Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Ombudsmans et médiateurs africains formés aux mécanismes de prévention de la torture
Publié le mercredi 1 mars 2017  |  AIP
N`Golo
© Autre presse par DR
N`Golo Coulibaly, Médiateur de la République
Comment


Grand-Bassam - L’Institut international des Ombudsmans (IIO) a organisé à Grand-Bassam un atelier régional de formation sur « les mécanismes de prévention de la torture », conjointement avec l’Association des Ombudsmans et Médiateurs africains (AOMA) et l’Association pour la prévention de la torture (APT).

La soixantaine de participants s’est familiarisée, lundi, avec le projet de protocole facultatif à la Convention contre la torture pour comprendre le fonctionnement d’un mécanisme national de la torture dans les lieux de détention. Ils ont aussi envisagé des méthodologies d’appropriation des mécanismes de prévention dans les institutions de médiateurs de leur association après avoir passé en revue les défis de chaque institution en ce qui concerne l’état de la législation sur la torture et les actions déjà entreprises pour sa prévention.

Le Médiateur de la République de Côte d’Ivoire, N’Golo Coulibaly, a signifié que cette session fait suite à celles déjà initiées dans le but d’amener les Ombudsmans et Médiateurs à s’intéresser à la question des droits de l’homme et que leurs violations doivent constituer des motifs d’interpellation pour l’apaisement du climat social.

Le ministre d’Etat auprès du président de la République chargé du Dialogue politique et des Relations avec les institutions, Jeannot Ahoussou Kouadio, représentant le Premier ministre, a énuméré les nombreuses actions entreprises et engagées par la Côte d'Ivoire, dont la réforme des codes usuels pour une harmonisation des dispositions aux normes et standards internationaux en matière de torture, l’intégration de modules sur les droits de l’homme dans la formation des forces de l’ordre et de sécurité, le renforcement des capacités des forces de sécurité sur la prévention de la torture, ou encore l’abolition de la peine de mort.

Il a rappelé que, « pour traduire en actes concrets ces dispositions qui protègent le citoyen contre les traitements dégradants, inhumains et cruels, l’Etat a mis en place des mécanismes de surveillance » dont la Commission nationale des droits de l'homme (CNDHCI) et le Médiateur de la République.

A son avis, cet atelier va contribuer à construire une « société nouvelle » qui préserve les droits de l’homme et les respecte. « Les Ombudsmans et Médiateurs doivent devenir des défenseurs des droits en plus de leur mission première de règlement des conflits nés des dysfonctionnements des services administratifs publics », a-t-il insisté.

ko/aaa/akn/kp
Commentaires


Comment