Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Pascal Affi N’Guessan, président du FPI dans la surenchère: La renonciation ou la démission sont les deux voies qui s’offrent à Alassane Ouattara
Publié le lundi 31 octobre 2016  |  L’intelligent d’Abidjan
Pascal
© AFP par ISSOUF SANOGO
Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI)
Comment


Hier, dimanche 30 octobre 2016, à 18 heures, après la fermeture des bureaux de vote, Pascal Affi N’Guessan, au siège du Front populaire Ivoirien (Fpi), Cocody Attoban, a fait un point de presse relatif à la situation sur le terrain et au taux de participation concernant le vote référendaire. Il salue l’absence de violence ( alors qu’il y en a eu ) , et revendique plus ou moins la paternité du taux de participation qu’il attribue au scrutin ( des chiffres et un taux que nous ne publierons pas , compte tenu des règles en la matière , même s’ils ne sont pas de nous ). Ci-dessous des extraits de son intervention.

« Cela a été un désert électoral. La participation n’a pas été à l’attente du pouvoir. Cette participation peut être déclinée en trois grandes zones. Si dans le nord l’on peut noter un taux variant entre [ 25 et 35% ] avec une pique à Séguéla ou nos sources indiquent que ce taux peut même atteindre les [ ] dans les autres villes, le taux est largement en dessous des [ ] Notamment Abidjan qui enregistre [ ] de participation et [ ] dans le grand –centre. Le taux de participation varie entre [ ] sur l’étendue du territoire nationale. Ce qui montre bien la désaffection que les Ivoiriens ont observée vis-à-vis du référendum.

Un désaveu infligé à Alassane Ouattara
« Cela, montre le désaveu infligé à Alassane Ouattara. Le rejet de cette constitution impopulaire montre que cette constitution n’est pas souhaitée par les Ivoiriens. Nous disons donc qu’Alassane Ouattara a été désavoué. Il lui appartient sur la base de ces résultats d’en tirer des conclusions et des conséquences. Il y a deux voies : la première est qu’il prend acte pour une fois de la volonté populaire exprimée à travers ce référendum et qu’il renonce à poursuivre le processus d’imposition de ce référendum. Qu’il appelle tous les Ivoiriens à une constituante ou à une commission constitutionnelle pour que de façon inclusive, participative et solidaire, nous nous attelions à examiner ce qui devrait apparaitre comme les axes fondamentaux d’une nouvelle Constitution. Ce qui lui reste à faire, c’est de tirer la conséquence que sa politique a été désavouée et que la renonciation ou la démission sont les deux voies qui s’offrent à Alassane Ouattara. Et nous espérons qu’il prendra une décision qui sera à la hauteur des attentes du peuple de Côte d’Ivoire »

Remerciement à la jeunesse
« Au peuple qui sait se rassembler et sait prendre conscience de ses intérêts fondamentaux et qui dans la paix sans effusion du sang, sans bagarre a dit ce qu’il attendait dire à Alassane Ouattara et à son gouvernement, je voudrais dire merci. À toute cette jeunesse qui s’est mobilisée partout pour faire en sorte que ce mot d’ordre de boycott soit suivi massivement. Je voudrais leur demander de rester mobilisée car la lutte ne fait que commencer. Nous avons parlé à M. Alassane Ouattara. Demain nous devons prendre position par rapport à la réponse qu’il osera bien nous adresser pour qu’ensemble nous continuons à nous battre afin que le pays ne bascule pas dans la dictature dans l’autocratie mais poursuive sa route vers plus de progrès et plus de démocratie et de solidarité »

HG
Commentaires

Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 3782 du 31/10/2016

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment

Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment