoire. Les potentialités et les opportunités d'investissement, ainsi que la contribution de l’anacarde en particulier à la sécurité alimentaire, ont été également évoquées. L'Organisation Interprofessionnelle Agricole (OIA) en instance de reconnaissance par le Gouvernement comprend quatre (4) Collèges, à savoir la Structure étatique de gestion de la filière anacarde en Côte d’Ivoire qui est le Conseil du Coton et de l’Anacarde créé en 2013, les structures de base et de gestion des filières coton et anacarde, a expliqué Adama Coulibaly. Il a ensuite présenté la filière anacarde comme un secteur majeur de l’économie agricole et une source de revenus substantiels pour les populations rurales du nord, de l’est et du centre du pays, avec plus d'un million quatre cent hectares de superficies. Adama Coulibaly a révélé les vertus et les qualités écologiques de l'anacarde qui fait environ 20% des recettes d’exportation agricoles de la Côte d’Ivoire. 


« L’anacarde reste un arbre écologique introduit en Côte d'Ivoire pour reboiser les zones de savane. Nous nous battons pour avoir le crédit carbone. L'anacarde est une plante écologique qui mérite d’être récompensée par rapport à sa captation de carbone » a-t-il dit à cet effet. En effet, c'est sous le Président Houphouët que les plants d’anacarde ont été semés en vue de réduire la désertification, l'avancée de la savane, pour reverdir le Nord. Par la suite, grâce aux Asiatiques, cette production qui ne demande pas beaucoup d'entretien ni d'intrants , a été considérée autrement permettant à la Côte d'Ivoire d'avoir les performances que l'on connaît. 


Parlant des opportunités d'investissement dans l’anacarde , le DG du conseil du coton et de l'anacarde a fait état de la disponibilité de la matière première ( en quantité et en qualité), de la disponibilité de la main d’œuvre, du Code des investissements favorable à l’initiative privée sur toute la chaîne de production, de la fiscalité favorable aux produits transformés localement, de la disponibilité d’infrastructures de base (électricité, eau, route, gaz etc.), de l'ouverture du Centre d’Innovations et de Technologies de l’Anacarde; de la valorisation des sous-produits de la transformation de l’anacarde : coques, baume de cajou etc.


131 515 producteurs de coton en 2021-2022 dont 70% de producteurs en mode de culture attelée 


Abordant de façon spécifique la filière coton, Adama Coulibaly a fait était de 131 515 producteurs de coton en 2021-2022 dont 70% de producteurs en mode de culture attelée, de 475 654 ha semés en 2021-2022 (culture entièrement pluviale et récoltée à la main), 539 623 tonnes de coton graine en 2021-2022 , de 225 387 tonnes de fibre de coton en 2021-2022 et 277 109 tonnes de graine de coton en 2021-2022. La filière coton est selon lui, un 

secteur stratégique du fait de sa contribution significative au développement des régions centre et nord du pays. Il a noté que 95% de la fibre est exportée principalement vers l’Asie mais aussi vers l’Europe, pour une filière qui est le 4ème produit agricole d’exportation pour la Côte d’Ivoire. La Côte d'Ivoire est le 3ème producteur africain de coton, représentant plus de 20% de la production d’Afrique de l’Ouest; dans une filière agricole considérée comme la plus organisée en Côte d’Ivoire. La longue expérience ivoirienne dans l’industrie cotonnière, la bonne organisation des acteurs privés à travers l’interprofession, l'appui de l’État au développement de la filière, sont les atouts pour favoriser les investissements. 


Les échanges avec les participants ont été fructueux. Au vu de l'intérêt manifesté, Adama Coulibaly a invité ses interlocuteurs à venir en Côte d'Ivoire , un pays de grandes opportunités d'affaires et d'investissements.


A. N

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ