Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Conférence de presse de Luis Ocampo Moreno/ Luis Ocampo : “J’ai des preuves extrêmement importantes et fortes contre Gbagbo”
Publié le lundi 4 juin 2012   |  Le Patriote


Audiences
© Présidence par Aristide
Audiences du chef de l`Etat: le Président Alassane Ouattara a reçu Luis Moreno Ocampo, le Procureur de la Cour pénale internationale
Vendredi 31 mai 2012. Abidjan. Palais présidentiel du Plateau. Le Président Alassane Ouattara a reçu Luis Moreno Ocampo, le Procureur de la Cour pénale internationale


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Avant de quitter la Côte d’Ivoire, après un bref séjour à Abidjan, le procureur de la Cour pénale internationale a animé une conférence de presse, samedi dernier. Il est évidemment et abondamment revenu sur le procès de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, actuellement détenu à La Haye pour répondre des crimes que lui reproche la CPI. Nous vous proposons l’intégralité des échanges entre Luis Ocampo Moreno et la presse.

Propos liminaires :
« Je suis en train de passer les deux dernière semaines de mon mandat en tant que procureur de la Cour pénale internationale. Le dossier ivoirien est le dernier que j’ai eu à traiter. Nous sommes venus ici pour parler avec la Côte d’Ivoire, les populations de Côte d’Ivoire, les autorités ivoiriennes ainsi que les partis de l’opposition. Nous remercions le Président Ouattara pour ce qu’il a fait dans le passé et ce qu’il envisage de faire dans le futur. Nous avons rencontré le FPI, nous avons discuté des procédures à venir. Nous avons parlé de l’impartialité et de l’Independence de la cour. Nous leur avons aussi parlé des facilités qui leur seront accordées pour être à la Haye et suivre le procès du 18 juin. Pour être clair, le 18 juin est la date de la confirmation des charges. Le procureur qui prendra en charge cette procédure, sera le nouveau procureur, madame Fatou Bensouda de la Gambie. Elle va prêter serment le 15 juin. Le 18, elle sera présente en salle d’audience pour présenter les charges retenues par le procureur et par le bureau du procureur contre l’ancien président Laurent Gbagbo. Nous avons trouvé des charges suffisantes, comme quoi l’ancien président a tué, a organisé des meurtres, des attaques généralisées pour rester au pouvoir. Ce sont les charges que nous avons retenues contre lui. Au moment où je vous parle, jusqu’à la date de l’audience, l’ancien président Gbagbo est toujours innocent, il jouit de la présomption d’innocence. Il sera à l’audience avec ses avocats. Il a le droit comme le prévoit le droit et les procédures de présenter ses arguments de défenses. Les trois juges vont entendre les deux parties : le procureur et ses éléments en charge et l’ancien président Gbagbo avec ses éléments de défenses. Seuls les juges trancheront. Je veux être clair. Il n’y a aucun acteur politique, institutionnel ou étatique qui rentre dans le jeu. C’est une procédure judicaire. Il n’y a ni Nations unies, ni Ban-Ki-Moon, ni aucun Etat, ni aucun gouvernement qui sera en salle d’audience pour influencer les parties ou faire quoi que ce soit. C’est une procédure judicaire. Ce sera un procès équitable, où les faits seront juste présentés, où le bureau du procureur et le procureur vont présenter les charges qu’ils ont retenues contre l’ancien président et les éléments de preuve. L’ancien président Gbagbo aura la responsabilité et le droit de défier, de contre-attaquer et de prouver que ce que nous avançons n’est pas fondé. Ce sont des juges totalement indépendants qui prendront la décision et qui vont arbitrer entre les deux positions. Si la décision est rendue, seule la chambre d’appel peut départager le bureau du procureur et l’ancien président, selon la décision qui sera rendue. Le procès se déroulera sur quelques jours entre le bureau du procureur, ses juristes, ses avocats, ses substituts et l’ancien président et ses avocats. Après cela, les juges prendront un certain temps pour délibérer. Cela peut prendre du temps, un mois, deux mois. Ils vont ensuite prendre la décision. Je pense qu’il est important que les populations qui qu’elles soient suivent la procédure devant la Cour pour comprendre en détail ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire durant cette période. Aussi pour entendre les arguments des uns et des autres, notamment de l’ancien président Laurent Gbagbo et ses avocats. Il a tout le temps, tous les droits de présenter ses arguments. Le procureur va présenter après les autres affaires et l’état de son enquête. Pour le moment, voilà ce que je voudrais dire sur l’audience du 18 juin. Pour moi, à l’état actuel de mon enquête, les crimes les plus graves, durant cette période postélectorale ont été commis par l’ancien président Laurent Gbagbo. D’autres allégations et d’autres crimes commis par des forces qui étaient contre l’ancien président Laurent Gbagbo font l’objet d’enquête et feront l’objet de suivi. Comme je le disais au début, j’ai fait mon travail, je pars dans deux semaines, c’est au nouveau procureur et aux juges de départager les parties le 18 juin. Je crois fermement à l’importance de la procédure. Dans mon expérience personnelle, quand j’étais procureur en Argentine, je faisais des enquêtes pour poursuivre un ancien général de mon pays, Fidela. Pendant mes investigations, j’ai rendu une visite à ma mère à qui j’expliquais ce que j’étais en train de faire. Ma mère ne croyait pas à la responsabilité de ce Général. Elle pensait que le Général en question était au-dessus de tout soupçon. Quand le procès a commencé, ma maman qui suivait le procès, m’a appelé un jour pour me dire : « j’ai toujours beaucoup d’affection pour ce général, j’ai suivi le procès, je pense qu’il doit aller en prison ». Je pense que la cour et la salle d’audience où tout se déroule de manière égale, équitable et indépendante, est une bonne occasion pour dire à la face du monde qui est responsable et qui ne l’est pas, devant des juges totalement indépendants. La vérité qui va éclater, en mon sens, peut aider au processus de réconciliation en Côte d’Ivoire. J’étais ici il y a six mois, je suis revenu pour dire au revoir et présenter de manière indépendante ce que j’ai fait. J’ai vu comment en six mois, quoiqu’on puisse dire, il y a une avancée liée à ce que j’ai vu, entendu par rapport à la paix et à la sécurité. A la suite de ma rencontre avec les partis politiques, j’ai entendu qu’il y a un débat politique important en Côte d’Ivoire. Il est important que les gens se parlent. Je pense aussi que le procès est important pour comprendre la vérité sur ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire. Cela peut aider. Pour moi, la vérité est la base de la réconciliation »

Question : Vous êtes venu enquêter en Côte d’Ivoire. Vous savez qu’il y a eu un affrontement entre deux camps, vous n’avez pris qu’un seul individu, issu d’un seul camp. Est-ce que vous-même, vous croyez à l’impartialité et à l’objectivité de vos travaux ? Est-ce que au vue de ce que vous avez fait, vous pouvez convaincre l’auditoire ici et dire que la CPI est impartiale ?

Q : Nous avons lu en diagonale votre rapport et il se trouve que dans ce rapport, vous avez relevé près de 1000 personnes qui auraient été tuées par les partisans présumés de Gbagbo. Le rapport officiel fait état de 3000 mort. Le procureur peut-il nous dire qui est responsable des tueries de ces 2000 personnes au-delà des 1000 qui auraient été tués par des partisans présumés proche de Gbagbo ?

Louis Ocampo Moreno : nos enquêtes ne sont pas liées à la quantité, mais aux personnes qui ont la plus grande responsabilité, qui ont tué, qui ont donné les instructions. En l’état actuel, nos enquêtes ont montré que c’est l’ancien président Gbagbo. Les juges vont voir si ce que j’ai décidé est retenu dans ma requête ou pas. Mais au moment où je vous parle, la position du procureur que je suis est que ces instructions données ont permis de tuer un certain nombre de personnes. Encore une fois, ce sont les juges qui vont départager.

Q : Vous avez rencontré des personnalités ivoiriennes, nous n’avons pas entendu le nom du président de l’Assemblée nationale, M Guillaume Soro. Pourtant, la presse s’est fait l’écho de la lettre de félicitation que vous lui avez adressée après son élection à la tête de l’Assemblée nationale?
LOM : Nous ne l’avons pas rencontré.

Q : Pourquoi ne l’avez-vous pas rencontré alors que vous l’avez félicité, il y a quelques jours ?
LOM : il ne faut jamais confondre la courtoisie et les mandats judiciaires que j’ai en faisant mon travail avec indépendance et en toute impartialité.

Q : Le temps mis pour enquêter sur les autres aspects comme les massacres de Duékoué ne contribue-t-il pas à discréditer et douter de l’impartialité de la cour ?

LOM : Au moment où je vous parle, depuis le début de mon enquête, nous enquêtons sur tous les crimes et partout. Mais en termes de ciblage, sur la responsabilité et le séquençage. C’est ce procès que nous avons ouvert. Nous enquêtons surtout et partout sur le plus haut responsable.

Q : Vous avez rencontré le FPI, peut-on savoir ce que ses dirigeants vous ont dit ? Au cours de cette rencontre avez-vous senti qu’ils avaient confiance en vous et en votre travail ?

LOM : Demandez-le-leur.

Q : Avez-vous senti qu’ils ont confiance en vous ?

LOM : Ils ont exprimé les difficultés qu’ils ont à se rendre à la Haye. Nous leur avons offert l’assistance et l’aide pour qu’ils soient là-bas. C’est important qu’ils y soient. Il faut qu’ils y soient pour être témoins de ce qui va se passer. C’est important. Je ne personnalise jamais mon travail. Il n’y a rien de personnel dans ce que je fais. C’est une institution qui travaille. Il n’y a pas de calcul politique dans ce que nous faisons, ni de subjectivité dans mes relations. Peu importe ce qu’ils pensent, je vais les aider à aller voir, de visu, ce qui va se passer.

Q : Si le président Laurent Gbagbo est déclaré innocent, auriez-vous des regrets d’avoir encore échoué ?

LOM : Je crois que j’ai raison. Je crois en mon dossier et aux éléments en charge et aux preuves. Mais le dernier mot revient aux juges, ce sont eux qui vont décider.

Q : Concernant vos éléments à charge, il parait que votre dossier est la compilation d’articles de presse proche du pouvoir. Que répondez-vous à cette accusation ?

LOM : Je crois que j’ai des preuves extrêmement importantes et fortes. Malheureusement, nous ne pouvons pas en discuter avec les médias. Ces éléments, nous allons en discuter dans la salle d’audience.

Q : Dans vos propos, vous vous êtes focalisés sur les crimes commis pendant la crise postélectorale. Nous savons tous ici que des crimes ont été commis à Duékoué et à Yopougon. Vous semblez minimiser ces deux cas. Pourtant, avant que ces crimes ne soient commis, le Président Alassane Ouattara avait pris un décret mettant en place les Forces républicaines. Pouvez-vous dire aussi que sa responsabilité est engagée ou bien vous faites la sélection des crimes pour en juger les auteurs?

LOM : Les juges ont décidé d’ouvrir l’enquête à partir de 2010. J’ai commencé à enquêter sur les crimes les plus graves, incluant les crimes massifs dont vous parlez. Après cela, les juges ont décidé d’étendre l’enquête au-delà de cette période. La nouvelle procureure va examiner et verra si elle ira au-delà de cette période. Les crimes les plus graves ont été analysés. Ces crimes, dans l’analyse, incluent ceux qui ont été commis à Duékoué. Au moment où je vous parle, nous avons ciblé les crimes commis et qui ont entraîné l’arrestation de l’ancien président Gbagbo, qui a ensuite été conduit à la Haye. L’enquête continue et les décisions seront prises.

Q : Les juges ont rejeté votre demande d’arrêt du leader des forces démocratiques pour la libération du Rwanda, Sylvestre Mudacumura. Quelle est votre réaction ? Allez-vous lancer contre lui un nouveau mandat d’arrêt avant de quitter votre poste ?

LOM : La raison du rejet est très formelle. Parce que nous avons présenté les faits d’une manière différente. Nous allons réajuster et présenter certainement une nouvelle requête dans les semaines à venir.

Q : Vous avez donné, tout à l’heure, quelques étapes de la procédure, après l’audience de confirmation des charges, quelles seront les prochaines étapes ? Autrement dit, si les charges sont confirmées, qu’elles seront les prochaines étapes ? Qu’elles seront également les prochaines étapes si les charges ne sont pas confirmées ? A quoi doit-on s’attendre dans ce cas ?

Q : Des rumeurs ont fait état d’un éventuel transfèrement de Mme Simonne Gbagbo, qu’en est-il ?

LOM : Si les charges contre Laurent Gbagbo sont confirmées, il va aller en procès sur le fond. Si les juges rejettent les charges, il va être libéré. Nous avons d’autres cas où les juges ont refusé de confirmer les charges. En 2005, nous avons gagné, nous avons aussi perdu des procès dans lesquels les juges ont rejeté les charges. Ce sont les juges qui prendront la décision en dernier ressort. Je ne peux pas parler de la suite de nos investigations. Actuellement, mon bureau cible cette procédure du 18 juin.

Q : Laurent Gbagbo a été déclaré indigent, et a bénéficié d’une assistance financière. Il a été découvert récemment sur son compte 700 millions de FCFA. La CPI va-t-elle continuer cette assistance financière ?
LOM : Les greffes ont tenté de faire des recherches sur l’existence de compte bancaire appartenant à l’ancien président Gbagbo. S’il a de l’argent, il va payer. En même temps, la Cour pour garantir un procès équitable et juste, a pris en charge, toutes les charges relatives à la défense. C’est la procédure.

Q : Il y a quelques jours, la défense de Laurent Gbagbo a introduit une requête en annulation du procès, indiquant que la CPI n’était pas habilitée à poursuivre Laurent Gbagbo. Quelle est votre appréciation sur cette requêté ? Est-ce une action désespérée des avocats de Laurent Gbagbo ?

LOM : Le président Gbagbo est libre et a le droit de présenter tout argument qu’il souhaite pour sa défense. Il n’y a que les juges pour décider.

Q : A vous entendre parler, vos réponses ne sont pas rassurantes, sur l’impartialité de vos enquêtes. Parce que vous avez dit qu’il y a des crimes graves qui ont été commis à Yopougon et à Duékoué où les rapports des ONG internationales ont bien dit que ces crimes ont été commis par les pro-Ouattara. Aujourd’hui, seul M Gbagbo est à la CPI et les autres criminelles roulent dans de grosses cylindrées devant les victimes sans s’inquiéter. Avez-vous quelque chose à dire pour rassurer toutes ces victimes de Yopougon, de Duékoué que la CPI est capable de leur rendre justice ?

LOM : Nous croyons que des crimes ont été commis à Duékoué. Nous croyons qu’il y a un responsable ou des responsables de ces crimes. Nous vous avons dit depuis le début que nous enquêtons sur tout et que nous continuons nos enquêtes. Nous croyons en même temps que les crimes ont été commis par l’ancien président Laurent Gbagbo à Abidjan et en divers autres lieux, sur le territoire national. Nous avons trouvé et nous allons présenter les premiers cas. Le fait d’avoir depuis le début mené des enquêtes dans différentes places et dans tous les côtés montre notre impartialité. Il y a une affaire qui est portée à la Cour. Cela n’absout pas les autres responsables parce que les enquêtes se poursuivent.

Q : Monsieur le procureur dans deux semaines, peut être moins, vous quittez vos fonctions à la CPI. J’ai une question un peu générale : est-ce que vous êtes prêt à venir passer des vacances sur le continent africain dans le contexte où le président de la Commission Jean Ping vous traite de plaisantin.

LOM : Des leaders africains nous accueillent à bras ouverts, d’autres non. Mais les victimes nous appuient. Je peux aller dans n’importe quel camp de réfugiés, au Tchad, au Congo, en Ouganda, en République centrafricaine, en Lybie. Les victimes vont bien me recevoir. Je travaille pour les victimes. La honte, c’est de ne pas rendre justice aux victimes. Si vous croyez qu’une personne peut tuer des milliers de personnes et que rien ne lui arrive, c’est votre responsabilité. Personne ne va croire que ce n’est pas une bonne chose que de mener des enquêtes en Europe quand il y a des milliers de personnes qui sont tuées. Pourquoi On ne le ferait pas ici en Afrique ? Milosevic a tué en Europe. Il a été poursuivi. Pourquoi on ne le ferait pas en Afrique, alors qu’on le fait dans d’autres parties du monde, notamment en Europe.

Recueillis par Thiery Latt

LIENS PROMOTIONNELS