Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Cérémonie d’ouverture de la réunion ministérielle sur la sécurité et la paix de l’UEMOA: Discours du ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de la sécurité
Publié le vendredi 27 mai 2016  |  Ministères
Réunion
© AFP par ISSOUF SANOGO
Réunion ministérielle sur la paix et la sécurité dans l`espace UEMOA
Œuvrer vite et efficacement pour éviter que le terrorisme ne s’enracine dans l’espace communautaire. C’est tout le sens de la réunion ministérielle sur la Paix et la sécurité dans l`Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui se tient ce vendredi 27 mai 2016, à Abidjan, en Côte d`Ivoire.
Comment




➢ Excellence Monsieur le Président de la République de Côte d’Ivoire, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de L’UEMOA ;
➢ Excellence Monsieur le Président de la République du Sénégal, Président du comité de haut niveau pour la mise en œuvre du chantier paix et sécurité de l’UEMOA ;
➢ Monsieur le Premier Ministre ;
➢ Monsieur le Président de l’UEMOA ;
➢ Mesdames et Messieurs les Ministres d’Etat ;
➢ Mesdames et Messieurs les Ministres ;
➢ Mesdames et Messieurs Membres du Corps Diplomatique et Représentants des Organisations Internationales ;
➢ Monsieur le Gouverneur du District d’Abidjan ;
➢ Messieurs les Généraux et Officiers Supérieurs ;
➢ Honorables invités ;
➢ Mesdames et Messieurs ;



Son Excellence Mr Alassane Ouattara, je voudrais vous exprimer notre reconnaissance d’avoir permis la tenue de cette importante conférence sur des questions de Sécurité dans la zone UEMOA.
L’UEMOA est un espace qui a bien réussi le défi de l’intégration financière régionale.

Mr le Président de la République de Côte d’Ivoire, avec votre permission, je voudrais, au nom de mes pairs, saluer la présence de son Excellence le Président de la République du Sénégal Macky Sall.

Mr le Président Macky Sall, votre présence effective nous honore et marque l’importance accordée aux questions de paix et de sécurité, qui sont le préalable au développement de notre espace communautaire.

Au nom de son Excellence Monsieur le Président Alassane Ouattara et du gouvernement de Côte d’Ivoire, je souhaite la bienvenue à toutes les délégations du Bénin, du Burkina Faso, de la Guinée -Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Merci également à Mr Cheikh Adjibou Soumaré, Président de la commission de l’UEMOA, ainsi qu’à tous ses collaborateurs pour leur contribution importante à la tenue de cette réunion ministérielle.

Excellences Messieurs les Président Alassane, nous aurons toute à l’heure l’honneur d’écouter vos adresses, qui déclineront les orientations et instructions pour nos travaux.
Excellence, mon propos se limitera donc à situer le cadre de notre rencontre de ce jour.
Cette rencontre réuni ce jour :
• 9 ministres de la Sécurité et de la Défense des pays membres de l’UEMOA ;
• 14 experts en sécurité ;
• de Hauts responsables d’Institutions financières et de collectivités territoriales de la région ;
• les Chefs de services de Sécurité et de Renseignement.

Le 20 novembre 2015, un attentat à l’hôtel Radisson de Bamako à causé la mort de 21 personnes.

Le 15 Janvier 2016, un autre attentat commis à l’hôtel Splendid de Ouagadougou a fait un bilan de 30 morts. Le 13 Mars 2016, une attaque terroriste sur une plage de Grand Bassam a conduit à la mort de 19 personnes. Soit un attentat tous les deux mois.
La menace terroriste est donc devenue une réalité dans notre région.
Face à la menace, nos Etats ont multiplié les rencontres et les concertations que je voudrais rappeler ici:
• la tenue de la conférence quadripartite les 23 et 24 Mars 2016 à Abidjan ;
• la réunion des pays de l’Union du Fleuve Mano sur la sécurité les 13 et 14 Mai 2016 à Grand-Bassam ;
• la réunion du GIABA (Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest), du 2 au 6 mai 2016 au Cap-Vert, pour le suivi des transactions financières liées au terrorisme et au blanchiment d’argent.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons au niveau de l’espace UEMOA toujours afin de nous approprier une stratégie commune pour une réponse globale et efficace d.

Nous faisons face à un type de terrorisme marqué par la fusion de deux groupes que tout devait opposer : les fondamentalistes religieux et les narcotrafiquants, unis pour menacer la sécurité de nos Etats.

Pour faire face à cette menace, nous n’avons d’autres solutions que d’unir nos forces, et travailler en synergie. Nos Etats doivent prendre des décisions courageuses et urgentes pour assurer la traçabilité des mouvements transfrontaliers.

Avec de fausses pièces d’identité, les terroristes ont traversé nos frontières et se sont fondus dans la population pour agir.
Si nous disposions de données numérisées et partagées, nous serions plus à même de prévenir les attaques terroristes et d’assurer la protection de nos peuples et la stabilité de notre région.
Il faut déjà saluer l’excellente coopération qui a prévalu entre certains services de la région et a permis de faire évoluer de façon significative l’enquête sur l’attentat de Grand Bassam.
Ainsi, dans les 7 jours qui ont suivi l’attaque, 3 complices ont été arrêtés au Mali et 20 suspects en Côte d’Ivoire.

La coopération des différents services nous a permis de découvrir l’envergure du réseau social des terroristes, et leur itinéraire. Nous pouvons aujourd’hui affirmer que c’est le véhicule qui a servi à l’attaque de Grand-Bassam qui s’est retrouvé au Mali et au Burkina Faso aux périodes des attentats que ces pays ont subis a servi aux différents attentats du Radisson au Mali, et de Bassam en Côte.
Hier mercredi 26 Mai 2016, les services de sécurité ivoiriens ont arrêté l’un des complices ayant conduit ce véhicule.
➢ Excellence Monsieur le Président de la République de Côte d’Ivoire,
➢ Excellence Monsieur le Président de la République du Sénégal,

Les Ministres en charge de la Sécurité de l’UEMOA attendent beaucoup de cette réunion, des orientations et des instructions qu’il vous plairait de donner.
Encore une fois, je me permets d’insister sur la coopération entre nos pays, afin de rendre plus accrue la surveillance de nos frontières.

Je vous remercie.

Commentaires


Comment