x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le lundi 5 décembre 2022 | AIP

La déclaration des naissances, une préoccupation à Bloléquin, selon le sous-préfet

Guiglo (AIP) – Le sous-préfet de Bloléquin, Alain Serges Gnahouan Dogo, juge préoccupante la question de la déclaration de naissance dans sa circonscription administrative, au vu de l'incapacité des parents à établir des extraits d’acte de naissance à leurs progénitures.


Le sous-préfet a lancé cette alerte lors de la cérémonie de remise d’extraits de naissance ou de jugements supplétifs plus des kits scolaires à des élèves avec leurs parents, par l'ONG Care international et ses partenaires techniques et financiers, samedi 03 décembre 2022.


«Je vous remercie pour ce coup de pouce que vous nous donnez», a lancé à l’endroit de Care international et de ses partenaires, M. Gnahouan, jugeant la question de la déclaration de naissance des enfants très préoccupante au niveau de Bloléquin, au regard, a-t-il précisé, des statistiques dressées par l’inspection de l’enseignement préscolaire et primaire (IEPP) qui fait état de ce que la moitié de l’effectif des élèves ne dispose pas d’extraits de naissance.


Selon les chiffres de l’Inspection de l’enseignement préscolaire et primaire (IEPP) de Bloléquin, sur 25.000 élèves inscrits, seulement 8000 ont des extraits de naissance contre 17.000 qui n’en ont pas. Alors que, toujours selon l’IEPP, pour passer l’examen du CEPE, l’élève doit avoir un extrait de naissance. Et donc si cette situation reste en l’état, des milliers d’enfants ne pourront pas passer l’examen du CEPE et aller au collège l’année prochaine.


Le sous-préfet a promis de corriger cette situation en lien avec la section de tribunal de Guiglo pour la facilitation de l’établissement d’extraits de naissance ou de jugements supplétifs à leurs enfants par des parents vivant en zone rurale.


Tout en invitant les parents à la vigilance parce qu’il lui revient que certaines personnes, personnels fonctionnaires ou non «prendraient de l’argent avec eux pour aller établir de faux extraits sans registres. Avant de prier tout parent d’enfant à le contacter toujours en matière d’état civil avant toute chose.


Au total, Alain Serges Gnahouan Dogo a rassuré les parents que ses services sont en discussion avec la section de tribunal de Guiglo, pour revoir les coûts d’établissement des extraits de naissance ou jugement supplétifs des enfants parce que coûteux et dissuasifs pour des personnes vivant en zones rurales.


(AIP)


ja/ask

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ