Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: l’opposition organise une marche contre le projet de nouvelle Constitution
Publié le dimanche 9 octobre 2016  |  Xinhua
Révision
© Abidjan.net par Marc-Innocent Atigan
Révision de la Constitution: le FPI dit non à la nouvelle loi fondamentale par une marche de protestation
Samedi 8 Octobre 2016. Abidjan. Plusieurs membres de l`opposition se sont réunis sur la place des Martyrs d`Adjamé pour clamer tout haut leur non-adhésion à la nouvelle Constitution. C`etait à travers une marche de protestation. Photo : Au centre en blanc: Pascal Affi N`Guessan A sa droite en Bleu: Marcel Gossio A sa gauche: Tia Monné, Présidente UDTCI
Comment


ABIDJAN - Des partis de l'opposition ivoirienne regroupés au sein de l'Alliance des forces démocratiques (AFD) ont organisé une marche "pacifique" samedi à Abidjan pour protester contre le projet nouvelle Constitution ivoirienne initié par le gouvernement.

Plusieurs centaines de militants issus de cette coalition ont pris part à cette marche qui s'est déroulée sans incident.

"L'objectif de cette marche était de montrer à la face du monde que ce ne sont pas tous les Ivoiriens qui adhèrent à la réforme constitutionnelle en cours en Côte d'Ivoire", a expliqué le président de l'AFD Pascal Nguessan Affi.

M. Affi a appelé ses partisans à rester constamment mobilisés pour les mots d'ordre futurs.

L'avant-projet de loi de la nouvelle Constitution ivoirienne a été présenté aux députés mercredi par le président de la République Alassane Ouattara.

Il sera examiné mardi prochain en plénière par les parlementaires.

Le texte qui n'a pas encore été rendu public par le gouvernement ivoirien, prévoit par exemple la création d'un poste de vice-président.

Pour le chef de l'Etat ivoirien, la nouvelle Constitution ivoirienne permettra à la Côte d'Ivoire d'acquérir une stabilité durable et de tourner de manière définitive la page de la crise.

Le texte sera soumis à un référendum une fois approuvé par le parlement.
Commentaires


Comment