Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Le Président Ouattara exhorte les chefs traditionnels de Bouna à renforcer la cohésion sociale
Publié le lundi 2 mai 2016  |  AIP
Arrivée
© Présidence par DR
Arrivée du Président Alassane Ouattara à Bouna
Samedi 30 avril 2016. Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara est arrivé dans la ville de Bouna, pour apporter sa compassion aux populations.
Comment




Abidjan - Le Président de la République, Alassane Ouattara, en visite de compassion et de soutien aux populations de la région du Bounkani (Nord-Est) affectées par une crise inter-communautaire, courant mars, a exhorté samedi, les chefs traditionnels locaux à renforcer la cohésion sociale.

« Je sais que les autorités administratives, coutumières, religieuses, politique, etc ont pris de nombreuses initiatives qui ont permis de maîtriser rapidement cette situation sinon le bilan déjà trop lourd, aurait pu être plus grave. Je voudrais vous remercier pour votre importante contribution. J’exhorte tous les chefs à continuer de renforcer la cohésion », a encouragé M. Ouattara.

Selon le Président Ouattara, c’est dans la paix que pourra être amorcé le développement du Bounkani compte tenu de la volonté du gouvernement de tout faire pour que cette région qui a connu « un retard considérable dans son développement, puisse rattraper les autres régions de Côte d’Ivoire ».

Il s’est dit « littéralement meurtri et choqué » par l’ampleur des violences de Bouna car la région est une terre de convergence de peuples venus d’horizons divers depuis plusieurs générations. Un territoire, a-t-il avoué, où les populations locales ont su pendant des siècles vivre ensemble.

Le président Ouattara a indiqué que ce qui s’est passé à Bouna, est contraire à la vision rêvée pour le développement de ce département avant d’inviter les populations « à se ressaisir » et à faire en sorte que ce qui s’y est passé, ne se reproduise plus, car c’est en étant ensemble que pourra prendre forme « une Côte d’Ivoire où il fait bon vivre ».

Les violences de Bouna résultent d’un conflit entre éleveurs Peulh et cultivateurs Lobi.


fmo/ask
Commentaires


Comment