Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

La vente des migrants en Libye est un ‘’recul du respect de la personne humaine’’ (Ministre)
Publié le dimanche 26 novembre 2017  |  APA
Coopération
© Abidjan.net par Atapointe
Coopération Sino-ivoirienne: les Ministres ivoirien et Chinois des Affaires Etrangères face à la presse
Abidjan le 22 Mai 2017. Les Ministres Ally Coulibaly (Côte d`Ivoire) et Wang Yi (Chine) ont animé une conférence de presse conjointe après leur séance de tête à tête. C`était au cours du déjeuner offert par le Gouvernement dans le cadre de la Visite de Travail et d`Amitié.
Comment


Abidjan (Côte d’Ivoire) - La vente des migrants en Libye est un ‘’recul du respect de la personne humaine’’, a estimé, samedi à Abidjan, le ministre ivoirien de l’intégration africaine et des ivoiriens de l’extérieur, Ally Coulibaly à l’ouverture du congrès des Commissions nationales des droits de l’homme de l’espace francophone.

Selon le ministre Coulibaly, «le temps de l’action a sonné ». « Il y a urgence à agir, nous ne devons pas laisser faire ce qui se passe en Lybie », a-t-il insisté à la tribune du 6è congrès statutaire de l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’Homme (AFCNDH) à Abidjan qui se penche sur le rôle de ces institutions « dans la promotion et la protection des droits des personnes migrantes ».

Poursuivant face aux spécialistes des droits humains, Ally Coulibaly a fait savoir qu’il « incombe à la communauté internationale d’établir les règles » relevant que « les personnes migrantes ont une caractéristique, leur grande vulnérabilité ».

Dominique Delpuech, Directeur adjoint des «Affaires politiques et gouvernance démocratique à l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) a réitéré l’engagement de cette institution à la question des migrations irrégulières.

« L’espace francophone n’est pas épargné par ces phénomènes migratoires», a-t-il dépeint. Pour lui, «il nous faut répondre aux causes profondes de ces mouvements de personnes en luttant contre le réchauffement climatique, la résurgence les crises et conflits, en favorisant l’enracinement des Etats de droits en construisant les perspectives de développement économiques ».

Le Président de l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’homme (AFCNDH), Driss El Yazami, a de son côté soutenu que « la diaspora a un rôle essentiel à jouer » sur ces questions.

Le congrès permettra aux participants non seulement de partager leurs expériences vécues et leurs bonnes pratiques, mais également de se doter d’outils concrets afin d’assurer l’effectivité des droits des personnes migrantes.

Il servira à rappeler le cadre juridique et normatif propre aux droits des migrants et à relever le rôle des Institutions nationales des droits de l’Homme (INDH) en la matière. Il vise également à doter les INDH d’un outil de plaidoyer complet et concret en matière de politique migratoire et à établir une fiche de coopération entre INDH qui prendra la forme d’une déclaration-feuille de route.

L’Association francophone des commissions nationales des droits de l’Homme (AFCNDH) qui est un réseau des commissions nationales des droits de l’Homme (AFCNDH) de l’espace francophone, a été créée en mai 2002 avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), afin de valoriser et de renforcer le rôle des CNDH dans la promotion et la protection des droits de l’homme.

SY/ls/APA
Commentaires


Comment