x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

International Publié le mercredi 14 décembre 2022 | Abidjan.net

Coopération avec l'Afrique : un regard de la Russie (Libre opinion)

© Abidjan.net Par DR
Vladimir Poutine, président de la Russie

L'Afrique en développement rapide occupe une place particulière dans le système de l'ordre mondial de moins en moins centré sur l'Occident, ce qui explique l'intérêt explosif pour cette région de la part de nombreux partenaires internationaux. Le développement des liens avec le continent est défini par les dirigeants de la Russie comme l'une des tâches stratégiques de la politique étrangère.


    La « réinitialisation » de notre coopération, sérieusement ralentie après l'effondrement de l'URSS, a commencé avec le premier sommet inédit Russie-Afrique (octobre 2019, Sotchi). Y ont participé des représentants des 54 pays du continent, dont 45 étaient représentés par des chefs d'État et de gouvernement. Deuxième rencontre russo-africaine au plus haut niveau est prévue pour l'été 2023 à Saint-Pétersbourg, à propos de laquelle je voudrais m'attarder sur les principaux aspects des relations russo-africaines.

Il y a plus d'un demi-siècle, les nations africaines accédaient à l'indépendance de leur cruelle patrie européenne. Qu'on le veuille ou non, cela s'est produit en grande partie grâce au soutien politique et militaire de l'Union soviétique. C'est à son initiative qu'en 1960 fut adoptée la résolution de l'Assemblée générale des Nations unies "Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux", qui mit fin à l'ère du colonialisme. Notre pays a ensuite fourni une aide à grande échelle aux partenaires africains libérés, a aidé à jeter les bases d'un État, des centaines de milliers d'Africains ont reçu une éducation supérieure en Union soviétique. Soit dit en passant, les États-Unis ont largement bénéficié des fruits de son travail.


Mais malheureusement, le processus de "décolonisation profonde" n'a jamais été achevé. Les tentatives de formation d'un monde unipolaire après l'effondrement de l'URSS ont conduit à la dépendance continue des pays africains vis-à-vis des institutions financières très imparfaites du système de Bretton Woods, de l'aide humanitaire et du patronage politique de l'Occident. Les Africains eux-mêmes l'ont dit haut et fort : ils sont de plus en plus mécontents des aides financières et des conditions de prêt très strictes de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, empêchant l'Afrique de s'engager sur la voie de l'innovation pour s'industrialiser à grande échelle et tirer pleinement parti de ses énormes richesses naturelles et de son capital humain. Les multinationales occidentales sont actives sur le continent, les industries nuisent à l'environnement et les minéraux sont siphonnés. La présence militaire des Etats-Unis et des Etats européens est imposée aux africains sous le prétexte de la protection contre le terrorisme international. Ils ont mené plusieurs opérations militaires d'envergure, notamment ces dernières années (Serval, Barkhan, etc.), qui ont entraîné le quasi-effondrement de certains États (Libye), la mort de civils, le déclin socio-économique, la crise migratoire, le développement du terrorisme transnational, le trafic d'armes et la traite des êtres humains en Libye, en RCA, au Mali, en Côte d'Ivoire et au Sahel. 


Aujourd'hui, cependant, nous assistons à une refonte globale de l'ensemble du modèle de relations internationales, dans lequel l'"Occident collectif" n'est plus le seul centre de pouvoir dans le monde. Nous voyons l'Afrique s'éveiller et se consolider comme un pôle indépendant et autonome. De nombreux pays du continent adoptent une position indépendante et de principe de non-ingérence dans des conflits en dehors de leur région, notamment lors d'une opération militaire spéciale en Ukraine. Le vote des dernières résolutions anti-russes à l'Assemblée générale des Nations unies en est la preuve. L'Afrique ne veut plus se voir imposer des modèles de développement, des valeurs et des normes éthiques. Cela est particulièrement évident dans l'exemple de l'effondrement du néo-colonialisme européen - d'abord en République centrafricaine, puis au Mali, en Guinée, au Burkina Faso, l'effondrement du soi-disant. Systèmes France-Afrique.


Dans le même temps, nous devons admettre que la transformation de la coopération de la Russie avec l'Afrique n'est pas facile. Le chiffre d'affaires commercial est très faible (18-20 milliards de dollars américains), nous sommes contraints de faire face à la confrontation la plus dure avec l'Occident, qui tente de priver l'indépendance et les droits souverains non seulement la Russie, mais aussi d'autres États - par le recours à la punition collective, la violation des droits politiques et économiques fondamentaux, restrictions unilatérales dures et illégitimes. Blocage des systèmes de règlement mutuel, des communications aériennes, des chaînes d'approvisionnement, gel des avoirs financiers, confiscation sans fondement juridique de la propriété publique et privée, privation des droits à la libre circulation, à l'éducation, à l'activité professionnelle sur la base de la nationalité, utilisation de la langue maternelle , "l'annulation" de la culture nationale à l'étranger sont ces mesures qui sont introduites aujourd'hui contre la Russie, et demain peuvent être appliquées à n'importe quel autre État. Un dangereux précédent a été créé et en Afrique c'est bien compris.

Même dans de telles circonstances, la Russie, en tant qu'État successeur de l'URSS, s'efforce de protéger les intérêts politiques et économiques des pays du continent africain sur les plates-formes internationales, défend le droit à la prise de décision souveraine et à l'indépendance, y compris l'action pour leur importante représentation au Conseil de sécurité de l'ONU.


Nous sommes contre la politique promue par l'Occident d'imposer des sanctions économiques unilatérales. Après le début de l'opération militaire en Ukraine contre la Russie, les mesures restrictives les plus sévères de l'histoire du monde ont été introduites, ce qui a entraîné des conséquences catastrophiques pour les marchés alimentaires et énergétiques internationaux. Ils détruisent non seulement les liens de la Russie avec l'Occident, mais aussi l'ensemble du système économique mondial, y compris les règles et les normes de l'OMC, que l'Occident lui-même a construites. Cette pratique contre-productive est également appliquée aux partenaires africains. Est-il possible de considérer comme « effectives », même du point de vue de leurs organisateurs, les restrictions unilatérales imposées au Burundi, à la République démocratique du Congo, au Zimbabwe, à la Libye, au Mali, à la Somalie, au Soudan, à la République centrafricaine, à l'Éthiopie et à Soudan du sud? La réponse est évidente. Je voudrais citer les résultats d'une étude du scientifique américain Robert Pape, qui a étudié l'impact de 115 régimes de sanctions appliqués après la Première Guerre mondiale par les États-Unis et d'autres blocs régionaux contre des pays tiers. Les résultats sont déroutants : seulement dans 5% des cas, des restrictions économiques sévères ont conduit à l'objectif initial (changement de régime) couplées à des conséquences désastreuses pour la population, tandis que les 95 % restants n'avaient aucun effet significatif. Et c'est sans parler du fait que la Russie rejette le principe même d'un changement de régime de l'extérieur.


Contrairement aux États-Unis, qui en font l'une des priorités de leur nouvelle stratégie en Afrique pour contrer l'influence grandissante des sur le continent chinois et russe, inventant même des lois sans précédent pour contrer "l'influence néfaste de la Russie en Afrique", nous procédons du principe de coopération mutuellement bénéfique. Cela signifie que chaque nation a le droit de choisir ses partenaires politiques et économiques. Nous sommes prêts à une concurrence économique loyale avec eux. Ni nous ni les Africains pas besoin de dictature. Sur la base de la formule "problèmes africains - solution africaine", nous voyons notre tâche dans la fourniture d'une approche intégrée des problèmes existants avec les pays du continent en s'appuyant sur leurs propres ressources pour le développement économique afin d'assurer l'industrialisation et rupture technologique.


Les questions les plus importantes à l'ordre du jour actuel de la Russie sont les questions d'assurer la sécurité alimentaire et énergétique en Afrique, qui, sans aucun doute, seront discutées en priorité lors du prochain sommet avec nos partenaires africains. Malgré l'opposition des régulateurs européens, la Russie est prête à remplir ses obligations de manière responsable et consciencieuse dans le cadre de contrats internationaux concernant l'exportation de produits agricoles, d'engrais, de vecteurs énergétiques et d'autres produits critiques. Aujourd'hui, compte tenu de la récolte record de 2022 de 152,2 millions de tonnes, nous sommes prêts à fournir gratuitement des céréales russes aux États les plus nécessiteux. (500 000 tonnes), ainsi que de remplacer complètement les céréales ukrainiennes, qui ne représentent que 2 % de la production mondiale, à des prix abordables pour tous les pays intéressés. Cela a été déclaré à plusieurs reprises par le président de la Fédération de Russie V.V. Poutine.


En ce qui concerne la sécurité énergétique de l'Afrique, nous pensons qu'il faut partir des objectifs de développement du continent, qui sont déterminés par les Africains eux-mêmes. L'imposition supplémentaire de conditions difficiles pour la soi-disant "transition verte" limite la création de la base énergétique nécessaire à l'électrification et à l'industrialisation de l'Afrique. Nous prônons constamment la diversification des ressources énergétiques, notamment par la construction et la modernisation de centrales hydroélectriques, le développement de l'énergie nucléaire, l'utilisation du gaz naturel comme combustible propre afin de réduire la charge sur l'environnement, et de ne pas pomper cette ressource précieuse vers les pays européens marchés. « L'atome pacifique » et la centrale hydroélectrique sont une solution géniale pour la transition énergétique, et la Russie a quelque chose à offrir à ses partenaires africains à cet égard. Nous considérons la création de capacités de traitement des vecteurs énergétiques comme une priorité pour les besoins des pays africains, y compris pour la production d'engrais.


Un élément important de la sécurité de l'Afrique est d'assurer son indépendance économique et financière. Dans le contexte du montant colossal et presque illimité de l'aide financière fournie à l'Ukraine (plus de 75 milliards de dollars rien qu'en 2022), qui pourrait répondre aux besoins des pays africains, la Russie adopte une position de principe concernant la nécessité de réformer le système de Bretton Woods. Nous accordons une attention particulière au soutien des projets des institutions internationales de développement dans les pays africains visant à créer les conditions assurer la croissance économique et la stabilité financière des économies nationales.


Les puissances mondiales ne doivent pas considérer les pays du continent comme une base de matière première pour leurs propres économies, mais avant tout développer marchés intérieurs africains. Nous vous demandons d'arrêter le traitement aux nations africaines uniquement en tant que bénéficiaires de l'aide humanitaire, ce qui ne résout pas les problèmes sous-jacents du continent. L'Afrique a besoin dans le transfert de technologie et d'expertise, le développement de notre propre industrie, les infrastructures critiques. Les pays du continent ont le droit de choisir des partenaires politiques et économiques sans crainte d'être punis, de suivre leurs propres valeurs, et non imposées de l'extérieur, de genre et autres, et de se développer de manière indépendante. Il est absolument clair que ces tâches sont beaucoup plus importantes pour l'Afrique que leur implication dans des conflits extra-régionaux à l'instar de l'Ukraine.

 

 

Oleg Ozerov, Ambassadeur itinérant,

Chef du Secrétariat du Forum de partenariat Russie-Afrique,

MAE de Russie

 

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Titrologie

Toutes les vidéos Titrologie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ