x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le dimanche 14 août 2022 | AIP

Les riverains de deux villages du mont Sangbé à Touba formés à la fabrication de l'engrais

Les riverains du parc du mont Sangbé, dans la sous-préfecture de Guinteguela, région du Bafing, ont été formés les jeudi 11 et vendredi 12 août 2022 sur les techniques de fabrication et d'utilisation du compost pour la fertilisation des sols par la Convention de la société civile ivoirienne (CSCI).


Ce projet intitulé "BENKADI " est exécuté par la CSCI, en collaboration avec l'Agence nationale d'appui au développement rural (ANADER), et financé par le ministère des Affaires étrangères des Pays Bas au profit de 60 paysans issus des villages de Doh et Sorotona.


«Nous saluons l'esprit d'équipe qui a prévalu lors de la formation théorique et surtout pratique dans les deux villages », a dit l’expert en environnement et changement climatique, Dr Cissé Souleymane, rappelant aux participants qu'ils sont les premiers gardiens du parc du mont Sangbé dont la conservation influencera positivement leurs activités agricoles.


La chargée de communication et du plaidoyer du projet "BENKADI " de la CSCI, De Laure Nesmon, a invité les populations de Doh et de Sorotona, à recenser les problèmes rencontrés par rapport au parc et les transmettre au coordonnateur régional du projet afin que des solutions soient trouvées.


«Ces problèmes feront l'objet de plaidoyer auprès des autorités compétentes. Nous demandons aux 60 paysans ayant participé à la formation, d'être les relais auprès de l'ensemble des populations de Doh et Sorotona car l'objectif de cette formation est la pérennisation des compétences enseignées. Les populations riveraines protègent le parc et tirent profit des bienfaits qui en découlent », a-t-elle insisté, précisant que la fabrication et l'utilisation du compost doivent être un acquis pour les populations riveraines.


Le formateur en techniques agricoles durables de l'ANADER, Ouattara Longo, a expliqué que le compostage des matières organiques d'origine végétales et/ou animales, permet au sol de résister à l'érosion hydrique et à la sécheresse. Il apporte aux cultures l'azote nécessaire en début de croissance.


Les participants, sous la conduite de Ouattara Longo, ont construit un tas de compost couvert à Doh, et un autre à Sorotona. Ces tas, chaque 15 jours, seront soumis à un contrôle sur une période de trois mois jusqu'à l'obtention du compost utilisable dans les champs.


«C'est un exercice enrichissant et passionnant. Son utilité, pour nous paysans des villages riverains du parc du mont Sangbé, est énorme », a dit le président des jeunes de Sorotona, Koné Namory, saluant l'engagement des communautés.


(AIP)


dm/bsp/fmo

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ